Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 05:23

TROISIÈME HOMÉLIE

 

Qu’il est utile de lire la sainte Ecriture ; — quelle délivre de la servitude et rend invincible à toutes les tribulations celui qui les lit attentivement; — que le nom d'apôtre résume en lui plusieurs titres de gloire; — que les Apôtres sont plus grands que les rois ; — au nouveau baptisés.

 

ANALYSE.

 

1° Exorde d'un caractère poétique dans lequel l'orateur loue ses auditeurs de leur zèle à entendre la parole de Dieu, et compare la sainte Ecriture à une prairie délicieuse et à une source intarissable. — 2° L'homme qui lit tous les jours l'Ecriture est comme un arbre planté au bord d'une eau courante. Je vous explique lentement la sainte Ecriture, dit l'orateur, afin que tombant sur vos âmes comme une douce pluie elle les pénètre mieux. — 3° Résumé des homélies précédentes et sujet du présent discours : ce que c'est qu'un Apôtre. — 4° La grâce de l'apostolat comprend en soi la plénitude des grâces. Un Apôtre c'est un conseil de l'ordre spirituel. — 5° Comparaison entre l'Apôtre et le magistrat. — 6° Exhortation aux nouveaux baptisés.

 

1. Quand je considère mon peu de génie, je me sens comme anéanti et je n'ose m'adresser à tout un peuple assemblé pour m'entendre; mais quand je vous vois si remplis d'ardeur, si insatiables d'instructions, la confiance et le courage me reviennent, et je me prépare à entrer généreusement dans cette carrière, dans ce ministère de la parole; à votre vue une âme de pierre deviendrait plus légère que l'oiseau, tant vous apportez, à écouter, de zèle et d'ardeur. De même que les animaux qui vivent dans des tanières ont coutume, après être restés blottis tout l'hiver au fond de leurs cavernes, de quitter ces retraites quand le printemps parait, pour se mêler aux autres animaux et prendre leurs ébats avec eux; ainsi mon âme (52) 'retirée dans la conscience de sa faiblesse comme dans une caverne , ne peut pas , en voyant l'ardeur de votre charité, ne pas quitter sa retraite, se mêler à vous et parcourir joyeusement avec vous la sainte Ecriture, cette prairie spirituelle et divine, ce paradis des saints Livres. C'est une prairie spirituelle, c'est un jardin de délices que la lecture des divines Ecritures, un paradis de délices bien supérieur au paradis terrestre. Dieu a placé ce paradis non sur la terre, mais dans les âmes des fidèles; non dans l'Eden ni vers le couchant, le resserrant dans une seule contrée, mais il l'a étendu par toute la terre , et jusqu'aux extrémités du Inonde habité. Oui, il l'a étendu sur toute la terre; écoutez à ce sujet le Prophète: Leur voix a retenti par toute la terre, et leurs paroles ont été jusqu'aux extrémités du monde habité. (Ps. XVIII, 5; Rom. X,18.) Que vous alliez dans l'Inde, chez ces peuples que le soleil à son lever visite les premiers, ou vers l'Océan jusqu'aux Iles Britanniques, ou vers le Pont-Euxin, ou dans les contrées septentrionales, partout vous entendrez les hommes répétant les sages maximes de l'Ecriture, avec un accent étranger sans doute, mais avec une même foi , dans une langue différente, mais avec une même pensée. Le son des paroles change, mais la religion ne change pas; barbares par la langue, ces ,hommes sont sages par la pensée, et les solécismes de leur bouche n'empêchent pas la pureté de leur vie.

