Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 03:10


 

AVERTISSEMENT.

 

L'exorde de cette homélie est tout à fait semblable à celui du sermon sur le débiteur des dix mille talents; dans l'un comme dans Vautre, Chrysostome se félicite de ce qu'après une longue maladie, il lui est donné de se retrouver et de s'entretenir de nouveau, comme au retour d'un long voyage, avec cette assemblée dont il est aimé, et qu'il aime à son tour d'une égale affection. De là, certains savants tirent cette conclusion que l'homélie sur le débiteur des dix mille talents ayant été prononcée certainement à Antioche, en 387, celle-ci le fut probablement à Constantinople. Car, disent-ils, il n'aurait pas fait deux fois le même exorde dans la même ville; mais, après s'être rétabli d'une maladie étant à Antioche, il s'y servit d'abord de ce début; et ensuite, étant à Constantinople, après un autre retour à la santé, il commença ce discours-ci de la même manière, devant des auditeurs dont pas un n'avait entendu l'autre. Cet argument ne semble pas tout à fait invraisemblable; pourtant comme Chrysostome a été souvent malade à Antioche, comme on le voit par plusieurs de ses discours, et que d'ailleurs il avait coutume, après un intervalle de quelques années, de répéter dans la même ville d'Antioche, non-seulement des exordes, mais des sermons tout entiers, qu'il remaniait et qu'il modifiait un peu, comme nous l'avons déjà vu souvent, rien n'empêche qu'il ne se soit servi quelques années plus tard, également à Antioche, du même début qu'en 387. Ce discours a donc pu être prononcé, soit dans l'une de ces villes, soit dans l'autre, et il est assez difficile de se déterminer entre les deux.

 

ANALYSE.

 

Tendresse de Chrysostome pour ses auditeurs. — La charité est une dette qu'on ne peut jamais payer. — Les chrétiens patients dans les persécutions. — Efficacité des paroles de l'Apôtre. — Ingratitude des Macédoniens envers les apôtres. — Pourquoi saint Paul chassa le démon qui forçait la servante à reconnaître la mission des apôtres. — Ferveur et délivrance de Paul et de Silas. — De l'efficacité du chant des hymnes : pourquoi Paul et Silas s'y livrèrent au milieu de la nuit. — L'affliction nous rend attentifs et vigilants. — En fait de choses spirituelles, il. ne faut jamais différer. — Pourquoi Dieu permet les tentations.

 

