Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 01:37

 

Saint Ahmet le Calligraphe,
(Ahmed al Khattat)
martyr turc orthodoxe
VIE

+

Un Сonversation avec deux Turcs orthodoxes, Ahmet et Nejla

En Turquie, qui est le territoire canonique du Patriarcat de Constantinople, il reste très peu de paroissiens grecs. La communauté orthodoxe a été augmentée dans une certaine mesure par les Russes qui y ont pris une résidence permanente. Cependant, il y a aussi des Turcs qui sont devenus orthodoxes au Patriarcat. Dernièrement, leur nombre a augmenté. De la littérature orthodoxe est imprimée 
en turc 
pour eux, et des articles sur les nouveaux convertis sont en cours de publication. Ahmet et Nejla sont deux des milliers de Turcs qui ont changé de foi, et contrairement à d'autres, ils ne se cachent pas du tout. Ils ont raconté leur histoire à un site bulgare, "Na Dveri Pravoslavieto", leurs quêtes spirituelles qui les a conduit à l'Orthodoxie, et ce que signifie être chrétien en Turquie. [...]

La presse turque explique le nombre actuel de baptêmes dans son pays comme un "retour à leurs racines propres" des citoyens turcs d'origine grecque ou arménienne. Vos nationalités propres ont-elles joué un rôle décisif dans votre conversion au christianisme?

Ahmet: L'origine ethnique a joué un rôle dans certains cas, mais pas dans le nôtre. J'étais moi-même né en Cappadoce, et j'ai des parents qui sont venus du Caucase. Pour autant que je sache, je n'ai pas de chrétiens dans mon milieu familial. L'adhésion à l'Eglise orthodoxe a été le résultat de mon choix personnel.

Nejla: Ma mère est de Kavala, et mon père est Pontien. Certaines personnes de ma famille parlent Rouméique (dialecte local grec parlé parmi la population islamisée.-Y. Maximov). Mais la décision de quitter l'islam et de devenir orthodoxe a été mon choix personnel, indépendamment de mes origines.

Historiquement, l'identité turque était si étroitement liée avec l'Islam que de nombreux Turcs sont totalement incapables d'accepter l'idée qu'il est possible d'être Turc, sans être musulman. Comment voyez-vous cela?

N.: C'est vrai, beaucoup de gens ne vous considèrent pas comme "Turc" si vous confessez une religion différente, surtout si vous êtes chrétien ou Juif. Ils pensent que non seulement vous appartenez à une autre religion, mais à une autre nationalité.

A.: Cela peut s'expliquer par des causes historiques. L'ordre ottoman divisait les groupes ethniques en millets selon des critères religieux. Par exemple, tous les orthodoxes constituaient une "ethnie orthodoxe", et l'administration ne pouvait pas attribuer un sens à leur nationalité, qu'elle soit bulgare, serbe ou grecque. En Cappadoce, d'où je viens, la religion était ce qui divise les habitants entre Rouméiques [i.d. chrétiens] et Turcs [musulmans]. Les orthodoxes dans l'Etat de Talas, ma terre natale, parlaient le turc comme langue maternelle, et officiaient même la Liturgie en langue turque. Mais leur appartenance à l'Eglise orthodoxe est ce qui les catégorisait comme peuple "Rouméique."

De même, l'histoire de la Turquie connaît d'autres excellents exemples. Dans le passé, dans diverses parties de la diaspora turque, les communautés turques ont accepté le christianisme. Il y a des Turcs chrétiens en Asie centrale, il y a les Gagaouzes orthodoxes [1], et il y a des milliers de Turcs qui sont devenus chrétiens en Turquie. Le fait qu'ils soient chrétiens ne signifie pas qu'ils ne sont pas Turcs. Je suis aussi chrétien, mais je suis aussi à cent pour cent turc et le turc est ma langue maternelle. Ainsi, cette division du peuple en fonction de l'orientation religieuse est de plus en plus obsolète. Les gens sont toujours surpris quand ils entendent qu'un Turc est chrétien, mais peu par peu, cela devient plus normal.

Quelle est votre profession?

N.: Je suis diététicienne, et je fais du bénévolat.

A.: J'ai été cadre dans une entreprise publique importante, et j'ai vécu pendant un certain temps aux États-Unis. Plus tard, j'ai eu une entreprise en Belgique.

Ahmet, probablement que votre désir de devenir chrétien est venu alors que vous viviez et travailliez dans un pays chrétien?

