Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 05:54

ISLAM

Étienne Séguier 

Place de la religion dans le débat politique, actes terroristes et prescriptions du Coran, le représentant des musulmans en France Mohammed Moussaoui prend position.

© Patrick VALASSERIS / AFP

© Patrick VALASSERIS / AFP

Après les attentats de Bagdad et d’Alexandrie, Mohammed Moussaoui a clairement pris position pour défendre les chrétiens. Il a notamment signé, en novembre dernier, l’appel de La Vie en faveur des chrétiens d’Irak et celui de Respect magazine sur « l’islam bafoué par les terroristes », qui sera suivi par une marche le 29 janvier. Deux ans après son élection, le pré­sident du Conseil français du culte musulman (CFCM) trouve enfin ses marques dans le débat national. 

Comment expliquez-vous que les islamistes s’attaquent désormais à des églises ?

Ces criminels constatent une hausse du sentiment antimusulman en Europe et aux États-Unis. Ils aimeraient en profiter pour convertir l’opinion publique internationale à leur thèse, selon laquelle il n’y a pas de vie possible entre chrétiens et musulmans. Aux yeux de ces terroristes, les attentats contre les églises constituent un bon moyen pour faire basculer dans leur camp ceux qui croient encore que vivre ensemble est possible.

Vous parlez de « terroristes » ou de « criminels », mais pas d’« islamistes », pourquoi ? 

Les mots ont un impact : lorsque l’on évoque l’islamisme, chacun entend « islam ». Le fait d’associer ces deux mots, même inconsciemment, me gêne. Je préfère parler clairement de « criminels », pour les distinguer de l’islam. 

Pour vous, ils ne sont pas musulmans ? 

Ce sont peut-être des musulmans, mais les actes qu’ils commettent sont des crimes. Chez les chrétiens et chez les juifs, il y a des criminels et vous les appelez ainsi.

Ne trouve-t-on pas dans le Coran une justification de la violence contre les non-musulmans ? 

Non, les textes coraniques sont clairs. De façon générale, un premier verset énonce : « Celui qui tue une personne, c’est comme s’il tuait toute l’humanité. » Un autre : « Que l’animosité de certains ne vous pousse pas à être injuste. »

Mgr Sako, archevêque chaldéen de Kirkuk (Irak) réclame une fatwa contre la violence. Pourquoi aucun responsable musulman ne l’énonce ? 

Si l’on décrétait une fatwa spécifique pour rappeler que ces criminels doivent être jugés, nous lais­serions entendre qu’il s’agit d’une nouveauté. Or, toutes les grandes instances religieuses musulmanes ont condamné depuis longtemps le terrorisme comme un crime punis­sable par la loi.

En Égypte, l’université d’al-Azhar veut rompre ses relations avec le Vatican, après les déclarations de Benoît XVI suite à l’attaque de l’église d’Alexandrie. Comprenez-vous cette décision ?

Non, car les autorités religieuses musulmanes comme chrétiennes n’ont pas intérêt à donner le moindre signe de discorde, au contraire. Il faut montrer un front uni contre les terroristes en demeurant ferme sur les grands principes. Quelles que soient les critiques que l’on peut avancer sur telle ou telle formulation, ce n’est pas le moment. 

Joseph Fadelle, un Irakien converti au christianisme, raconte comment sa famille a voulu le tuer. Cette attitude est-elle prescrite par le Coran ? 

J’ai entendu parler de ce livre, mais je dois rappeler que ­personne ne peut contraindre une personne à demeurer au sein d’une religion. Le principe de la liberté religieuse doit être respecté partout.

Y compris dans les pays musulmans ?

Tout à fait. Même en Arabie saoudite, les chrétiens doivent disposer de lieux de culte – sauf dans l’enceinte de La Mecque, que l’on peut comparer au Vatican. Des églises existaient déjà dans ce pays lorsque l’islam est apparu et le Prophète n’a jamais demandé à ce qu’elles soient détruites. Il a même permis à des chrétiens de prier à l’intérieur de la mosquée. 

Vous intervenez de plus en plus dans le débat public, que s’est-il passé ?

Quand je suis arrivé à la tête du CFCM, il y a deux ans, il n’y avait ni siège, ni secrétariat, car mon prédécesseur avait hébergé le Conseil au sein de la mosquée de Paris. Il m’a fallu prendre le temps de créer une institution indépendante.

Sentez-vous monter un sentiment d’islamophobie en France ?

Nous avons signé avec le ministère de l’Intérieur une convention pour effectuer un suivi statistique de ces agressions. Entre 2008 et 2009, il fait état d’une montée des actes antimusulmans de + 130 %, lesquels demeurent toutefois l’œuvre d’une minorité. Gardons-nous de nous prendre pour des victimes. 

Comment réagissez-vous aux propos de Marine Le Pen, qui décrit la prière dans la rue comme une « occupation » ? 

Ce sont des propos durs, mais je préfère sur ce sujet mettre en avant les vœux du Président, rappelant que la République doit permettre à chacun de prier dans des lieux « dignes ». 

Selon Jean-François Copé, « l’exercice des cultes religieux et notamment musulman » sera l’un des trois points de la campagne en 2012 pour l’UMP. Est-ce une bonne nouvelle ?

Toutes les fois où l’islam devient un objet politique, j’ai tendance à m’inquiéter. Au CFCM, nous revendiquons un droit à l’indifférence pour les musulmans, qui, dans leur grande majorité, ne posent pas de problème.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com