1. Je me sens aujourd'hui comme si je ne m'étais pas rendu au milieu de vous depuis longtemps. Car bien que je ne fusse retenu à la maison que par ma mauvaise santé, je me trouvais comme exilé bien loin de votre amour. En effet, lorsque l'on aime véritablement et qu'on ne peut se trouver avec celui qu'on aime, on a beau habiter la même ville, on n'est pas moins affecté que si l'on vivait dans un autre pays. C'est là ce que savent tous ceux qui savent aimer. Pardonnez-nous donc, je vous en prie; car ce n'est pas la négligence qui a causé cette séparation; c'était le silence de la maladie. Et d'une part, je sais que vous vous réjouissez tous à présent de notre retour à la santé; et de mon côté, je me réjouis aussi, non pas seulement de l'avoir recouvrée, mais encore de ce qu'il m'est donné de revoir vos visages qui me faisaient faute, et de jouir de l'amour selon Dieu que vous me portez. La plupart des hommes, revenus à la santé, ne pensent qu'à se faire apporter du vin, à remplir leurs verres, à boire frais: pour moi, votre compagnie m'est plus agréable que toutes les réjouissances, et (110) elle est pour moi et la condition de ma santé, et la source de ma joie. Eh bien! donc, puisque par la grâce de Dieu nous nous sommes retrouvés mutuellement, il faut que nous vous payions la dette de la charité, si une telle dette se peut jamais payer. C'est qu'en effet, elle est la seule des obligations qui ne connaisse point d"e terme; plus on s'en acquitte, plus elle se prolonge, et si en fait d'argent nous donnons des éloges à ceux qui ne doivent rien, ici nous félicitons ceux qui doivent beaucoup. C'est pourquoi saint Paul, le docteur des nations, a écrit cette parole : Ne soyez redevables de rien à personne, excepté de la charité mutuelle (Rom. XIII, 8), voulant que notas nous acquittions sans cesse de cette obligation, tout en continuant d'y être tenus, et que jamais nous ne soyons affranchis de cette dette jusqu'au jour où nous le serons de la vie présente elle-même. Si donc une dette pécuniaire est un poids et une gêne, c'est, au contraire, une chose blâmable de ne pas devoir toujours la dette de la charité. Et pour preuve, écoutez avec quelle sagesse cet admirable docteur amène ce conseil. Il commence par dire : Ne soyez redevables de rien à personne; puis il ajoute : excepté de la charité mutuelle. Il veut que nous acquittions toutes nos autres dettes ici-bas, mais il entend que pour cette dernière il n'y ait jamais d'extinction possible. En effet, c'est elle surtout qui forme et discipline notre vie. Eh bien ! donc, puisque nous connaissons tout le profit à retirer de cette dette, puisque nous savons qu'on ne fait que l'augmenter en s'en acquittant, efforçons-nous aujourd'hui, nous aussi, de tout notre pouvoir, de payer celle que nous avons contractée envers vous, non par nonchalance ni ingratitude, mais par l'effet du mauvais état de notre santé; acquittons- nous, en adressant quelques paroles à votre charité, et, en prenant pour sujet de cet entretien l'Apôtre lui-même , ce merveilleux docteur du monde, mettons, sous vos yeux, et méditons à fond ce qu'il disait aujourd'hui en écrivant aux Romains; servons ainsi à votre charité le festin spirituel que nous avons été longtemps sans vous offrir. Quelles. sont ces paroles que nous avons lues? Il est nécessaire de vous le dire, afin que les ayant présentées à votre souvenir , vous saisissiez mieux ce que nous vous dirons. Nous savons, dit l'Apôtre, que tout tourne à bien à ceux qui aiment, Dieu. (Rom. VIII, 28. ) Quel est le but de cette entrée en matière? Car cette âme bienheureuse ne dit rien au hasard, ni en pure perte, mais elle applique toujours aux maux qui se présentent les remèdes spirituels qui leur conviennent.

Quel est donc le sens de ses paroles? De nombreuses épreuves assiégeaient de toutes parts ceux qui s'avançaient alors dans la foi, les ruses de l'ennemi se succédaient incessamment, ses embûches étaient continuelles; ceux qui combattaient avec l'arme de la prédication n'avaient point de relâche : les uns étaient jetés en prison, d'autres en exil, on traînait les autres à mille abîmes divers; en conséquence, il agit comme un excellent général, qui , voyant son adversaire respirer la fureur, parcourt les rangs de ses soldats, relève partout leur courage, les fortifie, les prépare au combat, augmente leur audace, accroît leur désir d'en venir aux mains avec l'ennemi, les enhardit à ne pas craindre ses attaques, mais à se tenir en face, la fermeté dans le coeur pour le frapper, s'il est possible, au visage même, et ne point s'effrayer de lui résister. De même le bienheureux apôtre, cette âme d'une élévation toute céleste, voulant réveiller les pensées des fidèles,. et brûlant de relever leur âme en quelque sorte gisante à terre, commença par leur dire : Or nous savons que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu. Voyez-vous la prudence apostolique? Il n'a point dit : Je sais, mais : Nous savons; il les range eux-mêmes dans le nombre de ceux qui conviennent de ce qu'il dit, que tout tourne à bien à ceux qui, aiment Dieu. Considérez aussi l'exactitude du langage de l'Apôtre. Il n'a pas dit : Ceux qui aiment Dieu échappent aux maux, sont délivrés des épreuves; mais : Nous savons, c'est-à-dire, nous sommes assurés, nous avons la certitude; l'expérience nous a démontré: Nous savons que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu.

