Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 01:19

Question 64 : "Il vaudrait mieux, a dit Notre Seigneur, être précipité à la mer une meule de moulin au cou, que de scandaliser un de ces petits" (Mt 18,6); mais qu'est-ce que scandaliser, et comment l'éviter si l'on veut échapper à un jugement si terrible ?

 

RÉPONSE : Donner le scandale c'est, par des actes ou des paroles, enfreindre la loi et induire un autre à l'enfreindre aussi, comme fit le serpent pour Eve et Eve pour Adam.

C'est aussi empêcher un autre d'accomplir la Volonté de Dieu, comme le voulait Pierre lorsqu'il dit au Seigneur : "A Dieu ne plaise, Seigneur, cela ne vous arrivera pas" (Mt 16,22), et il s'entendit répondre : "Arrière Satan, tu m'es un scandale, car tu n'as pas l'intelligence des choses de Dieu; tu n'as que des pensées humaines" (Mt 16,23).

C'est enfin donner à un esprit faible l'exemple du mal, suivant ces paroles de l'Apôtre : "Si quelqu'un te voit, toi qui es instruit, te mettre à la table des idoles, sa conscience étant faible, ne sera-t-il pas porté à manger de la viande des idoles ?" (1 Cor 8,10) C'est pourquoi, ajoute-t-il, "Si un aliment est une occasion de chute pour mon frère, je m'abstiendrai éternellement de viande pour ne pas scandaliser mon frère" (1 Cor 8,13).

Le scandale surgit pour plusieurs causes : ou il provient de celui qui scandalise, ou il naît de celui qui est scandalisé, et cela encore de plusieurs manières. Il est provoqué tantôt par la méchanceté, tantôt par l'ignorance chez l'un ou chez l'autre. Il arrive qu'une parole vraie ou une action correcte fasse apparaître le mal en celui qui s'en scandalise, car tel croit au scandale alors qu'il se trouve en présence de l'exécution d'un commandement de Dieu ou du libre usage d'une faculté légitime.

Lorsque les hommes trouvent une pierre d'achoppement et de scandale dans des actes ou des paroles conformes aux commandements de Dieu, comme il arriva à quelques uns en présence des actes et des paroles du Seigneur, souvenons-nous de la réponse que leur donna le Seigneur lui-même. Quand les Apôtres vinrent lui dire : "Savez-vous que les pharisiens se scandalisent de vos paroles", il leur répliqua : "Toute plante que n'a pas plantée mon Père qui est dans les cieux sera arrachée. Laissez-les. Ce sont des aveugles qui conduisent d'autres aveugles. Or si un aveugle conduit un autre aveugle ils tomberont tous deux dans la fosse" (Mt 15,12-14). Voilà ce qu'on trouverait en bien d'autres endroits encore des Évangiles et des Épîtres.

Cependant, lorsque le scandale naît d'un acte qu'il dépend de nous de poser, il faut se souvenir des paroles du Seigneur à Pierre : "Les enfants ne sont pas sujet au tribut, mais pour ne pas scandaliser, va à la mer, jette l'hameçon et tire à toi le premier poisson qui viendra; en lui ouvrant la bouche tu y trouveras un statère; prends-le et donne-le pour moi et pour toi" (Mt 17,25-26). Il faut aussi se rappeler ce que l'Apôtre écrit aux Corinthiens : "Je m'abstiendrai éternellement de viande pour ne pas scandaliser un frère" (1 Cor 8,13) et : "il est bon de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin et de ne rien faire qui soit pour ton frère une occasion de scandale, de chute ou de faiblesse" (Rom 14,21).

Quelle crainte nous devons avoir de mépriser un frère en persistant dans une action même permise, au risque de le scandaliser ! Le Seigneur le montre bien par ses avertissements, car il défend absolument de donner n'importe quel scandale et dit : "Gardez-vous de mépriser un de ces petits, car, je vous l'affirme, leurs anges voient toujours la face de mon Père qui est dans les cieux" (Mt 18,10).

L'Apôtre apporte le même témoignage : "Décidez plutôt de ne jamais donner à un frère occasion de chute ou de scandale" (Rom 14,13) et d'une façon plus développée il défend ailleurs ce qui est inopportun : "Car, dit-il, si quelqu'un te voit, toi qui es instruit, à la table des idoles, sa conscience étant plus faible, ne sera-t-il pas porté à manger de la viande consacrée aux idoles ? Et ainsi tu perds le faible par ta science, alors qu'il est un frère pour lequel le Christ est mort" (1 Cor 8,10-11). - "En péchant ainsi contre vos frères, ajoute-t-il, et en blessant leur conscience faible vous péchez contre le Christ. C'est pourquoi, si un aliment scandalise mon frère, je me priverai éternellement de viande afin de ne pas être pour lui une occasion de péché" (1 Cor 8,12-13). Dans un autre passage, après avoir dit : "Sommes-nous, Barnabé et moi, les seuls à n'avoir pas le droit de travailler ?" (1 Cor 9,6), il poursuit : "Nous n'avons pourtant pas usé de ce droit, mais nous supportons tout afin de ne pas faire obstacle à l'Évangile du Christ" (1 Cor 9,6).

Puisqu'il est si terrible de scandaliser un frère en faisant ce qui est permis, que dire de ceux qui scandalisent par des paroles ou des actions défendues ? Que dire surtout lorsqu'il s'agit d'un personnage en vue par sa science ou par sa situation dans la hiérarchie ecclésiastique ? Pour peu qu'il dédaigne la parole des saints livres, se permette ce qui est défendu, omette ce qui est prescrit ou simplement se taise sur quelque chose de semblable, celui qui doit être pour autrui comme la règle et l'exemple court, rien que pour cela, le risque d'être jugé de façon à rendre compte du sang du pécheur (Ez 3,18).

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com