Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 01:09

par John Chryssavgis 

1. Introduction

Au cours des deux dernières décennies, le monde a connu alarmante dégradation de l'environnement - avec le changement climatique, la perte de la biodiversité et la pollution des ressources naturelles - l'élargissement entre écart entre les riches et les pauvres, ainsi que d'accroître la mise en œuvre à l'échec de l'environnement. Politiques et[1 ] Au cours de la même décennie, un chef religieux a discerné les signes des temps et de personnes appelé l'attention sur cette situation écologique et sociale.

Sa Sainteté le Patriarche Œcuménique Bartholomée a constamment proclamé la primauté des valeurs spirituelles dans la détermination de l'éthique environnementale et l'action. Ses efforts lui ont valu le titre de "patriarche vert" - inventé et diffusé par les médias en 1996, tout en étant formalisé à la Maison Blanche en 1997 par Al Gore, vice-président des États-Unis. En 2008, le Patriarche Œcuménique Bartholomée a été nommée l'une des Time Magazine des 100 personnes les plus influentes dans le monde pour "définir l'écologie comme une responsabilité spirituelle."

2. Initiatives et activités

Les initiatives environnementales du Patriarcat œcuménique date remonte au milieu des années 1980 avec la troisième session de la pré-synodal-orthodoxe Conférence panafricaine tenue à Chambésy (1986). Représentants à cette réunion ont exprimé le souci de l'abus de l'environnement naturel, en particulier dans les riches sociétés occidentales. L'accent a été mis en quittant un monde meilleur pour les générations futures. Plusieurs réunions inter-orthodoxe suivi sur le thème «Justice, Paix et Intégrité de la Création» et en présence de représentants orthodoxes.

Une telle consultation a eu lieu à Patmos, Grèce (1988), pour marquer le 900e anniversaire du monastère historique de St Jean le Théologien. Le Patriarche œcuménique Dimitrios alors assigné le métropolite Jean (Zizioulas) de Pergame en tant que représentant patriarcal à cette conférence intitulée «Apocalypse et l'avenir de l'humanité» et organisée conjointement par le Patriarcat œcuménique et le ministère grec des Affaires culturelles en coopération avec les autorités civiles locales. Une des principales recommandations de cette conférence était que le Patriarcat œcuménique doit désigner un jour chaque année pour la protection de l'environnement naturel.

En 1989, le Patriarche Dimitrios même publié la première lettre encyclique sur l'environnement.Cette encyclique, proclamée à l'occasion de la première journée du nouveau calendrier ecclésiastique, officiellement créé le 1er Septembre la journée pour tous les chrétiens orthodoxes au sein de la juridiction du Patriarcat œcuménique à offrir des prières pour la préservation de la création naturelle. Une encyclique similaire est publié chaque année le premier jour de Septembre.

En 1990, le psalmiste avant tout sur le mont Athos, Monk Mikrayiannanites Gerasimos, a été commandé par le Patriarcat œcuménique de composer un service de supplication pour l'environnement. Alors que dans le passé orthodoxe fidèles ont prié pour être délivré de catastrophes naturelles, ils sont désormais appelés à prier pour que la planète peut être délivré de la destruction et les agissements abusifs des êtres humains.

Un mois après son élection en 1991, le Patriarche Œcuménique Bartholomée convoqué un rassemblement écologique en Crète intitulé «Vivre dans la création du Seigneur». Cette convention a été ouverte par le prince Philip, duc d'Edimbourg et président international de la Wildlife Fund (WWF). L'année suivante, le patriarche Bartholomée a convoqué une réunion sans précédent de tous les patriarches orthodoxes et les primates au Phanar, la présentation d'une expression historique de l'unité et en invitant tous les dirigeants orthodoxes d'informer leurs églises sur l'importance cruciale de cette question pour notre temps. Les Primats approuvé 1er Septembre la journée de prière pan-orthodoxe pour l'environnement.

