Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 07:06

DEUXIÈME DISCOURS. Discours prononcé au commencement du carême sur ce verset : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre» (Gen. I, 1) ; sur le jeûne et sur l'aumône.

 

ANALYSE.

 

1. La prière de l'Église dirige la langue du Docteur chrétien. Pourquoi Dieu, en créant l'homme, ne dit pas : que l'homme soit fait, mais, faisons l'homme. Cette seule parole faisons, prouve le Fils unique de Dieu. — 2. Contre les Anthropomorphites.

 

1. Vous souvenez-vous des questions qui vous ont été proposées hier? C'est que vous avez si bien encouragé notre arrogance et notre audace, que maintenant nous ne craignons pas d'attaquer toutes les questions, ou plutôt, ce n'est ni de l’audace, ni de l'arrogance. Car notre assurance ne nous vient pas dé notre force particulière, nous la fondons sur les prières des pontifes qui nous dirigent; ce sont vos prières aussi qui nous ont excité à entrer dans la carrière. Voilà la puissance de la prière de l'Église; fussions-nous plus muets que la pierre, elle rend notre langue plus agile que l'aile des oiseaux. Quand la brise enfle la voile, le navire fend l'onde, plus rapide qu'une flèche; ainsi la prière de l'Eglise, comme un souffle plus puissant que lezéphir, emporte au loin l'orateur. Voilà pourquoi, chaque jour, nous nous préparons à la lutte avec confiance. En effet, si, dans les joûtes qui plaisent au monde, dix ou vingt amis seulement, dans ta foule immense, suffisent pour déterminer un lutteur à descendre fièrement dans l'arène, à bien plus forte raison nous, qui n'avons pas dix ou vingt amis seulement, qui nous regardent, mais tout un peuple, composé de frères et de pères, descendons-nous dans l'arène avec confiance. Toutefois, dans les luttes profanes, l'athlète n'attend pas grand secours du spectateur, qui ne peut que crier, l'admirer dans l'occasion, et de la place supérieure où il est assis, disputer avec ceux qui ne jugent pas comme lui . quant à descendre dans le stade, tendre la main au lutteur qu'on aime ou tirer le pied de son adversaire, ou faire quelque autre action de ce genre, c'est ce qui n'est pas permis. Ceux qui ont établi ces luttes, ont pris soin de planter des pieux autour de l'arène, et d'étendre des cordes qui l'entourent, pour tenir à distance les transports insensés des spectateurs. Étonnez-vous qu'on ne leur permette pas de descendre dans l'arène, quand il est commandé, même au gymnasiarque, de rester assis hors du stade, à peu de distance, et de donner, à ceux qui luttent loin de lui, les, secours de sa science, mais sans pouvoir les approcher. Avec nous, au contraire, il n'en est pas de même permis, et au Maître, et aux spectateurs, de descendre et de s'approcher de nous; de nous assister de leur affection, de nous affermir par leurs prières. Eh bien ! donc, engageons notre lutte, à la manière des athlètes. Quand ils se sont pris l'un l'autre par le milieu du corps, quand l'ardeur de la lutte, l'espace étant, pour eux, trop, étroit, les a jetés presque sur la foule, qui les entoure au dehors, ils se dégagent l'un de l'autre et retournent à la place où ils ont commencé le combat. Quand ils le renouvellent, ils ne reprennent pas l'attitude droite de la première posture, mais ils s'entrelacent dans (447) la position où ils étaient quand ils se sont séparés. Faisons de même, nous aussi, et puisque l'espace nous. a manqué pour achever notre discours, reprenons la lutte à la même place, et trouvons le dénouement que nous cherchons, dans ce qui nous a été lu aujourd'hui; voyons ce que nous présente la lecture de ce jour : Et Dieu dit, faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance.

