Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:57

 


Les gens se souhaitent le bonheur en diverses occasions, par exemple, au Nouvel An, mais qu'est-ce que le bonheur? Comment peut-on le définir?
La notion de bonheur de l'homme moderne n'a pas beaucoup changée depuis les temps primitifs, c'est à dire que le bonheur, c'est quand j'acquiers plus de choses matérielles que les autres, et le malheur, c'est quand d'autres me prennent ce qui m'appartient.
Même si nous laissons de côté la moralité de ce concept, il est encore imparfait dans son essence parce que peu importe combien de biens, de puissance, de reconnaissance du public, et de plaisirs, nous amassons, cela ne nous apportera pas le bonheur. Les objets matériels ne peuvent pas apporter le vrai bonheur, mais seulement le taedium vitae, après quoi une personne est vaincue par la dépression encore plus qu'avant.
Il est intéressant de noter que le mot "bonheur", "tikhi", en grec ancien, apparaît très rarement dans les Saintes Ecritures, et pas une seule fois dans le Nouveau Testament. Le terme est trop large et il est inexact. À lui seul, il n'a pas de sens. Au lieu de cela, les Ecritures utilise un autre terme plus clair et précis, "la joie", ("khara" en grec ancien) qui est l'une des composantes du bonheur.
Le Christ a dit ceci au sujet de la joie: "[...] afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit parfaite." Il indique également d'où cette joie vient: "Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans Son amour" (Jean 15: 10 à 11). Ici, nous avons la réponse à la sempiternelle question. Le vrai bonheur, la vraie joie, c'est l'amour de Dieu, et d'être avec Lui. Ceci est totalement confirmé par saint Paul quand il dit: "Car le Royaume de Dieu n'est pas le manger et le boire, mais justice, paix, et joie dans l'Esprit Saint" (Romains 14:17). Jean ajoute ceci: "... et votre joie nul ne vous la ravira" (Jean 16:22). Cela signifie, rien ni personne, ni la souffrance, ni la privation, ni la persécution, pas même la mort.
Ceci est bien compris par ceux qui ont résolu pour eux-mêmes le problème séculaire de l'humanité, et qui ont trouvé le bonheur: les saints chrétiens et ceux, passés et présents, qui sont agréables à Dieu. Pourtant, leur comportement est déroutant pour les autres. Les anciens Romains ne pouvaient pas comprendre pourquoi les chrétiens étaient si joyeux. Les païens contemporains, dont la plupart nominalement se considèrent comme chrétiens, se posent la même question.
Il existe une notion européenne occidentale, sentimentale, romantique, largement diffusée, qui est souvent proposée comme réponse à cette question, et qui ressemble à ceci: parce que la population monde antique avait peu de compréhension de ce qui se passe après la mort, les gens craignaient la mort, et les chrétiens adhéraient à l'idée apaisante que les gens vont vivre après la mort, que le Christ a sauvé tout le monde, pardonné à tout le monde, et promis à chacun la vie éternelle et la béatitude céleste, et que c'est la raison pour laquelle les chrétiens sont si joyeux. Cette notion, sous une forme ou une autre est très fréquente, mais elle est tout à fait inexacte.
En fait, le Christ n'a pas du tout promis la félicité céleste. Souvent, le Christ donne des avertissements effrayants: "[...] il y aura des pleurs et des grincements de dents..." (Matthieu 24:51), "[...] loin de moi, maudits, au feu éternel, préparé pour le Diable et ses anges" (Matthieu 25 : 41). "Et ceux-ci iront au châtiment éternel..." (Matthieu 25:46). En outre, saint Pierre, en parlant du danger terrible de la souffrance éternelle qui pèse sur nous, nous rappelle que même les justes ont peine à se sauver, et que les impies et les pécheurs ne se sauvent presque jamais (1 Pierre 4:18).
Une autre notion, ayant son origine originaire dans le protestantisme, et qui est assez fréquente chez les chrétiens largement inclins au libéralisme, est que la notion obscure de l'après-vie et de la difficulté du salut est un produit d'une époque plus tardive, d' "ascètes et de moines sombre, et sans joie", et que, dans le christianisme initial ancien, dominait une «humeur lumineuse, et la compréhension que son salut dérivait seulement de sa croyance en Christ." Ceux qui croient cela ont inventé leur propre version du christianisme, sans fondement ou confirmation, soit dans les Évangiles, ou les épîtres, ou dans l'antique histoire chrétienne.
