Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 05:23

 

Les suspects des attentats d’Alexandrie libérés

Une vingtaine de personnes arrêtées et soupçonnées d’avoir participé à de l’Année mortelle Nouveau d’une église copte dans la ville portuaire d’Alexandrie ont été libérés de prison, selon le journal égyptien Al-Dustour.

La libération des suspects a été ordonnée par le général Mohammed Hussein Tantawi, qui a prie le pouvoir dans le pays après les manifestations anti-gouvernement qui ont renversé le président Hosni Moubarak après environ 30 années au pouvoir, indique le rapport.

Vingt-quatre personnes ont été tuées et près de 100 blessés lors des attentats qui a provoqué des émeutes et des protestations et a attiré des condamnations internationales.

Certains des suspects ont déjà convoqué une conférence de presse du jeudi au cours de laquelle ils sont censés décrire leurs allégations de torture en prison.

(via ADNkronos)

Des nouvelles du village d’Al Kamadeir à Samalout (El-Minia) et de Sool (Atfeeh)

Comme vous avez lu dans les articles retransmis sur BlogCopte, une église a été envahis par des salafistes à Samalut, et ont interdit la communauté Copte de prier.

D’après CopticWorld.org, tout va bien maintenant. Les manifestations se sont arrêté avant jeudi soir. Dans la ville de El-Minia, les manifestants dirigés par le Père Istfanous ont parvenus à un accord avec les responsables sur place que le bâtiment en question n’est pas une église et ne devrait pas en être une si elle n’est pas dans un voisinage chrétienne. Les chrétiens ont déjà donné un morceau 350 mètres carrés de terrain pour construire leur église dans le village. Père Istfanous et les manifestants ont prié une liturgie dans l’église principale Samalout (Saint-Marc), où il servent partiellement.

Concernant l’église d’Atfeeh, à Sool, qui avait été détruite par les villageois musulmans, et brûlée, l’église qui devait être reconstruite par l’armée, sera prête pour prier la messe du dimanche des rameaux ce 17 avril, d’après Al Masry al Youm.

Transition en Egypte, témoignage du cardinal Naguib

L’Egypte poursuit sa transition politique sous la haute supervision de l’armée. La fin de l’ancien régime a libéré la parole et les opposants. La constitution a été modifiée par référendum. La transition s’opère lentement, la réforme constitutionnelle n’étant pas radicale comme l’auraient souhaité les partisans d’une transition plus approfondie et surtout plus rapide. Mais si la démocratie est la priorité, les embûches sont encore nombreuses.

Charles-François Brejon a rencontré le cardinal Antonios Naguib, patriarche d’Alexandrie des Coptes catholique lors de son récent déplacement à Rome.

Il revient, entre autre, sur la libération des groupes islamistes en Egypte, qui terrorisent actuellement la communauté Copte :

Interview du cardinal Antonios Naguib, patriarche d’Alexandrie des Coptes catholique

Trois églises attaquées, l’armée égyptienne du coté des musulmans radicaux

Au cours des deux dernières semaines trois attaques contre des églises ont été menées par des fondamentalistes salafistes ou islamique en Egypte. Les salafistes ont exigé que les églises soit déplacé à des endroits en dehors des lieux de vies, et que leurs réparations soient interdit, même si elles sont si délabrées et que les toits vont s’effondrer sur la tête des croyants, dit le P. Estephanos Shehata du diocèse de Samalut.

Le dernier de ces incidents a eu lieu dans le village de Kamadeer, à Samalout, dans la province de Minya, le 5 avril, qui ont dégénéré au point où il était à craindre que l’église soit incendié et démoli, comme cela s’est passé à l’église de Saint-Georges et St. Mina dans le village de Soul, à Atfif, le 5 Mars. Pendant trois jours, les musulmans ont occupés l’entrée de l’église de Saint Jean dans le village de Kamadeer avec leurs tapis, en priant et en y dormant alors que des milliers de coptes du village ont organisé un sit-in de trois jours d’affilée devant le siège du gouvernorat de Minya, jurant de ne pas le quitter jusqu’à ce qu’ils aient obtenu une église : “Même si cela prend un an, nous serons encore ici”, a déclaré le père. Youssab lors des manifestations. Les manifestants ont exigé la réouverture de leurs église et la poursuite des squatters. 