3. Séminaires et colloques

À l'été 1992, le duc d'Édimbourg ont visité le Phanar pour une convocation de l'environnement à l'Ecole Théologique de Halki. En Novembre 1993, le Patriarche œcuménique rendu la visite, rencontre avec le duc de Buckingham Palace où ils scellèrent une amitié d'un but commun et une coopération active pour la préservation de l'environnement. En Juin 1994, un séminaire écologique a été convoquée à l'historique École théologique de Halki, le premier de cinq séminaires d'été annuelles successives sur divers aspects de l'environnement: l'éducation religieuse (1994), l'éthique (1995), Communications (1996), de la justice ( 1997), et la pauvreté (1998). Ces séminaires, le premier lieu à un tel niveau dans n'importe quelle église orthodoxe contexte, ont été conçus pour promouvoir la sensibilisation à l'environnement et l'action, l'engagement plus grands théologiens, des environnementalistes, des scientifiques, des fonctionnaires et en particulier les étudiants.

En Octobre 1994, l'Université de l'Egée a conféré un doctorat honorifique au patriarche Bartholomée Ier, le premier d'une série de récompenses et diplômes honorifiques présenté au patriarche en reconnaissance de ses efforts et initiatives pour l'environnement. En Novembre 2000, le New York fondée sur l'organisation Scenic Hudson a présenté le Patriarche œcuménique avec le Visionary Award internationaux première réalisation environnementale. En 2002, le patriarche Bartholomée a été le récipiendaire du Prix Sophie en Norvège et la fixation de l'environnement Prix au Liechtenstein, ont présenté chacun à un individu ou une organisation qui a été le pionnier sensibilisation à l'environnement et l'action.

Convaincus que toute appréciation des préoccupations environnementales de notre temps doit se produire dans le dialogue avec les autres confessions chrétiennes, d'autres confessions religieuses, ainsi que les disciplines scientifiques, en 1994, le patriarche Bartholomée a créé leComité scientifique et religieux. Présidée par le métropolite Jean de Pergame, ses événements extraordinaires sont coordonnés par Mme Maria Becket. À ce jour, le Comité scientifique et religieuse a accueilli sept, interdisciplinaire et inter-religieux colloques internationaux à réfléchir sur le sort des rivières et des mers, et de forcer le rythme du débat religieux sur l'environnement naturel.

Symposium I: Apocalypse et de l'environnement réuni en Septembre 1995 sous les auspices conjoints du patriarche Bartholomée et le prince Philip à l'occasion du 1900ème anniversaire de John's Book St de l'Apocalypse. Dans son allocution d'ouverture, le patriarche Bartholomée a noté: «La terre a été blessé (Rev. 7.3) Conscients de la menace de destruction nucléaire et la pollution de l'environnement, nous irons vers un monde ou rien."

Symposium II: La mer Noire en situation de crise a eu lieu en Septembre 1997 sous les auspices conjoints du patriarche œcuménique et SEM Jacques Santer, président de la Commission européenne. Ce symposium a entrepris une étude de cas concrets, en visitant les pays qui entourent la mer Noire et d'engager la conversation avec les chefs religieux locaux et des militants de l'environnement, ainsi que des scientifiques et des politiciens régionaux.

Une conséquence directe de ce colloque, l' Institut de Halki écologique a été organisé en Juin 1999 à promouvoir une plus grande collaboration régionale et de l'éducation parmi les 75 membres du clergé et des théologiens, des éducateurs et des étudiants, ainsi que des scientifiques et des journalistes. Cette initiative marque une nouvelle direction en disciplinaires vision inter et le dialogue, la mise en œuvre de la théorie écologique de la commission scientifique et religieux dans la pratique.

Symposium III: River of Life - sur le Danube à la mer Noire a été lancé en Octobre 1999, sous les auspices conjoints du patriarche Bartholomée et SEM Romano Prodi, président de la Commission européenne. Les participants ont parcouru toute la longueur du Danube, de l'Allemagne à l'Ukraine à la suite de l'ethnique et les conflits militaires dans l'ex-Yougoslavie.

Symposium IV: La mer Adriatique - une mer en péril, une unité d'intention pour traiter des aspects éthiques de la crise environnementale. Tenue en Juin 2002, sous les auspices conjoints du patriarche œcuménique et SE Romano Prodi, président de la Commission européenne, ce colloque ouvert à Durres, Albanie, et a conclu à Venise, en Italie, où le Patriarche Bartholomée co-signé un document de l'éthique environnementale avec le Pape Jean-Paul II par liaison par satellite. La «Déclaration de Venise» est le premier texte commun des deux dirigeants sur les questions écologiques.