Voyez-vous la grandeur de ce paradis étendu jusqu'aux extrémités de la terre? Là il n'y a pas de serpents, les bêtes féroces ne s'y trouvent pas, et la grâce du Saint-Esprit protège cette heureuse région. Dans ce paradis comme dans l'autre se trouve une source, une source d'où sortent des milliers de fleuves, et non quatre seulement. Ce n'est pas au Tigre, à l'Euphrate, au Nil, au Gange, mais à des milliers de fleuves que cette source donne naissance. Qui le dit? Dieu lui-même qui, dans sa bonté, nous a donné ces fleuves: Celui qui croit en moi, dit l'Ecriture, des fleuves d'eau vive couleront de son sein. (Jean, VII, 38 .) Voyez-vous qu'il sort de cette source, non quatre fleuves, mais des fleuves innombrables? Et ce n'est pas l'abondance seulement, mais aussi la nature des eaux qui rend cette source admirable; car ce ne sont pas des eaux qui coulent, mais les grâces du Saint-Esprit. Cette source se communique à chaque âme fidèle et se partage entre elles sans jamais s'amoindrir, se partage sans jamais tarir, se divise sans diminuer; elle est tout entière en toutes et tout entière en chacune. Car telle est la grâce du Saint-Esprit. Voulez-vous savoir combien ces eaux sont abondantes? Voulez-vous connaître la nature de ces eaux et apprendre qu'elles ne ressemblent pas aux nôtres, qu'elles sont bien supérieures, bien plus admirables? Ecoutez les paroles de Jésus à la Samaritaine, pour comprendre combien cette source est abondante : L'eau que je donnerai, dit-il, au fidèle, deviendra en lui une fontaine d'eau jaillissante dans la vie éternelle. (Jean, IV, 14.) Il n'a pas dit sortante, il n'a pas dit coulante, mais jaillissante, pour marquer qu'elle est inépuisable. Ces eaux qui jaillissent d'une fontaine et se répandent de tous côtés sont celles que la fontaine ne peut plus contenir dans son sein, mais qu'un courant continu force à jaillir. Aussi pour marquer l'abondance de ces eaux, il a dit : non pas qu'elles sortent, mais qu'elles jaillissent.

Voulez-vous savoir quelle est la nature de cette eau? Voyez à quoi elle sert. Elle est utile non pour la vie présente, mais pour la vie éternelle. Restons dans ce jardin, asseyons-nous près de la source, ne faisons pas comme Adam pour ne pas être comme lui chassés de ce lieu. Ne nous laissons pas entraîner par de funestes suggestions, par les mensonges de Satan; restons dans le paradis, nous y trouverons la sûreté ; continuons de nous adonner à la lecture des Ecritures. Ceux qui sont assis à côté d'une fontaine, qui jouissent de la fraîcheur qu'elle procure, qui, pour se protéger contre la chaleur, baignent souvent leur visage dans les eaux, se guérissent facilement de la soif, s'ils viennent à l'éprouver, par ce qu'ils trouvent le remède dans la source : ainsi celui qui est assis auprès de la fontaine des saintes Ecritures, s'il est tourmenté par l'ardeur d'une passion insensée, s'en délivre facilement en baignant son âme dans ces eaux; si la colère s'allume en lui et fait bouillonner son coeur comme la chaleur fait bouillonner un vase, qu'il y jette un peu de cette eau spirituelle et cette passion impudente sera bientôt comprimée. En un mot, la lecture des Livres saints nous délivre de toute pensée mauvaise, comme de flammes dévastatrices.

2. C'est pourquoi David, ce grand prophète qui connaissait l'utilité de la lecture des saints Livres, compare celui qui s'applique aux (53) Ecritures et qui passe sa vie avec elles, le compare, dis-je, à un arbre toujours verdoyant, planté sur le bord d'une rivière : Heureux l'homme qui n'a pas été dans l'assemblée des impies, qui ne s'est point arrêté dans la route des pécheurs, qui ne s'est point assis dans la chaire de pestilence, mais qui place ses affections dans la loi du Seigneur et la médite jour et nuit, il sera comme un arbre planté près d'un cours d'eau. (Ps. I, 1 - 3.) L'arbre planté près d'un cours d'eau, croissant au bord même d'une rivière, jouit sans cesse d'une humidité convenable et brave impunément toutes les intempéries de l'air; il ne craint pas les ardeurs desséchantes du soleil, ni l'air enflammé; ayant en lui-même une sève abondante, il se défend contre la chaleur extérieure et la repousse: de même une âme qui se tient près des eaux de la sainte Ecriture, qui s'en abreuve continuellement, qui recueille en elle-même cette rosée rafraîchissante de l'Esprit-Saint, devient supérieure à toutes les attaques des choses humaines, que ce soit la maladie, la médisance, la calomnie, l'insulte, la raillerie ou tout autre mal; oui, quand toutes les calamités de la terre fondraient sur cette âme, elle se défend facilement contre toutes ces attaques, parce que la lecture de l'Ecriture sainte lui fournit des consolations suffisantes. Ni la gloire au loin répandue, ni la puissance bien établie, ni l'assistance d'amis nombreux, aucune chose humaine enfin, ne peut consoler un homme affligé, comme la lecture de la sainte Ecriture. Pourquoi donc? Parce que ces choses-là sont périssables et corruptibles, et que les consolations qu'elles donnent périssent aussi, la lecture de l'Ecriture sainte, c'est un entretien avec Dieu, et quand Dieu console un affligé, qui pourra le rejeter dans l'affliction?

