Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 01:36

REGARD D'ENSEMBLE SUR L'EGLISE ORTHODOXE

 

L'EGLISE ET LES EGLISES - Quand on dit aujourd'hui "l'Eglise catholique", "l'Eglise protestante", "l'Eglise orthodoxe", et donc "les Eglises", on pense : autant d'Eglises qui différeraient les unes des autres par la doctrine, le culte et l'organisation. Cette façon de voir s'attache à la confusion des esprits pendant les temps modernes.

 

On parle selon la vérité en attribuant aux Eglises (au pluriel) des différences de lieux. Autrement dit : Eglise grecque, Eglise russe, Eglise romaine, Eglise française, etc. Ainsi parlaient et écrivaient les Apôtres. Il y a des Eglises (au pluriel) en ce sens que chacune d'elles est EGLISE LOCALE :

 

Eglise d'un lieu, d'un sol, d'un territoire, d'un peuple.

 

LES EGLISES LOCALES - Conformément à ce qui était cru et vécu par tous pendant le premier millénaire, et en Orient jusqu'à nos jours, l'Orthodoxie ne connaît que des Eglises locales ; chacune étant l'EGLISE pleine et entière ou universelle, sur son territoire.

 

Chacune d'elles est l'Eglise (au singulier). Toutes ensemble sont l'Eglise (au singulier).

 

On ne construit pas une Eglise de plus avec des idées nouvelles, mais en implantant l'Eglise de toujours et de partout sur un lieu nouveau : soit qu'elle n'y existât pas encore, cas de la Russie sous saint Vladimir ; soit qu'elle y réapparaisse, comme c'est aujourd'hui notre cas, après une longue absence.

 

L’EGLISE - En tous temps et en tous lieux, l'Eglise est UNE, sainte, catholique et apostolique.

 

Mais chaque fois c'est l'Eglise d'une terre, d'un climat, d'une langue, d'une race, d'un patrimoine national. Avec sa personnalité irremplaçable et unique.

 

Il y a union universelle parce que : même foi, mêmes sacrements et par dessus tout même communion eucharistique, mêmes canons généraux.

 

l'unité n'existe que dans la diversité.

 

Toutes les Eglises font UN en restant chacune pleinement soi-même : des tempéraments­, des liturgies, des règles locales particulières.

 

L’UNITÉ : COMMENT ? - Débarrassons-nous d'une erreur moderne découlant de l’ecclésiologie romaine : l'unité de l'Eglise serait suspendue à un seul et unique pouvoir central. Une telle idéologie n'est en rien conforme à la foi des premiers chrétiens du temps de l'indivision, nos pères dans la foi ; c'est en tous points contradictoire avec la manière dont ils organisèrent l'Eglise selon la constitution sacrée transmise par les apôtres, et dont ils vécurent en son sein.

 

Usons d'une comparaison. Vous savez que le blanc résulte de la fusion de toutes les couleurs. Eh bien, essayez d'obtenir le blanc en unissant un bleu délavé, un rouge pâme, un jaune douteux, etc. ! Ce que vous obtiendrez sera un gris confus, non pas le blanc. On obtient le blanc avec un bleu vraiment bleu, un rouge vraiment rouge, etc. Cela signifie que, pour réaliser l'unité, il faut que les personnalités diverses soient et restent pleinement elles-mêmes, et qu'on "n'unifie" pas en édulcorant. Cala vaut pour une famille à l'intérieur d'elle-même, pour une nation, pour un groupe quel qu'il soit, et par excellence pour l'Eglise.

 

On n’unifie pas en uniformisant. Ni en standardisant. Ni en écrasant l'original sous les normes arbitraires d'un modèle prétendu général.

 

On n'unifie pas davantage en absorbant. Notre évêque Jean de Saint Denis lutta toute sa vie pour préserver le réveil orthodoxe occidental des ornières de la russification : les immigrés russes nous aimaient bien, mais, étant immigrés, c'est à dire dans l'irréalisme sentimental dû à la rupture de lien organique avec un sol, un ciel et un sang, ils se laissaient aller à nous vouloir russes et priant dans le seul rite byzantino-slave. Notre Eglise catholique orthodoxe de France aura au XXème siècle, redonné sa pleine force au principe d'unité dans la diversité que les Orientaux eux-mêmes, en raison de leur long isolement par rapport à nous et des influences romanistes qu'ils subirent aux temps modernes, oubliaient déjà.

 

L'unité de l'Eglise procède du dogme trinitaire (toute notre vie spirituelle en dépend et la vie de l'Eglise son organisation, sa manière d'exister et de régler ses problèmes, en dépendent). En Dieu, le Père n'est pas le Fils ni le Saint Esprit, Fils n'est pas le Saint Esprit ni le Père, le Saint Esprit n'est pas le Père ni le Fils. Trois personnes, ou hypostases. Cependant nous dirons : "Gloire à TOI, Père et Fils et Saint Esprit, gloire à TOI !" Nous glorifions TROIS hypostases en disant : TOI, c'est à dire : trois qui sont absolument un. Car s'il y a trois hypostases, elles ne font pas trois dieux, mais un seul Dieu. Or, qu'est-ce que l'Eglise ?

 

La communication de la Trinité divine à la terre.

 

La constitution de l'Eglise, ce qui la fait UNE et SAINTE, c'est : la Trinité Père et Fils et Saint Esprit.

 

Pour comprendre l'Eglise de Dieu, il faut commencer par considérer Dieu.

 

La vérité de l'Eglise n'habite pas la pensée des hommes : opinion, position des pouvoirs publics, etc. Peu importe ce que "Les gens pensent", peu importe "comment le pouvoir politique" (ou les intellectuels, ou ceux qui font la mode) "voient l'Eglise", ou "se la représentent". C'est Dieu Uni-Trinité qui est en cause. L'Eglise est par rapport à Lui.

 

Et donc, c'est parce qu'elles ont toutes la même foi, le même amour de Dieu et du prochain, les mêmes sacrements, la même communion que les Eglises ne font qu'UN forment, chacune chez elle et toutes ensemble, l'Eglise UNE.

 

MANIFESTATION DE L'UNITÉ - Si un chrétien orthodoxe français se rend dans une église orthodoxe russe ou grecque, etc., bien sûr le voici avec des Russes qui prient en slavon, ou avec des Grecs qui prient en grec, etc. Ce ne sont ni le même pays, ni la même psychologie (façon de penser, sensibilité...), ni les mêmes rites, ni les mêmes coutumes ecclésiastiques. Pareillement si un orthodoxe russe ou grec vient une de nos communautés orthodoxes françaises... Rien de plus compréhensible !

 

Mais à travers ces différences de race et de lieu, un orthodoxe français reconnaît sa foi, son espérance, sa charité, tous ses sacrements, toute sa vie spirituelle, bref toute son Eglise dans la communauté russe ou grecque ou roumaine ou arabe. Il reconnaît l'Eglise catholique : même foi intègre ; partout la même Eglise, du fait que c'est partout la même foi intègre.

 

"Ce qui est cru par tous, depuis toujours, en tous lieux" Saint Vincent de Lérins, Ve s., Père de l'Eglise

 

I1 reconnaît la juste glorification de la Trinité divine, autrement dit : l’Eglise orthodoxe. Il ne fait qu'UN avec ces frères différents. Il communie.

 

De même, si viennent chez nous orthodoxes français, des orthodoxes qui seraient ukrainiens, grecs, serbes, roumains, arabes, finlandais, japonais, américains.

 

Unité dans la diversité - Concorde et harmonie.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Catéchèse

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com