2. Quelle force ne trouvez-vous pas dans cette courte expression : Tout tourne à bien ? En effet, n'allez pas me parler des avantages d'ici-bas, ne songez pas seulement au bien-être et à la sécurité, mais aussi à ce qui leur est tout opposé : à la prison, aux tribulations, aux embûches, aux, attaqués journalières, et alors vous verrez parfaitement la portée de cette parole. Et pour ne pas entraîner au loin votre charité, prenons, si vous le voulez bien, quelques petits faits parmi ce qui arriva au bienheureux apôtre, et vouas verrez la force de ce (111) langage. Alors que , parcourant toutes les contrées, semant la parole de piété; arrachant les épines, et se hâtant d'implanter la vérité dans l'âme de chacun , il fut arrivé dans une ville de Macédoine, comme nous le raconte saint Luc, l'auteur des Actes, il rencontra là une jeune servante qui, possédée d'un malin esprit, ne pouvait garder le silence, et qui , s'en allant de côté et d'autre, voulait proclamer partout les apôtres par la suggestion de ce démon. Saint Paul, parlant alors avec grande autorité, employant un langage impérieux, comme quelqu'un qui chasserait un vil malfaiteur, délivra cette femme du malin esprit : les habitants de cette ville auraient dû considérer dès lors les apôtres comme des bienfaiteurs, comme des sauveurs , et, cri échange d'un tel bienfait, les traiter avec toute espèce d'égards. Ils firent pourtant tout le contraire. Ecoutez comment on récompense les apôtres : Les maîtres de cette servante, dit saint Luc, voyant que l'espoir de leur trafic était perdu, s'emparèrent de Paul et de Silos, les traînèrent sur la place publique devant les magistrats, puis ils les menèrent aux préteurs, et leur ayant donné un grand nombre de coups , ils les jetèrent en prison, en recommandant au geôlier de les garder soigneusement. (Act. XVI, 19, 23.) Voyez-vous l'excessive méchanceté des habitants de cette ville ? voyez-vous en même temps la patience et la fermeté des apôtres? Attendez un peu, et vous verrez aussi la miséricorde de Dieu. En effet, comme il est sage et fécond en ressources, il ne fait point cesser les maux tout d'abord et dès le début, mais, après que toutes les dispositions des adversaires ont pris de l'accroissement,après que la patience de ses athlètes a été prouvée par des faits, c'est alors que lui aussi montre à son tour son influence; afin que personne - ne puisse alléguer que si les serviteurs de Dieu courent ainsi aux dangers, c'est qu'ils se fient sur ce qu'ils n'auront rien de pénible à souffrir. C'est pour cela que dans les secrets de sa sagesse il laisse les uns devenir victimes des maux, et qu'il y soustrait les autres; il vent que l'exemple de tous vous instruise de son extrême miséricorde, il veut vous apprendre que lorsqu'il réserve à ses serviteurs de plus grandes récompenses, il permet souvent que leurs maux se prolongent. C'est ce qu'il a fait ici. Car après un tel miracle, après un si grand bienfait que celui par lequel ils se signalèrent en chassant cet esprit impudent, Dieu permit qu'ils fussent battus de verges et jetés en prison. C'est là surtout qu'apparut la puissance de Dieu. Aussi le saint Apôtre disait-il : Je me glorifierai donc le plus volontiers dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. Et un peu plus loin : Quand je suis faible, c'est alors que je suis puissant (II Cor. XII, 9, 10) ; il entend par faiblesse les tentations continuelles. Mais peut-être on se demandera ici pourquoi il a chassé un démon qui ne disait rien qui leur fût hostile, mais qui, au contraire, les faisait ouvertement connaître; car il y avait plusieurs jours qu'il criait: Ces hommes sont. les serviteurs du Dieu très-haut, qui vous annoncent le chemin du salut. (Act. XVI, 17.) Ne soyez point surpris, bien-aimé frère : ceci encore était l’effet de la prudence apostolique et de la grâce du Saint-Esprit. Car, bien qu'il ne dit rien qui leur fût hostile, il ne fallait point que le démon acquit par là un crédit qui l'eût mis à même, à d'autres égards, d'entraîner la croyance des simples voilà pourquoi saint Paul lui ferma la bouche et le chassa, ne voulant pas lui permettre de parler de choses dont il était indigne. Et, en agissant de la sorte, saint Paul suivait l'exemple de son Maître , car lorsque les démons venaient au-devant de Jésus, et lui disaient : Nous savons qui tu es, tu es le saint de Dieu (Luc, IV, 34), quoiqu'ils parlassent ainsi, Jésus les chassait. Et cela arrivait pour confondre les Juifs impudents qui voyaient tous les jours des miracles et une foule de prodiges, et qui refusaient de croire, tandis que les démons les avouaient, et confessaient Jésus pour le Fils de Dieu.