A.: Non, la terre avait été préparée beaucoup plus tôt pour cela. Malheureusement, le christianisme en Turquie est perçu comme quelque chose qui vient "de l'extérieur." Ceci est une erreur, parce que l'orthodoxie est une partie de l'histoire de notre terre. On peut le voir par les privilèges que Mehmet le Conquérant donna au patriarcat de Constantinople.

J'avais quelque idée de ce qu'était le christianisme dès l'enfance, bien que cela ait été à travers le prisme de l'islam. De nombreux musulmans ont un grand respect pour les chrétiens, qui est lié avec le fait que le Coran accepte Jésus comme prophète. En général, les musulmans respectent également la Très Sainte Mère de Dieu. Je pense que vous avez vu la foule des fidèles musulmans qui se réunissent dans les églises orthoxes d'Istanbul pour vénérer les lieux saints, et demander de l'aide. En Turquie, nous sommes prêts à accepter le message du christianisme.

S'il y a des problèmes, ils sont liés à l'éducation que les deux parties reçoivent, et à l'ignorance. Par exemple, beaucoup de musulmans ne comprennent pas le sens de la doctrine de la Sainte Trinité et pensent que nous adorons trois dieux, et que le christianisme est une religion politique. Je ne dis pas cela comme une critique de l'islam, mais seulement présente ce fait comme un exemple pour montrer comment ils sont mal informés.

Nejla, votre recherche commença-t-elle également en Turquie?

N.: Oui, quand j'étais étudiante à l'université. Ma famille était religieuse dans l'ensemble, mais sans suivre tous les préceptes de l'islam à la lettre. Je me considérais comme une musulmane jusqu'à ce que je commence à me distancer de l'islam au cours de mes études à Ankara. Mes parents m'ont permis la liberté de décider de mon rapport à la religion. Pendant que j'étais dans l'Islam, je ressentais un vide qui demandait une plénitude. J'ai lu et recherché. Je suis entré dans une voie qui m'a conduit à l'orthodoxie.

Il s'ensuit que votre chemin d'accès à l'orthodoxie est le résultat d'une expérience "locale", sans aucune influence extérieure à la Turquie?

A.: Toute influence de l'Amérique ou de l'Europe chrétienne ne peut faire que du mal. Je ne me suis jamais sentie à l'aise avec les chrétiens de là-bas. Ils m'ont détournée du christianisme en le transformant en psychothérapie. Ils vont à l'église le dimanche pour parler. Cependant, la religion a pour but de combler un certain vide. En Europe, le christianisme a été relégué à des vacances sans aucun lien avec la religion. Prenez la Nativité du Christ, par exemple. Beaucoup de gens se saluent en disant: "Joyeuses fêtes", au lieu de dire "Bonne fête de la Nativité". En Europe, les gens ont une connexion superficielle avec le christianisme, sans compréhension de sa signification spirituelle.

Comment les chrétiens dans votre pays diffèrent-ils des Européens?

N.: Par le fait qu' ils sont beaucoup plus proches de l'essence et des traditions du christianisme.

A.: Et en ce sens qu'ils sont plus religieux.

N.: Nous allons à l'église chaque dimanche, nous lisons les Saintes Écritures, chaque soir nous prions ensemble, et nous nous efforçons de remplir toutes les exigences de notre religion.

Êtes-vous en contact avec la communauté orthodoxe locale?

A.: Nous sommes en contact étroit, parce que nous sommes à l'église chaque dimanche. Il y a beaucoup de gens sympathiques dans la communauté orthodoxe, et nous y avons trouvé des amis. Toute personne a quelque chose à partager avec nous. La Liturgie est officiée dans diverses églises. Nous allons souvent visiter l'église de Nihori. Lakas Vingas, le président de la communauté, nous permet de dire le "Notre Père" en turc.

N.: Oui, j'ai lu pour les turcophones (elle rit).

Est-il difficile pour vous de suivre les offices quand ils sont en grec?

A.: Nous nous préparons pour chaque office à la maison. Nous avons également un Nouveau Testament en deux langues, afin que nous puissions suivre le service en utilisant le texte turc. Il est important de comprendre pour pouvoir participer.

Le schisme tragique du Père Euphemios du Patriarcat de Constantinople dans les années 1920 et la fondation de "l'Église Orthodoxe Turque" schismatique [2] ont rendu beaucoup plus difficile l'introduction de la langue turque dans les paroisses de Constantinople, bien que cela a été fait il y a longtemps par d'autres confessions chrétiennes.