 

Quand le prêtre est arrivé à l’Eglise de Saint-Jean, le 5 avril il a trouvé des centaines de salafistes, et des paroissiens qui sont arrivés pour la messe n’ayant pas été “autorisés” à prier dans leur église.

Le problème a commencé lorsque les pluies de Janvier 2011 ont détériorée l’église construite en briques d’argile et possédant un toit en bois, qui a maintenant de graves fissures. Les Coptes ont alors demandé l’autorisation militaire pour les réparations. La semaine dernière, les inspecteurs du conseil municipal ont visité l’église et ont confirmé le mauvais état de l’église et que cela constitue une menace pour les paroissiens et doit être réparé.

“Cela a provoqué la colère des musulmans”, a déclaré le procureur Hani Labib Kamadeer, “qui a vu que les coptes allaient obtenir la permission pour rénover leur église. Ils nous ont alors dit ‘nous vous autorisons de prier ici, mais il n’est pas question d’effectuer des travaux de construction’ Il a ajouté que les agents de la police ont convoqué un certain nombre de coptes du village de Kamadeer et leur a ordonné de signer desaffidavits et de ne pas prier à l’église suite à la “demande des musulmans.” Mais les Coptes ont refusé de signer.

“Le Sheikh salafiste, Mohamad Saleh, a appelé les musulmans pour empêcher la restauration de l’église,” a déclaré le père Estephanos. Il a ajouté que les musulmans ont dit que nous devions déplacer notre église à un autre endroit, ce qui a été refusé “Parce qu’ils ont construit une mosquée à cinq mètres de l’église, ce qui signifie que bien sûr l’église, qui existe depuis douze ans, doit se déplacer.” Il a dit que les relations entre coptes et musulmans dans le village sont généralement bonne, mais l’intervention des salafistes a incité les musulmans d’autres villages à assiéger l’église.

Après plusieurs appels au gouverneur militaire et au gouverneur de Minya et après plusieurs réunions, le problème a été résolu “à la satisfaction des musulmans, comme d’habitude”, a déclaré le militant copte Wagih Yacoub.

Le 7 avril une réunion de “réconciliation officieux” a eu lieu entre les deux parties, et conformément à l’accord signé, les coptes ont du déménager l’église d’environ 200 mètres de la vieille église et la nouvelle mosquée, en échange de parcelles de terrain avec une des paroissiens copte. Bien que la nouvelle parcelle de terrain soit de 550 mètres, les Coptes sont autorisés à construire sur seulement 175 mètres. La nouvelle église ne doit avoir qu’une tour forte et non deux comme l’ancienne, et ne doit pas avoir tous les éléments d’une église, c’est à dire, un dôme, une croix ou une cloche.

Le gouverneur militaire et le chef de la sécurité d’el Minya connaissaient les détails de l’accord. “Cela va créer un précédent en Egypte”, a déclaré la militante Nader Shoukry.

Dans un second incident, le dimanche 27 Mars près de 500 salafistes, armés d’épées, de matraques et de couteaux, se tenait en face de l’église de la vierge Maire, dans le quartier de Bashtil Imbaba, à Giza exigeant sa fermeture parce que “c’est une zone musulmane et aucune église ne devraient être autorisées ici. ” Ils ont fermé la porte de l’église et ont tenu un certain nombre de paroissiens à l’intérieur, y compris les enfants. Les Coptes terrorisé ont alors appelé l’armée pour les en sortir, surtout les enfants, qui ont été traumatisés. La police militaire est arrivée, et a libéré les paroissiens et a dispersé la foule musulmane, qui se cachait à proximité “afin de surveiller les coptes s’ils retournaient à nouveau dans l’église, afin de les attaquer à nouveau», a déclaré un témoin copte.