Symposium V: La mer Baltique - un patrimoine commun, une responsabilité partagée a été organisé en Juin 2003. La fin de la guerre froide a permis le renouvellement de, économiques, sociaux, culturels et religieux des liens politiques entre cette région et les pays comprenant l'Union européenne, et le reste du monde. Organisée sous le patronage du patriarche œcuménique et SEM Romano Prodi, président de la Commission européenne, le colloque a également abouti à la Conférence de la Mer du Nord, co-parrainé par le Patriarcat œcuménique et l'Eglise de Norvège.

Symposium VI: L'Amazonie: Source de la Vie a eu lieu en Juillet 2006 sur le fleuve Amazone, sous le patronage du patriarche œcuménique et SEM Kofi Annan, Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies. Ce symposium concentrée sur la dimension globale des problèmes découlant directement de l'Amazonie, les problèmes qui ont, peut-être, abandonné de vue pour de nombreux décideurs.

Symposium VII: L'Arctique - Miroir de la vie a eu lieu à l'automne 2007, de diriger son attention vers la mer de l'Arctique. Sous les auspices conjoints de Leurs Excellences M. Barroso José (président de la Commission européenne) et de M. Kofi Annan (ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies), le colloque a examiné la situation des populations autochtones, la fragilité de la glace de mer, et l'empiétement de l'exploration pétrolière dans une région considérée comme l'une des premières victimes des changements climatiques induits par l'humain.

Symposium VIII: Le Grand Fleuve Mississippi: Rétablir l'équilibre aura lieu le 18-25 Octobre 2009.Parmi les plus grands fleuves du monde, le Mississippi est de ceux qui a le plus chuté complètement sous la domination de l'homme. Avec une longueur totale de 3778 km et le bassin hydrographique troisième sur la terre, une chaîne de villes sur toute sa longueur a déchargé les déchets domestiques et industriels dans le Mississipi depuis près de deux siècles. Pourtant, le sort des eaux du Mississippi est une crise éthique. L'exploitation du grand fleuve produit catastrophiques et naturelles des conséquences humaines, comme observé dans les leçons de l'ouragan Katrina. Le Mississippi est un défi non seulement à la responsabilité humaine pour l'environnement mais, en effet, à la démocratie elle-même. 

4. Environnement et de la spiritualité

En ce qui concerne les initiatives environnementales et des actions, ce qui est peut-être le plus caractéristique de patriarche initiatives est la marque d'humilité. Le patriarche œcuménique est capable de voir l'image plus grande. Il reconnaît qu'il est debout devant quelque chose de plus grand que lui, un monde devant lequel il doit s'agenouiller, une chaîne qui existait bien avant et longtemps lui survivre. Par conséquent, il parle de l'auto-vidange (kénose) (Phil. 2,4 à 11), le ministère (diakonia) (Luc 10.40; Actes 1.17, 25; 6,4), témoin (martyria, un terme qui a aussi le sens du martyre et la souffrance ) (John 1,7, 19), et de reconnaissance (ou l'eucharistie, un terme qui implique aussi la liturgie) (Actes 24.3; Cor. 2 4.15).

L'accent est toujours mis sur la simplicité humble - le terme technique dans la spiritualité orthodoxe est l'ascèse (askeo - de travailler jusqu'à des matières premières avec la compétence, à exercer par la formation ou à la discipline; Actes 24.16) et sur la liturgie (administration, le ministère, service) que l'essentiel source de la théologie orthodoxe. La notion de liturgie nous conduit dans ce qui est peut-être la caractéristique la plus distinctive de la vision du patriarche, à savoir le concept de communion (koinonia - ce qui signifie également la communication et de fraternité; Cor. 1 10.16; Phil 6.).

Certains des Écritures passages centraux ou des événements qui constituent le fondement de œcuménique du Patriarche la condamnation du sujet de la commission sacré et l'obligation de protéger l'environnement comprennent la création du monde par le Créateur aimant (Genèse 1,26), la Genèse 2,15 (sur la nécessité de servir et de préserver la création), Genèse 9.8 à 17 (sur l'alliance entre Dieu et le monde), et Ezéchiel 34.18 à 19 (sur l'utilisation et ne pas abuser de la création), ainsi que le Seigneur Béatitudes (Matthieu 5.2 à 12) et de la Transfiguration sur le Mont . Tabor (Mark 9,2 à 3).

