Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 07:57

 

a_-_ortho
Eglise orthodoxe de Genève
Le nombre d'orthodoxes résidant en Suisse a doublé en vingt ans. Cette évolution importante passe pourtant inaperçue. Une étude inédite présentée début décembre à l'Université de Neuchâtel révèle la grande capacité d'adaptation des membres de cette religion.

 

Par Julien Baumann


On estime à 154'000 le nombre d'orthodoxes vivant aujourd'hui sur le territoire helvétique*. D'horizons très divers (voir encadré), ils représentent la 4e religion de Suisse. Dans le cadre du Programme national de recherche 58, la sociologue Maria Hämmerli a mené durant une année et demie des entretiens dans 14 des 42 paroisses orthodoxes du pays. Jamais une telle étude n'avait été réalisée en Suisse.


L'implantation de l'orthodoxie a échappé jusqu'ici à l'attention du grand public. La chercheuse explique ce phénomène par l'omniprésence des questions soulevées par l'islam ces dernières années, la proximité culturelle de l'orthodoxie avec les pays occidentaux et surtout la volonté des orthodoxes de trouver des consensus.
Intégration pas toujours facile
En juillet 2008, le conseil communal de Marly (FR) refuse d'octroyer un terrain à la paroisse orthodoxe fribourgeoise qui projette de construire une église. Les autorités déclarent alors qu'il est plus judicieux d'y construire des surfaces commerciales. Michel Quenot, recteur de la paroisse, se souvient de cette déconvenue. « On nous a rejetés sous prétexte que nous allions faire du bruit et que le projet n'apportait pas de postes de travail. Nous étions très choqués. » 

Malgré cela, la communauté ne fait pas recours. « Nous ne nous sommes pas battus car nous estimons que la venue d'une paroisse doit se faire naturellement », précise Michel Quenot. La communauté a finalement trouvé une solution à Fribourg dans un ancien monastère.

Pour Maria Hämmerli, cette affaire illustre bien la propension des orthodoxes à vouloir s'intégrer sans faire de vagues. « Ils recherchent le consensus avec les autorités, plutôt que de défendre des revendications. » La sociologue cite d'autres exemples. « A Zurich, les orthodoxes ont accepté qu'on leur impose un projet architectural pourtant très éloigné de l'église qu'ils avaient prévu de construire. » Selon elle, c'est une particularité orthodoxe d’éviter les relations conflictuelles.
Respect des normes locales
L'étude montre aussi que les préceptes et les pratiques orthodoxes font peu obstacle à l'intégration. « L’un des principes importants de l’orthodoxie est celui dit de l’économie. Il permet une application souple des règles religieuses lorsqu’une situation le justifie », assure Maria Hämmerli. Il n'existe pas d'obligations vestimentaires sauf pour l'habit monastique et celui des prêtres. 

La chercheuse affirme encore qu'à ce niveau-là, les lois locales priment. Qu'en est-il de la pratique de la religion? « Le nombre de personnes présentes régulièrement aux liturgies dominicales est très faible par rapport au nombre d'orthodoxes déclarés », répond la sociologue. « Mais, ajoute-t-elle, les pratiques sont très variées et plus diffuses que dans le christianisme occidental. » Et de préciser que les églises sont bondées à Pâques et à Noël.

Même s'il s'agit d'une communauté assez discrète, elle exerce des influences à certains niveaux. « Les effets de l'orthodoxie se font sentir à un niveau micro-social ou individuel, lorsque des personnes se convertissent par exemple. » La principale incidence se produit dans certaines paroisses catholiques et protestantes. « Cela se traduit par la présence d'icônes et la reprise de certains textes patristiques », explique l'auteur de l'étude.
Recherche d'une représentation unique
Le prochain défi pour les orthodoxes de Suisse est de trouver un moyen de se faire entendre au travers d'un représentant unique. « Ils sont conscients qu'ils doivent dépasser leur pluralisme ethnique », lance Maria Hämmerli. L'AGOK (Arbeitsgemeinschaft Orhodoxer Kirchen in der Schweiz) tente depuis 2006 de donner une voix commune aux différentes paroisses. 

Mais Maria Hämmerli avoue que cet organe peine à réunir les nombreuses communautés représentées. Elle mentionne encore la création d’une assemblée des évêques de Suisse depuis mars 2010. Une structure trop récente pour qu’on puisse en mesurer l’impact, relève notre interlocutrice. Le dialogue avec les autres églises semble lui aussi harmonieux. 

Simon Weber, porte-parole de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, est d'avis que les orthodoxes ne sont pas isolés. « Ils sont membres à part entière du Conseil suisse des religions. Les relations que nous entretenons avec eux sont courtoises. »

* Le recensement national de 2000 dénombrait 131'900 orthodoxes en Suisse. Le nombre de 154'000 avancé ici provient d'une estimation faite spécialement dans le cadre de l'étude.

Les orthodoxes en Suisse

Selon les chiffres du recensement national de 2000, les orthodoxes établis en Suisse sont originaires à plus de 60% d'ex-Yougouslavie. Les autres communautés représentées proviennent principalement de Russie, de Roumanie et de Grèce. Environ un quart des orthodoxes détient le passeport suisse. 

Ces derniers sont pour la plupart naturalisés ou de seconde génération. Aujourd'hui, une grande partie des communautés est implantée en Suisse alémanique autour des grandes agglomérations.

En Suisse romande, elles sont généralement installées dans la région lémanique. Les premières paroisses orthodoxes sont apparues dans la deuxième partie du 19e siècle au travers des communautés russes à Genève et à Vevey. Puis, dans le courant des années vingt, une paroisse grecque s'est établie à Lausanne.

Par vagues successives


Dès lors, les orthodoxes sont arrivés par vagues successives de migrations: dans les années 20 suite à la révolution russe, après la Deuxième Guerre mondiale pour fuir le régime communiste, puis dans les années 70-80 pour des raisons économiques. 

La guerre en Yougoslavie dans les années 90 a provoqué de nombreux regroupements familiaux: des personnes travaillant déjà en Suisse ont fait venir leurs familles. La majorité des orthodoxes restés en Suisse sont ceux qui ont pu garder leur travail. 

Les différentes paroisses dépendent de leur Eglise mère en fonction de la provenance de la communauté. La majeure partie des offices sont célébrés dans la langue d'origine, dans quelques cas en français et, plus rarement, en allemand. J. B.
Bientôt 1000 ans

La confession orthodoxe approche à petits pas de ses 1000 ans. Mais comment est-elle née? Pour faire court, disons que le statut particulier accordé à l'Esprit Saint a précipité le Grand Schisme de 1054. 

Du coup, pour l'Eglise orthodoxe, cette option théologique implique entre autres « une liturgie ample et développée, tout comme la lecture en Eglise de la Parole de Dieu », détaille Antoine Reymond dans l'encyclopédie du protestantisme. Sans oublier une lecture privilégiée des Pères de l'Eglise – les premiers théologiens chrétiens.

Membres du Conseil oecumlnqiue des Eglises


Ce rapport au texte, note le pasteur vaudois, aurait pu rapprocher l'orthodoxie et le protestantisme naissant à l'époque de la Réforme. Mais ce dialogue n'a pas eu lieu. Il se nouera seulement au milieu du 20e siècle, quand les orthodoxes participeront à la création du Conseil oecuménique des Eglises.

Aujourd'hui, selon M. Reymond, si les divergences se focalisent notamment sur la question de l'opposition entre la foi et les oeuvres, l'apport spirituel des Pères orientaux est pour beaucoup une occasion d'approfondissement de la foi. S. R.
Partager cet article
Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com