Appliquons-nous donc à cette lecture, non pas seulement pendant ces deux heures (cela ne suffirait pas pour nous sauver), mais toujours; que chacun rentré chez soi prenne en main les Livres divins et qu'il réfléchisse sur les pensées qu'ils renferment, s'il veut retirer de l'Ecriture sainte un secours continuel et suffisant. Cet arbre planté sur le bord de l'eau n'y reste pas seulement deux ou trois heures, mais tout le jour, mais toute la nuit. Aussi ses feuilles sont abondantes, ses fruits nombreux, et cependant nul homme ne l'arrose; mais placé près d'une rivière, ses racines attirent l'humidité et la communiquent comme par certains canaux à tout le tronc qui en profite: de même, pour celui qui lit continuellement la sainte Ecriture et qui se tient auprès de ces eaux, n'eût-il aucun commentateur, la lecture seule, comme une espèce de racine, lui en fait retirer une très-grande utilité. Ah! je sais vos soucis, vos occupations, vos nombreux travaux : aussi ce n'est que doucement et peu à peu que je vous amène à réfléchir sur l'Ecriture, et la lenteur de mon interprétation en rendra le souvenir plus durable. Un orage tombant par torrents impétueux n'agit que sur la surface de la terre et reste inutile pour les couches inférieures; mais une pluie qui tombe doucement et peu à peu, comme de l'huile, pénètre plus profondément au moyen de certains vaisseaux, de certains canaux, remplit d'eau les cavités qu'elle rencontre et rend la terre bien propre à porter des fruits. Et nous aussi, nous faisons tomber doucement cette pluie spirituelle dans vos âmes. L'Ecriture, c'est un nuage spirituel, ses paroles et ses pensées c'est une pluie bien supérieure à la pluie matérielle; et cette pluie spirituelle, nous la faisons tomber lentement sur vos âmes, afin que nos paroles pénètrent jusqu'au fond. Aussi depuis quatre jours que cette interprétation est commencée, nous n'avons encore pu aller plus loin que le titre ; nous en sommes encore occupés. Il vaut bien mieux ne travailler qu'un petit champ, le remuer profondément et y, trouver en abondance les choses nécessaires que de travailler superficiellement de grandes: étendues de terrain et de n'aboutir qu'à se fatiguer en vain, sans profit, sans résultat. Je sais que cette lenteur déplait à beaucoup; mais ce n'est pas de leurs blâmes, c'est de votre utilité que je me soucie. Que ceux qui peuvent aller plus vite attendent leurs frères plus lents; ils peuvent bien les attendre, mais leurs frères plus faibles ne sauraient les atteindre. Aussi saint Paul nous recommande, à nous, de ne pas presser inopportunément les faibles qui ne peuvent arriver à la perfection des forts, et aux forts de supporter l'impuissance des faibles. (I Cor. VIII, 9.) C'est de votre utilité que je me soucie, non du vain renom d'éloquence; c'est pourquoi les mêmes pensées me retiennent si longtemps.