Pour le patriarche Bartholomée, c'est une question de fidélité à Dieu, l'humanité et l'ordre créé. Il condamne l'abus de l'environnement comme rien de moins que le péché! A Santa Barbara en Novembre 1997, il a déclaré:

Pour commettre un crime contre le monde naturel est un péché. Pour les êtres humains à cause des espèces à l'extinction et à détruire la diversité biologique des de la création de Dieu; pour les êtres humains à se dégrader l'intégrité de la terre en provoquant des changements dans son climat, en dépouillant la terre de ses forêts naturelles, ou par la destruction de ses zones humides ; pour les êtres humains de porter préjudice à d'autres êtres humains avec des maladies en contaminant les eaux de la terre, sa terre, son air, et sa vie, avec des substances toxiques - tous ces sont des péchés.

L'environnement n'est pas seulement une politique ou un enjeu technologique, il est, comme le patriarche Bartholomée aime à souligner, avant tout une question religieuse et spirituelle. Le Patriarche Bartholomée concerne toujours l'environnement à un aspect familier de la spiritualité orthodoxe, à savoir les icônes qui décorent les églises orthodoxes. Les symboles sont importants dans la pensée orthodoxe, le culte et la vie. Création elle-même est assimilé à une icône, tout comme la personne humaine est créée "à l'image et la ressemblance de Dieu» (Genèse 1,26 et Col 1,15). Le Patriarche invite à contempler le Dieu Créateur à travers l'icône du monde créé (Col 1,16 à 18). Dans la même veine, le patriarche Bartholomée se réfère à des êtres humains comme doté par Dieu pour servir de «prêtres», soulignant que la responsabilité personnelle pour le monde physique et la moindre action de même plus faibles d'entre nous peut changer le monde pour le mieux.

Enfin, le Patriarche œcuménique est conscient que les questions environnementales sont intimement liés et dépendent de nombreux autres problèmes sociaux de notre époque, y compris la guerre et la paix, la justice et des droits de l'homme, la pauvreté et le chômage. Ce n'est pas par hasard que le terme «éco-justice» a été utilisé dans les milieux religieux pour décrire cette interconnexion entre la création et les créatures, entre le monde et ses habitants. Nous avons, ces dernières années, de plus en plus conscients des effets de la dégradation de l'environnement sur les gens, et surtout les pauvres.

5. Vision du monde et la vision

Malheureusement, nous avons tendance à oublier notre connexion à la terre et de notre environnement. Il ya une unité de liaison et la continuité que nous partageons avec tous les création de Dieu. Ces dernières années, on nous a rappelé cette vérité avec la flore et la faune d'extinction, avec des sols et le défrichement des forêts, et avec le bruit, la pollution atmosphérique et l'eau. Le souci de l'environnement n'est pas une expression de l'amour sentimental ou superficielle. Il est une façon d'honorer et rendre la dignité de notre création par la main et la parole de Dieu. C'est une façon d'écouter »le gémissement de la création» (Rom. 8,22).

Nous avons tendance à appeler cette crise, une «écologique» de crise, qui est une description juste dans la mesure où ses résultats se manifestent dans le domaine écologique. Pourtant, la crise n'est pas tout d'abord écologique. C'est une crise concernant la façon dont nous percevons la réalité, la façon dont nous imaginons ou l'image de notre monde. Nous traitons notre planète dans un, abandonné de Dieu de façon inhumaine précisément parce que nous le voyons dans cette manière, précisément parce que nous nous voyons dans cette manière. Le Patriarche Œcuménique Bartholomée offre une rafraîchissante, autre façon de nous voir en relation avec le monde naturel.

En tant que chef religieux, le patriarche œcuménique initiatives pour protéger l'environnement sont dignes d'émulation. Sa vision du monde, dérivée des valeurs anciennes de l'Église orthodoxe, mérite l'attention.


[1] Basé sur un article, intitulé «Le Patriarche Œcuménique Bartholomée: aperçus sur une vision du monde chrétien orthodoxe," dans La Revue internationale des études de l'environnement 64, 1 (2007) 9-18.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com