Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 00:51

Hilaire naquit en Poitou, vers 315, de parents païens qui lui firent donner une bonne formation littéraire et philosophique à Bordeaux. Marié, il eut une fille nommée Abre. Tourmenté par la question du sens de la vie et l’idée de la mort, sa conversion à la foi chrétienne se fit après mûre réflexion. Dans l’Ecriture, il découvrit le nom de Dieu : « Je suis Celui qui suis », et cette révélation l’enthousiasma. Ensuite, à la lecture du Prologue de l’évangile de saint Jean, il fut saisi par les mystères de l’Incarnation et de la Résurrection, qui le rassasièrent.

Hilaire se fit baptiser. Peu avant 356, à la mort de l’évêque de Poitiers, après avoir été ordonné prêtre, il fut appelé à lui succéder par acclamation du clergé et du peuple. Théologien exceptionnel, il lutta contre l’hérésie arienne et rencontra saint Athanase d’Alexandrie, alors en exil en Gaule à cause de ce même combat.

Pour la même raison saint Hilaire fut exilé en Phrygie. Il écrivit son traité « Sur la Trinité », où il réfuta les arguments des ariens. Il exposa la foi au concile de Séleucie en 359, où il soutint contre les  semi-ariens et les anoméens les conclusions de Nicée.   

Il resta très actif en tant qu’évêque pendant tout le temps de son éloignement et poursuivit son apostolat par une abondante correspondance avec ses diocésains. Sur le lieu même de son exil il se battit contre les ariens et  son rayonnement suscita de nombreux disciples pour défendre la vraie foi. L’empereur Constance, fermement décidé à combattre Nicée, réunit un nouveau concile en Asie. Ne sachant comment empêcher Hilaire d’y participer car sa réputation était devenue gênante même en Orient, l’empereur décida de renvoyer l’évêque dans ses terres occidentales, en le qualifiant de « germe de désordre et perturbateur de l’Orient ».

Après cinq ans d’absence, l’évêque retrouve une communauté très affaiblie, un clergé à demi-démissionnaire devant l’hérésie. Mais, à cinquante ans, Hilaire n’a rien perdu de son enthousiasme, de sa force et de sa ferveur première. Il va ranimer les courages. La publication du « De Trinitate » servira de colonne aux fidèles de la foi orthodoxe. L’évêque rendit son ardeur à l’ensemble du clergé gallo-romain, et l’obstination de ceux qui, refusaient encore l’enseignement de Nicée l’incita à intensifier son action.

Pacifique de nature, il essaya de concilier les points de vue, mais, ayant face à lui des adversaires intraitables qui ne respectaient pas les personnes, il échoua. Il disait : » Lorsque j’étais jeune, je mis ma confiance dans les hommes et j’ai été déçu. Puis, Dieu, dans sa grande miséricorde, se manifesta à moi et j’en obtins plus de bien que je n’en attendais ».

Vers 367-368, il naquit au ciel paisiblement. La chronique rapporte qu’au milieu de la nuit, lorsque la foule en pleurs se retira enfin du chevet du malade, « parut une lumière éblouissante, qui, devenant plus douce peu à peu, dura environ une demi-heure, et dans l’instant où le saint rendit l’âme, elle disparut. Jésus lui-même est venu chercher son saint ».

Il eut pour disciples, entre autres, saint Martin de Tours et saint Cybi, apôtre du pays de Galles.

 

 image010

 

saint Hilaire et saint Athanase

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Orthodoxe : Cathedrale Saint Irenee - dans Vie des saints

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com