3. Mais passons à la suite de notre discours. Afin donc que vous appreniez que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu, il est nécessaire de vous lire toute cette histoire : elle vous apprendra comment, après les coups et la prison, toutes choses ont été, par la grâce de Dieu, changées en avantages pour eux. Voyons comment saint Luc nous le fait voir; il dit : Le geôlier ayant reçu cette recommandation, les jeta dans la prison la plus intérieure, et leur mit des entraves aux pieds. (Act. XVI, 24.) Voyez comme leurs maux se prolongent, afin que la patience des apôtres devienne plus éclatante, et en même temps pour que la puissance ineffable de Dieu acquière aux yeux de tous une grande évidence. Ecoutez encore ce qui suit. (112) Saint Luc ajoute: Au milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et louaient Dieu. (Ib. V, 25.) Voyez ces âmes. qui semblent avoir des ailes, ces esprits en éveil : ne passons point légèrement, mes frères bien-aimés, sur cette parole. Ce n'est pas au hasard ni pour indiquer seulement l'heure que saint Luc dit : Au milieu de la nuit; mais il veut nous montrer que pendant le temps où le sommeil enchaîne agréablement les autres hommes, et ferme leurs paupières. à l'heure où il est naturel que des personnes en proie à de nombreuses souffrances se laissent entraîner au sommeil, alors que de tous côtés le sommeil fait sentir son pouvoir absolu, c'est à cette heure que les apôtres priaient et louaient Dieu, donnant ainsi la plus grande preuve de leur amour envers lui. Car de même que si nous sommes affligés parles douleurs corporelles, nous recherchons la présence de nos proches, pour trouver dans leur conversation de quoi soulager la violence de notre mal ; ainsi les saints apôtres, embrasés d'amour pour leur Maître, et lui adressant les hymnes sacrés, ne sentaient même pas leurs douleurs; mais, tout entiers à leurs supplications, ils lui offraient cet admirable chant des hymnes : leur prison était devenue un temple, et elle était sanctifiée tout entière par les cantiques de ces bienheureux apôtres. C'était un spectacle merveilleux et admirable que ces hommes, dont les pieds étaient dans les entraves, mais dont la voix n'en avait aucune qui les empêchât de chanter les hymnes. C'est que. pour l'âme austère et vigilante, qui a pour Dieu une charité ardente, il n'est rien qui soit capable de la séparer de son Maître : Car, dit l'Ecriture, je suis le Dieu qui se rapproche, et non pas un Dieu qui se tient à distance(Jérém. XXIII, 23); et elle dit encore autre part : Tu parleras encore, que je dirai : Me voici. (Isaïe, LVIII, 9.) En effet, là où l'âme est en éveil, la pensée a des ailes et se dégage, pour ainsi dire, des liens du corps; elle prend son vol vers le Dieu qu'elle aime, et regarde avec dédain la-terre au-dessous d'elle s'élevant au-dessus des choses visibles, elle court vers Dieu : c'est ce qui est arrivé à nos saints apôtres. Voyez en effet la vertu soudaine des hymnes, et comment ces hommes, quoique en prison et les entraves aux pieds, quoique mêlés avec des imposteurs et des prisonniers, non-seulement n'éprouvèrent aucun dommage, mais encore n'en brillèrent que mieux, et éclairèrent par la lumière de leur propre vertu tous ceux qui étaient dans la prison. Car la voix de ces hymnes sacrés, pénétrant dans l'âme de chacun des prisonniers, la transformait, pour ainsi dire, et la corrigeait. En effet l'Apôtre ajoute : Aussitôt un grand tremblement de terre eut lieu : les fondements de la prison furent ébranlés, et à l'instant toutes les portes s'ouvrirent, et les liens de tous furent défaits. (Act. XVI, 26.) Vous voyez la puissance des hymnes auprès de Dieu ! Non-seulement ceux qui les lui offraient obtinrent leur propre soulagement, mais ils furent cause aussi que les liens de tous se détachèrent : c'était pour montrer par des faits que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu. En effet, voyez un peu quel tableau ! des coups, une prison, des entraves, la compagnie des prisonniers. Eh bien! tout cela est devenu un sujet d'avantages, une occasion de gloire, non pas pour les apôtres seulement, non pas seulement pour les autres qui étaient en prison, mais pour le geôlier lui-même. En effet, que lisons-nous? Le geôlier s'étant réveillé, et ayant vu que les portes de la prison étaient ouvertes, tira son épée et allait se tuer, croyant que les prisonniers s'étaient échappés. (Ibid. V, 27.) Considérez ici avec moi la miséricorde de Dieu, laquelle surpasse toute expression ! Pourquoi tout cela arrive-t-il vers minuit? Uniquement pour que l'affaire se passe sans tumulte et dans le calme, et pour assurer le salut du geôlier. Car lorsque le tremblement de terre fut arrivé, et que les portes se furent ouvertes, les liens de tous les prisonniers se détachèrent, et Dieu ne permit pas qu'aucun d'entre eux s'évadât. Remarquez encore ici avec moi un nouveau trait de la sagesse divine. Toutes les autres circonstances, je veux dire, le tremblement de terre, l'ouverture des portes, ont eu. lieu pour que tout le monde apprît par l'événement quels étaient ceux que renfermait alors la prison, et que ce n'étaient pas des hommes ordinaires, mais s'il arriva que personne ne sortit, c'est afin que ceci ne devînt pas pour le geôlier une source de dangers. Pour vous en convaincre, écoutez comment, rien qu'au soupçon du fait, à la seule pensée de quelques évasions, il fit bon marché même de sa vie ! Saint Luc dit en effet : Ayant tiré son épée, il allait se tuer. Mais le bienheureux Paul, toujours attentif, toujours vigilant , arracha par ses paroles l'agneau de la. gueule du loup. Il s'écria : Ne te fais aucun mal! nous sommes tous ici. (Act. XVI, 28.) O comble d'humilité ! il ne conçut (113) aucun orgueil de ce qui venait de s'accomplir, il ne se révolta pas contre le geôlier, il ne se permit aucune expression de hauteur; mais il se comptait lui-même au nombre des prisonniers, des bourreaux, des malfaiteurs, en disant : Nous sommes tous ici. Vous venez de le voir usant de la plus grande humilité, et ne s'arrogeant rien de plus qu'aux malfaiteurs qui sont avec lui. Examinez enfin la conduite du bourreau : il ne s'adresse pas à saint Paul comme à quelqu'un des autres. Ayant pris courage et ayant demandé une lumière, il s'élança dans la chambre, et se jeta tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas; puis les ayant reconduits dehors, il leur dit : Maîtres, que faut-il que je fasse pour être sauvé? (Ibid. V, 29, 30.) Voyez-vous que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu ? voyez-vous les stratagèmes du démon, et comment ils furent déjoués? Voyez-vous comme ses artifices manquèrent leur but ? Quand les apôtres eurent chassé l'esprit malin, Satan fit en sorte qu'on les jetât en prison, croyant empêcher par là le cours de leurs prédications. Mais voilà que cette prison est devenue pour eux l'occasion d'un nouveau bénéfice spirituel.