A.: Oui, c'est vrai. Nous espérons qu'avec le temps il y aura des offices en langue turque dans l'Église orthodoxe. Aujourd'hui, seul le symbole de la foi est lu en turc. Il est également nécessaire que le problème avec les successeurs du Père Euphemios soit résolu: il ne peut pas y avoir d'inimitié entre les Eglises. Tous les orthodoxes de Turquie doivent être sous l'obédience du Patriarcat œcuménique.

Avez-vous rencontré des réactions négatives des gens dans votre société après avoir été baptisés? Personne ne vous harcèle?

A.: Je n'ai rien vécu de négatif et je ne peux pas dire que j'ai été harcelé.

N.: Je n'ai pas rencontré de réactions négatives. Ma famille a été surprise, mais ils respectent mon choix.

Pensez-vous qu'il y en a beaucoup d'autres qui suivront votre exemple et se convertiront au christianisme?

A. et N.: Oui, beaucoup.

Néanmoins, jusqu'à présent très peu ont été baptisés.

N.: Le fait est qu'il y en a beaucoup plus qui ont été baptisés que ceux qui "montrent" qu'ils ont été baptisés. Ils ont peur de la réaction de ceux qui les entourent. Ce sont des chrétiens cachés.

A.: Oui, il y a la peur. Mais cela devrait changer, tout comme les attitudes de la société envers ceux qui changent de religion doit changer. Dans tous les cas, l'Eglise orthodoxe ne fait pas de prosélytisme. Au contraire, il existe des exigences strictes requises pour ceux qui veulent entrer [dans l'Eglise] en venant d'une autre foi. Ces gens doivent passer par un long catéchisme, et leur sincérité est testée.

Est-ce que cela veut dire qu'il n'est pas facile d'entrer dans l'Église orthodoxe?

N.: Oui, dans les années passées, mais nous avons vraiment insisté pour y arriver.

Les attaques contre les chrétiens, comme par exemple l'assassinat du prêtre catholique, le Père. Santoro, à Trébizonde, et le massacre de chrétiens à Malatya vous font-ils peur? Qui, pensez-vous, est derrière ces attaques?

A.: Je ne pense pas que quelque chose comme ça pourrait arriver dans la capitale. Le pays est visiblement en évolution tandis que les pourparlers concernant l'acceptation de la Turquie dans l'Union européenne continuent. Les Turcs sont de plus en plus ouverts et tolérants. Bien entendu, toutefois, certains groupes radicaux réagissent à ces changements. Ce sont des forces obscures qui n'ont rien de commun avec le gouvernement, et elles sont en marge de la société.

interview originale en bulgare
Как едно турско семейство откри православието
 05/04 / 2010
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
la version anglaise de la Moniale Cornelia Nun (Rees) sur

Notes
[1] Le peuple gagaouze descend des Turcs Seldjoukides qui s'établirent dans la Dobroudja, avec les peuples Petchenègues, Uz (Oghuz) et Cuman (Kiptchak) qui ont suivi le Sultan seldjoukide d'Anatolie Izzeddin Keykavus II (1236–76) . Plus précisément, un clan des Turcs Oghuz émigra vers les Balkans dans les conflits inter-tribaux avec les autres Turcs. Ce clan Turc Oghuz converti de l'islam au christianisme orthodoxe après son installation dans les Balkans de l'Est (en Bulgarie) était appelé Turc gagaouze. Un grand groupe de gagaouzes a plus tard quitté la Bulgarie et s'est installé dans le sud de la Bessarabie, avec un groupe de Bulgares de souche.

[2] La prétendue "Eglise Orthodoxe Turque" a été établie pendant la guerre entre la Grèce et la Turquie, par un partisan des nationalistes turcs nommé Pavlos Karahisarithis (plus tard, il changea son nom en Zeki Erenerol). Il a formé une église schismatique (se faisant appeler "papa" Eftim (Efthimiou) avec le soutien de Kemal Ataturk, qui a utilisé le groupe comme un outil de lutte contre la population grecque et le Patriarcat œcuménique. L'église a très peu d'adeptes à l'heure actuelle, et ses porte-parole , la petite-fille de papa Eftim, a été arrêtée en 2008 pour ses liens présumés avec une organisation nationaliste turque clandestine. Il était également suspecté que l'Église turque ait servi de siège à l'organisation.


Agia Sophia. Constantinipole
Sainte Sophie de Constantinople

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com