L’église de la Vierge Marie, qui sert 800 familles chrétiennes, est une salle de prière à l’intérieur d’un centre de services qui comprend une école maternelle et une clinique gratuite. Il avait obtenu l’agrément d’exploitation par l’ex service de renseignement de sécurité de l’Etat (qui opère désormais sous le nouveau nom de la sécurité nationale) en Décembre 2010 et qui a été jusqu’à la “révolution du 25 Janvier” la seule autorité responsable de délivrer des agréments pour les églises, même si ils avaient un décret présidentiel.

Deux imams salafistes, le cheikh Gamal et le cheikh Mohammad Farag (un mécanicien automobile), a incités les musulmans à procéder à l’attaque de ce siège en prétendant que les Coptes voulaient transformer le centre en une Eglise sans le permis approprié. Les deux prêtres de l’église ont été convoqués à la Direction de la sécurité de Gizeh pour une une réconciliation officieuse. Selon le Dr Naguib Ghobrial, chef de l’Union égyptienne des droits de l’homme, la police lui a dit qu’ils ont pris les prêtres loin en raison de craintes pour leur sécurité.

Quelques jours avant cet incident, quatre salafistes du quartier ont déposé une plainte auprès de la police locale car “le son des hymnes pendant la messe fait mal aux oreilles”, selon l’avocat copte Peter el-Naggar. “Le fait est que le centre, qui était autrefois une usine de vêtements avant d’être acheté par l’église en 1990, est au milieu de terres agricoles.”

Après la réunion de réconciliation à la Direction de la sécurité de Gizeh, les services au centre Bashtil ont été interrompus jusqu’à ce que l’église acquiert une licence d’exploitation, selon le Père Hermina, qui est en charge du centre.

Dans le troisième incident, trois jours avant l’incident centre Bashtil, l’église St. George à Beni Ahmad, à 7 km au sud de Minya a également été l’objet d’intimidations par les musulmans. L’église vieille de 100 ans a reçu il ya trois ans un permis officiel du gouvernorat de Minya permettant l’élargissement de son côté est, ainsi que l’érection d’un centre de services sociaux au sein d’un petit lopin de terre appartenant à l’église. Trois salafistes avec une grande foule de musulmans du village ont visité l’église le mercredi 23 mars et ordonné aux responsables de l’église d’arrêter les travaux immédiatement et de défaire ce qu’ils avaient terminé, faute de quoi ils démoliraient l’église après la prière du vendredi. Ils ont également exigé que le prêtre de l’église, le père Georgy Thabet, quitte le village avec sa famille.

Les musulmans ont été invités de tous les villages voisins pour être prêt pour la démolition de vendredi si leurs revendications n’étaient pas satisfaites. La jeunesse copte du village montait la garde à l’intérieur de l’église pour empêcher toute démolition par les musulmans et les salafistes qui se tenaient en dehors de l’église en appelant le prêtre à quitter le village, ainsi qu’en lançant des insultes. Le village de Beni Ahmad a une population de 8.000 coptes et de 23 000 musulmans

Le diocèse a intensifié ses contact avec les autorités qui à leur tour leur a demandé de communiquer avec le gouverneur militaire. Une réunion s’est tenue entre les représentants de l’église, les salafistes, l’armée et la sécurité d’el Minya. Les salafistes ont demandé la démolition de ce qui a été construit et le départ du prêtre et sa famille. En fin de compte l’armée a dit que les Coptes ne peuvent pas intervenir dans ce cas. “En d’autres termes, les autorités ont vendu les Coptes aux salafistes, et les salafistes font ce qu’ils veulent de notre communauté et de l’église”, a commenté la militante copte locale Mariam Ragy.

Les travaux d’agrandissement ont cessé, mais les services religieux ont continué avec le même prêtre. Les salafistes ont demandé un “don” de la part de l’église pour un soi-disant centre de dialyse rénale, “qui n’est même pas accommodé aux animaux d’y vivre, et encore moins à être un centre médical”, a déclaré Ragy.

(via AINA)

Partager cet article
Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com