Lisez par exemple,  le livre des premiers chrétiens du "pasteur d'Hermas," écrivain du 1er siècle, et vous verrez comment les premiers chrétiens étaient exigeants en ce qui concerne le salut et la clarté avec laquelle ils comprenaient que le moindre soupçon d'immoralité mettait une personne en danger de mort éternelle. Ce livre est écrit avec le pathos des paroles effrayantes de l'hymne d'Eglise: "les souffrances de du pécheur sont sans limite." C'était encore plus vrai en ce qui concerne la pureté de la foi et la fidélité à l'Eglise.
Par conséquent, le point de vue chrétien peut sembler beaucoup moins gai que le païen. Les païens ont un "royaume des ombres" après la vie, pas très clairement défini, et dont on peut imaginer les plus variées des conceptions. À un extrême, on a les "Champs Elysées", royaume de la félicité, où il est assez facile d'entrer. À la fin de l'autre côté, il y a la notion du néant, de la destruction complète après la mort. Pour citer Socrate: "Puisque je n'ai pas souffert avant d'apparaître sur cette terre, il s'ensuit que je ne souffrirai pas quand je la quitterai."
Si vous comparez cela avec l'image terrible de la souffrance éternelle et de l'enfer et vous voyez que le point de vue libéral sur les raisons de la joie des premiers chrétiens est essentiellement imparfait. Et néanmoins, la joie chrétienne a été et est encore. Elle resplendit dans chaque ligne de la vie des martyrs et des ascètes (podvijniki), et brille encore dans la vie des moines et dans les familles chrétiennes. En fait, elle seule mérite ce terme. Et plus une personne est spirituelle, plus claire et plus parfaite est sa joie. Cette joie, cette vision du monde lumineuse, n'a jamais quitté les premiers chrétiens, même pendant la souffrance et la mort.
Quelle est donc la source de cette joie? La réponse, bien sûr, c'estla foi. Mais pas dans le sens où les protestants l'entendent. Ce n'est pas une foi officielle, sans vie, en l'absence d'effort spirituel héroïque (podvig) (après tout, même "les démons croient et tremblent") il s'agit plutôt d'une foi animée, active qui vit dans un coeur pur et est réchauffée par la grâce de Dieu, une foi brûlante d'amour de Dieu, et d'espérance ferme en Lui. Comme un auteur chrétien moderne l'a si bien dit, "Il ne suffit pas de croire en Dieu, il faut Le croire aussi." Les lignes de l'ecténie: "Confions-nous les uns les autres, et toute notre vie au Christ notre Dieu"[dans la Divine Liturgie de saint Jean Chrysostome] décrivent correctement la foi chrétienne véritable. C'est une confiance pleine et filiale de soi dans les mains de Dieu. Ceci est, et a toujours été, ce qui ouvre les portes à la vraie joie, au bonheur véritable.
Si un chrétien a confiance en Dieu, alors il est prêt à tout accepter de Lui: le ciel ou l'enfer, la souffrance ou le bonheur, car il sait que Dieu est infiniment bon. Quand Il nous punit, c'est dans notre intérêt. Il nous aime tellement qu'Il remue ciel et terre pour nous sauver. Il ne nous trahira pas, pas même pour les meilleures raisons, et Il nous sauvera certainement, si cela est possible. Comme saint Augustin l'a formulé, "le seul refuge contre la colère de Dieu est la grâce de Dieu."
Avec ce genre de compréhension, la joie et la lumière habitent fermement le cœur d'un chrétien, et il n'y a pas de place pour la tristesse. Le monde, l'univers infini appartiennent à mon Dieu. Aucun événement, du plus petit au plus grand ne peut se produire sans Sa volonté, et Il m'aime infiniment. Même ici sur terre, Il me permet d'entrer dans Son Royaume, Sa Sainte Eglise. Il ne me chassera pas de Son royaume, aussi longtemps que je Lui serai fidèle. Qui plus est, si je chute, il viendra me chercher dès que je me me rendrai compte mon péché et que j'offrirai les larmes du repentir. C'est pourquoi j'ai confiance en mon salut et du salut non seulement de ceux que j'aime, mais de tous, dans les mains de Dieu.
La mort n'est pas effrayante, elle a été vaincue par le Christ. L'enfer et la souffrance éternelle attendent ceux qui, consciemment et par leur propre volonté se détournent de Dieu, et préfèrent les ténèbres du péché à la Lumière de Son Amour. La joie et la béatitude éternelle attendent les fidèles. "choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment." (1 Cor. 2:9).
Que le  Dieu à jamais miséricordieux nous aide à atteindre une confiance totale en Lui. Seigneur renouvelle-nous, nous qui Te prions!
Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com