Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 00:07
Quand, des yeux de la Foy, je vois le premier Age,
Où tu formas de l’Homme & l’Esprit & le Corps [a],
Je te bénis, Seigneur, Tout-puissant & tout-sage,
Qui dans ce Composé versas tant de Trésors.
 
Ce fut là ton Chef-d’œuvre & ton plus noble Ouvrage,
            Dont le rare artifice & les nombreux ressorts
            Expriment clairement les traits de ton Image,
            Et causent dans mon Cœur de célestes Transports.
 
      Eternel, si dans moy ton Image est empreinte[b],
            Qu’admirant ton Pouvoir, je profite en ta Crainte,
            Et je t’offre les vœux de ma Fidélité.
 
                        Que mon Cœur, pour t’aimer, devienne tout de flamme ;
            Et que pour rendre Hommage à ta Divinité,
            Je consacre à ta Gloire, & mon Corps, & mon Ame.
 
 
            SONNETS CHRETIENS SUR DIVERS SUJETS
            DIVISES EN QUATRE LIVRES
            PAR Mr DRELINCOURT
 
            Livre Ier, sonnet X
 
            Edité et préfacé par Albert-Marie Schmidt
            Paris, Les Editions du Chêne, 1948
 
[a] Galien dit, qu’en reconnaissant Dieu pour l’Auteur de toute la belle Economie de notre Corps, il est assuré de lui chanter une Hymne beaucoup plus agréable que ne lui seraient toutes les Victimes et tous les Parfums.
[b] Allusion au mot de Jésus-Christ : Rendez à César, etc., c’est-à-dire, selon Saint Augustin, César exige de nous cette Impression de son Image, et Dieu vous demande l’Impression de la sienne, qui est votre Ame, dans son Essence, dans ses Facultés, et dans ses Habitudes.
 
Laurent Drelincourt (1626-1680) fils d'un pasteur huguenot renommé fut à son tour un des plus brillants représentants de l'Eglise réformée. Il conçut, et y réussit avec éclat, l'idée de mettre au service de l'expression de la foi et de la piété cette langue riche et ornée du temps de Henri IV et de Louis XIII telle qu'un saint François de Sales en avait donné l'exemple inégalé un demi-siècle plus tôt. Les linguistes ont pris l'usage de la qualifier "préciosité", terme qui n'implique aucun jugement de valeur mais désigne techniquement un certain état de la langue française, comme plus tard "galanterie" au début du règne de Louis XIV. 
 
Le professeur Albert-Marie Schmidt, qui en fut le spécialiste incontesté, a dans sa préface ces mots que je m'en voudrais de ne pas citer :
" [Laurent Drelincourt] voulut montrer que la spiritualité précieuse trouve dans la théologie son accomplissement. Ainsi mena-t-il à bien une oeuvre poétique qui n'a pas sa pareille au dix-septième siècle. [...] La préciosité cherchait,  lui semblait-il, la théologie. Il provoqua leur rencontre. Elle devint dans ses ouvrages une indissoluble union."
 
Ses cent-soixante "Sonnets chrétiens", parus en 1677, s'acquirent dès alors une renommée qui, dans le monde huguenot au moins, dura plus d'un siècle et demi, jusqu'à la révolution romantique. Leur somptuosité orchestrale,  leurs harmonies entrelacées, leur scintillance, leur exubérance, cette richesse foisonnante et pourtant secrètement ordonnée - toutes richesses bientôt abolies sous la sèche férule de Malherbe et de Vaugelas - auront-elles chances de résonner dans nos âmes contemporaines, si étrangères à l'idée même de préciosité ?
 
Je tente l'expérience. N'en fût-il qu'un pour s'en régaler, ce sera moi !  
 
 
Publié par + JFV

Partager cet article

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com