4. Ainsi donc, nous aussi, si nous sommes vigilants, non-seulement dans les moments de calme, mais encore dans les tribulations, nous pouvons trouver notre profit, et plus encore dans la tribulation que dans le calme. Car ce dernier état nous rend presque toujours plus négligents ; la tribulation au contraire nous dispose à la -vigilance, elle nous rend dignes aux yeux de Dieu de l'assistance d'en-haut , alors surtout que, par notre espérance en lui , nous faisons preuve de patience et de fermeté dans toutes les afflictions qui nous surviennent. Ne soyons donc pas chagrins, quand nous sommes éprouvés, mais au contraire réjouissons-nous ; car c'est l'occasion de notre gloire. C'est dans ce sens que saint Paul a dit : Nous savons que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu. Considérons aussi l'âme ardente de nos saints apôtres. Quand ils entendirent cette question du geôlier : Que faut-il que je fasse pour être sauvé ? tardèrent-ils à répondre ? remirent-ils à plus tard? négligèrent-ils de l'instruire ? nullement. Et que lui dirent-ils ? Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé, toi et toute ta famille. (Ibid. V, 31.) Voyez la sollicitude apostolique. Ils ne se contentent pas du salut de lui seul, ils veulent aussi, grâce à lui, envelopper tous les siens dans les lacs de la religion , et infliger à Satan une blessure cruelle : Et le geôlier fut baptisé à l'instant, lui et tous les siens, et il fut ravi de joie, avec toute sa famille, d'avoir cru en Dieu. (Ibid. V, 33, 34)

