Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 00:48


II. Pourquoi étudier les Pères

17. II est évident que les études patristiques ne pourront atteindre le niveau scientifique convenable et porter les fruits espérés qu’à la condition d’être menées avec sérieux et amour. L’expérience enseigne en effet que les Pères n’entrouvrent leurs richesses doctrinales et spirituelles qu’à celui qui s’efforce d’entrer dans leur profondeur par une familiarité continue et assidue avec eux. Il faut donc, de la part des enseignants et des élèves, un véritable engagement pour lequel on peut alléguer les principaux motifs suivants :

1) Les Pères sont des témoins privilégiés de la Tradition ;

2) Ils nous ont transmis une méthode théologique, à la fois lumineuse et sûre ;

3) Leurs écrits présentent une richesse culturelle, spirituelle et apostolique, qui en fait les grands maîtres de l’Église d’hier et d’aujourd’hui.

1. Témoins privilégiés de la tradition

18. Parmi les diverses qualifications et les divers rôles que les documents du Magistère attribuent aux Pères, figure en premier lieu celui de témoins privilégiés de la Tradition. Dans le flux de la Tradition vivante qui depuis les débuts du christianisme se poursuit à travers les siècles jusqu’à nos jours, ils occupent une position tout à fait spéciale qui les rend uniques par rapport aux autres protagonistes de l’histoire de l’Église. Ils sont en effet ceux qui ont fait naître les premières structures porteuses de l’Église en même temps que les attitudes doctrinales et pastorales qui restent valables pour tous les temps.

19. a) Dans notre conscience chrétienne, les Pères apparaissent toujours liés à la Tradition, pour en avoir été en même temps protagonistes et témoins. Ils sont plus proches de la pureté des origines ; quelques-uns d’entre eux ont été témoins de la Tradition apostolique, source d’où la Tradition elle-même tire son origine ; ceux des premiers siècles spécialement peuvent se considérer auteurs et représentants d’une tradition ’constitutive’, que l’on conservera et que l’on expliquera de façon continue dans les temps postérieurs. En tout cas, les Pères ont transmis ce qu’ils ont reçu, « ont enseigné à l’Église ce qu’ils ont appris dans l’Église » [19] ; « ce qu’ils ont trouvé dans l’Église, ils l’ont gardé ; ce qu’ils ont appris, ils l’ont enseigné ; ce qu’ils ont reçu des Pères, ils l’ont transmis aux fils » [20].

20. b) Historiquement, l’époque des Pères est la période de certaines prémices importantes de la vie ecclésiale. Ils ont été ceux qui ont fixé « le canon intégral des Livres Saints » [21], composé les professions fondamentales de la foi (regulae fidei), précisé le dépôt de la foi face aux hérésies et à la culture contemporaine, faisant naître ainsi la théologie. Déplus, ce sont encore eux qui ont jeté les bases de la discipline canonique (statuta patrumtraditiones patrum), et créé les premières formes de la liturgie, qui restent un point de référence obligatoire pour toutes les réformes liturgiques postérieures. Les Pères ont donné de cette manière la première réponse consciente et réfléchie à la Sainte Ecriture, en la formulant non pas tant comme une théorie abstraite, mais comme une pratique pastorale quotidienne d’expérience et d’enseignement au cœur des assemblées liturgiques réunies pour professer la foi et pour célébrer le culte du Seigneur ressuscité. Ils ont été ainsi les auteurs de la première grande catéchèse chrétienne.

21. c) La Tradition dont les Pères sont les témoins, est une Tradition vivante, qui montre l’unité dans la variété et la continuité dans le progrès.

Cela se voit dans la pluralité des familles liturgiques, des traditions spirituelles, disciplinaires et exégético-théologiques existant dans les premiers siècles (par ex. les écoles d’Alexandrie et d’Antioche) ; traditions diverses mais unies et toutes enracinées dans le fondement ferme et immuable de la foi.

