Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 09:20

Protestantisme

 

ÉTAT DES LIEUX

3 600 hommes et femmes pasteurs exercent en France, où l’on compte un million de protestants. 1 605 sont recensés par la Fédération protestante de France (FPF) dont 200 femmes, environ 2 000 par le tout nouveau Conseil national des évangéliques de France (Cnef). Chaque année, une vingtaine de nouveaux pasteurs sortent des Facultés de théologie protestante de Montpellier, Paris et Strasbourg où, réformés et luthériens, ont uni leurs forces pour une formation commune des futurs pasteurs. La formation dure sept ans : master suivi de deux années de stages ou «proposanat». Pour la France, les évangéliques revendiquent la formation de 80 pasteurs chaque année.

TENDANCE

Dans le bastion alsacien, on observe une baisse des entrées annuelles de près de 50 % depuis vingt ans. Les promotions, autrefois de douze, sont désormais de six. Sur un plan national, le protestantisme est loin de subir une crise des vocations comparable à celle de l’Église catholique. Les communautés protestantes couvrent toujours leurs besoins sans trop de difficultés. En revanche, l’attrait pour la fonction de pasteur subit les mêmes assauts de la sécularisation.

Deux phénomènes nouveaux apparaissent : la moitié des futurs pasteurs du protestantisme historique (luthéro-réformés) ne sont pas issus de ces Églises mais y viennent par choix. Ce qui maintient aujourd’hui les flux de nouveaux pasteurs après une baisse notable dans les années 1990. Et, second phénomène, la croissance des évangéliques qui ne manquent pas de pasteurs mais en appellent de nouveaux pour leur ­stratégie d’implantations.

 


Orthodoxie

ÉTAT DES LIEUX

Il y a environ deux cents prêtres orthodoxes en France pour 300 000 fidèles. Mais ils appartiennent à neuf «diocèses» différents. C’est-à-dire à neufs Églises qui ont chacune leur autonomie et leur siège principal à l’étranger. Certains dépendent donc du Patriarcat grec, de celui d’Antioche, de Moscou, de Roumanie, de Serbie, de Géorgie, de Bulgarie…

En France, ces Églises sont rassemblées dans le cadre de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, mais chaque Église a sa vie propre.

Il est donc très difficile d’obtenir des chiffres précis sur les vocations sacerdotales car certains futurs prêtres se forment en France mais beaucoup d’autres à l’étranger selon des cursus très internationaux. À titre d’exemple, le Patriarcat orthodoxe de Moscou compte 30 prêtres en France. Il vient d’ouvrir un séminaire de formation où une trentaine de séminaristes se préparent. Deux seront ordonnés diacres cette année. Ils sont en revanche une vingtaine à se préparer dans le cadre de l’Institut Saint-Serge, la structure orthodoxe de formation la plus ancienne à Paris.

TENDANCE

Les Églises orthodoxes sont toujours très liées à leurs origines nationales et culturelles. Il est donc impossible de généraliser sauf à constater qu’un effort convergent est mené pour élaborer un modèle «à la française». Tout en respectant les traditions et racines particulières, il aurait aussi pour effet de favoriser l’unité de ces Églises.

 


Judaïsme

ÉTAT DES LIEUX

270 rabbins exercent en France pour une communauté juive de 600 000 fidèles, la première d’Europe. 150 rabbins relèvent du Consistoire central, structure centrale, officielle et représentative, les autres appartiennent pour l’essentiel au mouvement Loubavitch (le principal courant de la branche orthodoxe) et au mouvement libéral.

Dans la branche consistoriale, les besoins de renouvellement sont couverts par les deux diplômés annuels de l’École rabbinique de France, de la rue Vauquelin à Paris où étudient douze rabbins.

Beaucoup d’autres rabbins sont formés dans des écoles talmudiques, en France et à l’étranger, mais il faut passer par l’École rabbinique de Paris pour pouvoir exercer comme rabbin consistorial dans une communauté française.

La branche Loubavitch revendique une cinquantaine d’élèves rabbins pour la France.

TENDANCE

Si la communauté juive ne souffre pas d’un manque de rabbins, elle n’est pas totalement satisfaite de la situation actuelle. Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, s’est fixé comme priorité la rénovation de la formation initiale des rabbins et un meilleur accompagnement de leur parcours une fois en poste.

L’idée est de renouveler l’attrait pour cette vocation car il n’est pas rare que de brillantes et prometteuses personnalités finissent par choisir une carrière non religieuse.

Dans les milieux plus orthodoxes, les vocations ne manquent pas mais le statut du rabbin dans de petites communautés naissantes reste très précaire.

 


Islam

ÉTAT DES LIEUX

2 000 imams exercent aujourd’hui en France pour près de 5 millions de fidèles. Plus de la moitié des imams remplissent cet office, notamment pour prêcher le vendredi, mais n’ont pas forcément reçu la formation idoine. Ils ont une profession et rendent ce service ponctuellement. Les «vrais» imams qui ont reçu et la formation théologique et la formation pastorale, sont au nombre de 700, dont 300 viennent de l’étranger. Ainsi la France compte-t-elle 40 % d’imams marocains, 25 % d’Algériens, 15 % de Tunisiens, les autres sont turcs ou originaires d’Afrique noire. Dans l’islam, l’imam n’a pas le statut d’homme du clergé et n’a pas de fonction sacrée à proprement parler. D’où la souplesse et la multiplication des statuts.

TENDANCE

Personne ne se bouscule dans les instituts islamiques pour devenir imam. La raison en est la précarité financière, le peu de reconnaissance sociale et une forte exposition aux conflits internes. S’ils peuvent être très respectés selon leur personnalité ou leur charisme, la majorité des imams vivent plutôt difficilement et ne subsistent pas dans cette fonction inconfortable qui est souvent un passage. Une petite centaine de jeunes diplômés sort, chaque année, des quatre principaux instituts d’études islamiques en France. La moitié sont des femmes et n’exerceront donc jamais cette fonction. Quant aux hommes, s’ils ne sont pas de parfaits arabisants et s’ils ne complètent pas cette formation théologique par une formation pastorale à l’étranger, ils auront du mal à être reconnus. En France, la formation des imans et les vocations confirmées pour cette fonction se cherchent encore.

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Orthodoxe de France : Cathedrale St Irenee - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com