Notre première recherche doit être, pourquoi quand Dieu faisait le ciel, on ne voit pas Faisons, mais que le ciel soit fait, que la lumière soit faite, et de même pour les créatures particulières; pourquoi , quand il s'agit de l'homme, voit-on alors seulement ce Faisons, cette expression d'un conseil, d'une délibération avec un autre, quel qu'il soit, à qui l'on fait l'honneur de communiquer sa pensée? Quel est donc enfin cet être à créer, qui jouit d'un tel honneur? c'est l'homme, cet animal d'une admirable grandeur, la créature la plus excellente auprès de Dieu, pour qui le ciel et la terre et la mer, et tout l'ensemble de la création a été fait. L'homme dont le salut a été si cher à Dieu, qu'il n'a pas même fait grâce, à cause de lui, à son Fils unique. Et en effet, il n'a rien épargné pour l'élever, l'exalter, le placer à sa droite. C'est ce que crie la voix de Paul : Il nous a ressuscités avec lui, et nous a fait asseoir dans le ciel en Jésus-Christ. (Ephés. II, 6.) Voilà pourquoi la délibération, et le conseil, et la communication de la pensée divine; ce n'est pas que Dieu ait besoin de conseil, loin de nous de le croire, mais la figure de l'Ecriture nous montre l'honneur déféré à celui qui va naître. Mais comment, me dira-t-on, si l'homme est plus excellent que l'univers, est-il créé après l'univers? C'est justement par la raison qu'il est plus excellent que l'univers. Quand l'Empereur doit faire son entrée dans une ville, généraux, préfets, satellites, serviteurs de toute espèce, vont devant, ornent le palais, préparent tout afin de faire toute espèce d'honneur à celui qu'on appelle l'Empereur; il en est de même ici ; l'Empereur va faire, pour ainsi dire, son entrée; le soleil l'a précédé, le ciel a couru devant, la lumière a paru d'abord, toutes choses ont été créées, tout a été préparé, orné; alors seulement paraît l'homme à qui on fait tous les honneurs.

Faisons l'homme à notre image. Ecoutez, Juifs; à qui Dieu dit-il, Faisons ? Ce sont les paroles écrites de Moïse. Ils prétendent croire en Moïse, ces menteurs; ce qui prouve qu'ils mentent, et qu'ils ne croient pas en Moïse, c'est la parole du Christ qui les a convaincus de mensonge, écoutez : Si vous croyiez en Moïse, vous croiriez aussi en moi. (Jean, V, 46.) Certes, ils ont des livres, nous avons, nous, un trésor de livres; à eux la lettre, à nous, et la lettre et la pensée.

A qui donc dit-il, Faisons l'homme? C'est à un ange, me dit-on; c'est tout simplement à un archange qu'il s'adresse. Quand des mauvais sujets, des esclaves, accusés par leur maître, sont à court de réponses, ils débitent tout ce qui leur vient à la bouche. C'est ainsi que vous faites, à un ange,n'est-ce pas? à un archange? Quel ange? quel archange? La fonction des anges n'est pas de créer, ni celle des archanges, d'opérer de telles choses. Ainsi, quand Dieu créait le ciel, il n'a rien dit, ni à un ange, ni à un archange. C'est par sa seule vertu qu'il fa produit; et maintenant qu'il produit ce qui est plus excellent que le ciel, que le monde entier, l'être animé par excellence, l'homme, il fait venir ses serviteurs pour les associer à son oeuvre créatrice ?

2. Non, mille fois non; le propre des anges, c'est d'assister, non pas de créer; le propre des archanges, c'est d'être ministres, et non des confidents et des conseillers. Ecoutez la parole d'Isaïe sur les vertus des séraphins, lesquels sont supérieurs aux anges : Je vis le Seigneur assis sur un trône sublime et élevé, et les séraphins étaient autour du trône; ils avaient chacun six ailes : deux dont ils voilaient leur face (Isaïe, VI, 1, 2), pour se garantir les yeux, voyez-vous, parce qu'ils ne pouvaient supporter la lumière éclatante, jaillissant du trône. Que dites-vous ? les séraphins sont là, saisis de tant d'admiration et de stupeur, et de crainte, et cela quand ils voient la clémence de Dieu; et vous voulez que les anges soient associés à ses pensées, prennent part à ses conseils? c'est ce qui n'est nullement conforme à la raison. Mais enfin, à qui donc adresse-t-il ces paroles : Faisons l'homme ? C'est à l'admirable confident de ses conseils, à Celui qui partage sa puissance, au Dieu fort, au prince de la paix, au Père du siècle à venir (Isaïe, IX, 6) ; c'est lui-même, c'est le Fils unique de Dieu ; c'est donc à lui qu'il adresse cette parole : Faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance. Il ne dit pas : à ma ressemblance et à la tienne; ou à ma ressemblance et à la vôtre, mais à (448) notre image, montrant que l'image est une, que la ressemblance est une. Or, de Dieu et des anges, ni l'image n'est une, ni la ressemblance n'est une. Et comment, en effet, du Maître et des serviteurs l'image serait-elle une, ainsi que la ressemblance? Vous voyez bien que votre faux raisonnement est confondu de toutes parts; l'image proposée ici, c'est l'image de la domination comme la suite du texte le fait voir. Car après avoir dit: A notre image et ressemblance, il ajoute : Et dominez sur les poissons de la mer. Or, la domination de Dieu et celle des anges ne peuvent être une seule et même domination. Comment se pourrait-il faire, s'il y a d'un côté, les serviteurs, de l'autre le Maître; d'un côté les ministres, de l'autre celui qui commande?