22. d) La Tradition, telle qu’elle a été connue et vécue par les Pères n’est donc pas comme un bloc monolithique, immobile et sclérosé, mais comme un organisme pluriforme et palpitant de vie. C’est une praxis de vie et de doctrine qui connaît, d’une part, incertitudes, tensions, recherches faites à tâtons, et d’autre part décisions opportunes et courageuses, qui se sont révélées de grande originalité et d’importance décisive. Suivre la Tradition vivante des Pères ne signifie pas s’agripper au passé comme tel, mais adhérer, avec un sentiment de sécurité et une liberté d’élan, à la ligne de la foi en maintenant une orientation constante vers le fondement : ce qui est essentiel, ce qui dure et ne change pas. Il s’agit d’une fidélité absolue, soutenue et prouvée en de nombreux cas usque ad sanguinis effusionem (jusqu’à l’effusion du sang), envers le dogme et les principes moraux et disciplinaires qui montrent leur fonction irremplaçable et leur fécondité propre dans les moments où des choses nouvelles sont en train de faire route.

23. e) Les Pères sont donc témoins et garants d’une authentique Tradition catholique, et c’est pour cela que leur autorité dans les questions théologiques a été et reste toujours grande. Quand il était nécessaire de dénoncer la déviation de courants de pensée déterminés, l’Église s’est toujours référée aux Pères comme garantie de vérité. Divers Conciles, par ex. ceux de Chalcédoine et de Trente, commencent leurs déclarations solennelles par un appel à la Tradition patristique en utilisant la formule : « À la suite des Saints Pères etc. ». Il est aussi fait référence à eux dans les cas où la question a déjà été de par elle-même résolue par le recours à l’Ecriture Sainte.

Au Concile de Trente [22] et à Vatican I [23] a été explicitement énoncé le principe selon lequel le consentement unanime des Pères constitue une règle certaine d’interprétation de l’Ecriture, principe qui a toujours été vécu et pratiqué dans l’histoire de l’Église et qui s’identifie avec celui du caractère normatif de la Tradition formulé par Vincent de Lérins [24] et auparavant par Saint Augustin.

24. f) Les exemples et les enseignements des Pères, témoins de la Tradition, ont été particulièrement appréciés et valorisés au Concile Vatican II ; c’est vraiment grâce à eux que celui-ci a pu saisir avec plus d’acuité la conscience que l’Église a d’elle-même et déterminer la route sûre en particulier pour le renouveau liturgique, pour un dialogue œcuménique fructueux et pour la rencontre avec les religions non chrétiennes, en faisant fructifier dans les circonstances actuelles l’antique principe de l’unité dans la diversité et du progrès dans la continuité de la Tradition.

2. Méthode théologique

25. Le délicat processus de la greffe du christianisme sur le monde de la culture antique, et la nécessité de définir les contenus du mystère chrétien face à la culture païenne et aux hérésies stimulèrent les Pères à approfondir et illustrer rationnellement la foi à l’aide des catégories de pensée mieux élaborées dans les philosophies de leur temps, spécialement dans la philosophie raffinée de l’hellénisme. Une de leurs tâches historiques les plus importantes fut de donner vie à la science théologique, et d’établir à son service quelques coordonnées et normes de procédé qui se sont révélées valables et fructueuses aussi pour les siècles futurs, comme le montrera dans son œuvre Saint Thomas, fidèle par excellence à la doctrine des Pères.

Dans cette activité de théologiens, se dessinent chez les Pères quelques attitudes et situations particulières, qui sont de grand intérêt et qu’il faut aussi tenir présentes de nos jours dans les études sacrées :

a) le recours continuel à la Sainte Ecriture et le sens de la Tradition ;

b) la conscience de l’originalité chrétienne également dans la reconnaissance des vérités contenues dans la culture païenne ;

c) la défense de la foi comme bien suprême et l’approfondissement continu du contenu de la Révélation ;

d) le sens du mystère et l’expérience du divin.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com