Cela nous apprend à ne jamais différer même d'un instant dans les affaires spirituelles, mais à considérer toujours comme favorable l'occasion qui se présente. Si en effet nos saints apôtres n'ont pas voulu différer alors qu'il était nuit, quelle excuse aurons-nous si dans les autres moments du jour nous laissons échapper des profits spirituels ? Vous avez vu cette prison devenant une église ? ce repaire de bourreaux transformé soudain en une maison de prière ; vous avez vu s'y accomplir la sainte initiation ? Voilà l'effet de la vigilance, c'est là ce que l'on gagne à ne jamais négliger les profits spirituels, mais à tirer parti de toutes les occasions pour réaliser d'aussi nobles bénéfices. Le saint apôtre a donc bien eu raison d'écrire : Que tout tourne à bien à ceux qui aiment Dieu. Et nous aussi, je vous y engage, ayons cette parole bien gravée dans notre âme, et n'entrons jamais en dépit, quand il nous arrive des afflictions dans cette vie, événements . maladies, ou autres circonstances fâcheuses ; armons-nous d'une grande sagesse pour résister à toutes les épreuves, sachant que si nous sommes vigilants, nous pouvons tirer parti de tout , et des épreuves plus que des consolations. Ne nous troublons jamais , songeant combien la patience est profitable , et n'ayons pas même de sentiments de haine contre ceux qui nous attirent nos épreuves. Car s'ils agissent de la sorte pour atteindre leur but particulier, notre Maître commun le permet, voulant par ce moyen nous faire trouver nos bénéfices spirituels, nous faire obtenir le salaire de notre patience. Si nous pouvons donc supporter avec reconnaissance ce qui nous est infligé, nous effacerons par là une grande partie de nos péchés. Et si le Seigneur, en voyant un tel trésor, le docteur des nations, tomber chaque jour dans les dangers, supportait qu'il en fût ainsi, non par insouciance de son athlète, mais parce qu'il lui préparait une plus longue lutte, pour lui accorder ensuite de plus brillantes couronnes, que pourrions-nous dire, nous autres, qui sommes couverts d'une foule de péchés, et qui, à cause de ces péchés, rencontrons maintes et maintes épreuves, afin (114) qu'ayant porté ici-bas la peine de nos fautes , nous soyons au moins jugés dignes d'un peu d'indulgence, et que nous puissions en ce jour terrible goûter les biens mystérieux ? Réfléchissons à tout cela , et résistons généreusement à toutes les afflictions, afin de recevoir du Dieu de miséricorde la récompense de notre patience , de pouvoir diminuer la multitude de nos péchés, et obtenir les biens éternels , par la grâce et la miséricorde de Notre-Seigneur Jésus-Christ, avec lequel gloire, puissance et honneur au Père, ainsi qu'au Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Homélies

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com