Mais voici maintenant d'autres contradicteurs. Dieu a la même image que nous, disent-ils, parce qu'ils ne comprennent pas la parole. En effet, Dieu n'a pas entendu l'image de la substance, mais l'imagé de la domination, comme nous allons le montrer par la suite. Car ce qui fait voir que là forme humaine n'est pas la forme de la divinité, c'est ce que dit Paul : Pour ce qui est de l'homme, il ne doit point se couvrir la tête, parce qu'il est l'image et la gloire de Dieu, au lieu que la femme est la gloire de l'homme. (I Cor. XI, 7.) C'est pourquoi, dit-il, elle doit avoir un voile sur la tête. (Ib. 10.) Il est évident que si, dans ce passage, Paul a exprimé, par le mot image, la parfaite et entière ressemblance de la forme humaine et de la forme de Dieu, s'il a dit que l'homme est l'image de Dieu, parce que Dieu a été représenté sous la forme humaine, selon les idées de ces juifs, il n'aurait pas dû dire, de l'homme seulement, qu'il avait été fait à l'image de Dieu; il aurait dû le dire de la femme aussi. En effet, pour la femme et pour l'homme, la figure, la forme, la ressemblance est une. Pourquoi donc dit-il que l'homme est fait à l'image de Dieu? Pourquoi n'en dit-il pas autant de la femme ? C'est qu'il n'entend pas l'image quant à la forme, mais quant 'à la domination, qui n'appartient qu'à l'homme seul, et non à la femme. L'homme, en effet, n'a pas de créature qui lui soit supérieure ; la femme est soumise à l'homme, selon la parole de Dieu : Vous vous tournerez vers votre mari et il vous dominera, (Gen. III, 16.) Voilà pourquoi l'homme est l’image de Dieu c'est qu'il n'y a personne au-dessus de lui, de même qu'il n'est aucun être au-dessus de Dieu. La domination appartient à l'homme, quant à la femme, elle est la gloire de l'homme, parce qu'elle est soumise à l'homme. Autre preuve, ailleurs : Nous ne devons pas croire que la Divinité ressemble à de l'or, ou à de l'argent, ou, ci une pierre, ou à toute formé sculptée par l'art ou conçue par la pensée de l'homme. (Act. 2.) Ce qui revient à dire, que non-seulement la Divinité surpasse toutes les formes visibles, mais que la pensée humaine ne peut concevoir aucune forme qui ressemble à Dieu. Comment donc peut-il se faire que Dieu ait la figure de l'homme, lorsque Paul déclare que la pensée même ne peut concevoir la forme de l'essence de Dieu? Quanti notre figure, notre pensée peut facilement se la représenter. Je m'étais encore proposé de vous parler de l'aumône; mais le temps ne nous le permet pas. Nous nous arrêterons donc ici. Mais auparavant, nous voulons vous exhorter à garder- soigneusement le souvenir de tout ce que vous avez entendu ; à bien vous attacher à la sagesse, à la parfaite rectitude de la con. duite, afin qu'il ne soit pas dit que nos collectes sont inutiles ici, et sans fruit pour vous. Nous aurions beau conserver les opinions droites; si nous n'y ajoutons pas la vertu des bonnes oeuvres, nous serons absolument déchus de la vie éternelle. Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, n'entreront pas tous dans le royaume des cieux; mais celui-là seulement y entrera, qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. (Matth. VII, 21.) Appliquons-nous donc ardemment à faire cette volonté de Dieu, ;afin que nous puissions entrer dans le ciel, et conquérir les biens préparés à ceux qui chérissent le Seigneur. Puissions-nous tous être admis à ce partage, par là grâce et par la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui appartient, comme au Père, comme au Saint-Esprit, la gloire, l'empire, l'honneur, et maintenant, et toujours, et dans les siècles des siècles ! Ainsi soit-il.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com