3. Le premier jour j'ai dit qu'il ne fallait pas passer sur les titres sans s'y arrêter, et c'est alors que je vous ai lu l'inscription de l'autel et que je vous ai montré la sagesse de saint, Paul qui, (54) prenant pour ainsi dire un soldat étranger du milieu des ennemis, l'a fait passer dans sa propre armée. A cela s'est bornée notre instruction du premier jour; ensuite, le deuxième jour, nous avons recherché quel était l'auteur du livre et nous avons trouvé par la grâce de Dieu que c'était Luc l'évangéliste; nous avons établi ce point par bien des preuves qui demandaient, les unes plus, les autres moins de sagacité. Je sais que beaucoup de mes auditeurs n'ont pas suivi mes dernières déductions. ce qui ne m'empêchera pas de rechercher encore ces preuves plus difficiles à saisir. Les pensées qui frappent au premier abord serviront aux faibles, celles qui sont plus profondes plairont et seront utiles à ceux qui ont de la pénétration. Il faut que nous servions un repas varié et multiple, car les convives ont des goûts variés et multiples. Nous avons donc traité le premier jour du titre, le second de l'auteur, le troisième, c'est-à-dire hier, du commencement du livre et nous avons montré (nos auditeurs le savent bien) ce, que c'est qu'un acte, ce que c'est qu'un miracle, ce que c'est que la bonne conduite, ce que c'est qu'un prodige, qu'un signe, qu'une puissance, quelle différence il y a entre eux, comment l'un est plus grand, l'autre plus utile, comment l'acte vertueux conduit par lui seul au royaume des cieux, comment le miracle séparé `de l'acte vertueux est banni du paradis. Aujourd'hui il nous faut achever l'interprétation du titre et montrer ce que c'est que ce nom d'apôtres. Car ce n'est pas un nom sans signification; c'est le nom d'une autorité, de l'autorité la plus grande, de l'autorité la plus spirituelle, de l'autorité céleste. Attention donc. Dans le siècle, il y a bien des autorités de rangs divers, les unes sont plus hautes, les, autres moins : par exemple, pour commencer par les dignités inférieures, il y a le procureur de la ville, au-dessus de lui le gouverneur de la province, après celui-ci une autorité plus grande encore; dans la hiérarchie militaire, il y a le maître des soldats, puis le préfet, plus haut encore la dignité de consul. Ce sont là autant d'autorités, mais de degrés différents: il en est de même dans l'ordre spirituel, on y remarque aussi beaucoup de dignités de divers degrés; mais la plus élevée de toutes, c'est la dignité d'apôtres.

Je me sers de cette comparaison pour vous faire passer des choses visibles aux choses invisibles. C'est ainsi que fait le Christ; pour parler du Saint -Esprit , il emprunte des figures à l'eau : Quiconque boit de cette eau aura encore soif,dit-il, au contraire qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif. (Jean, IV, 13.) Voyez-vous comme des choses visibles il conduit aux invisibles? C'est ainsi que nous faisons et nous marchons de bas en haut, afin que notre parole en soit plus claire. Parlant d'autorités, nous avons indiqué des autorités non spirituelles, mais temporelles, pour vous conduire des unes aux autres. Avezvous entendu combien j'ai énuméré d'autorités visibles, les unes plus grandes, les autres moins, et combien la dignité de consul est au-dessus de toutes comme la tête et le sommet? Voyons quelles sont les dignités spirituelles. C'est une dignité spirituelle que celle de prophète; en voici d'autres, celles d'évangéliste, de pasteur, de docteur; les uns ont le don des miracles, les autres des guérisons, d'autres encore de l'interprétation des langues. Ces noms sont des noms de grâces, mais ces grâces ont donné naissance dans l'Église à des fonctions, à des dignités. Le prophète est un dignitaire; l'exorciste un dignitaire; chez nous, le pasteur et le docteur sont des dignitaires spirituels; mais par dessus toutes ces dignités se trouve la dignité d'apôtre. Et comment le voyez-vous? C'est qu'un apôtre est avant tous ceux-là, et ce qu'est le consul dans les dignités de ce monde, l'apôtre l'est dans les dignités spirituelles : il y tient le premier rang. Écoutez saint Paul énumérant ces dignités et plaçant au degré le plus élevé celle d'apôtres. Que dit-il donc? Dieu a établi dans l'Église, premièrement des -apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs et des pasteurs, ensuite le don des guérisons.

Voyez-vous quelle est la charge la plus sublime ? Voyez-vous l'apôtre assis au premier rang, n'ayant personne au-dessus de lui, plus élevé que lui? Saint Paul place au premier lieu les apôtres,, au second les prophètes, au troisième les docteurs et les pasteurs, ensuite ceux qui possèdent la grâce des guérisons, ceux qui soignent les malades, les directeurs,, ceux qui ont le don des langues. Mais la dignité d'apôtre n'est pas seulement la tête des autres dignités, elle en est encore la base et la racine. La tête,.placée au-dessus du corps, n'en est pas seulement la maîtresse et la dominatrice, mais encore, si j'ose le dire, la racine : car les nerfs qui pénètrent dans toutes les parties (55) du corps sortent d'elle, du cerveau, et recevant d'elle les esprits animent tout le corps; de même la dignité d'apôtre, maîtresse et dominatrice des autres, non-seulement les surpasse, mais contient en elle-même la racine de toutes les autres. Le prophète peut ne pas être apôtre et prophète ; mais l'apôtre est nécessairement prophète, il a le don des guérisons, des langues et de l'interprétation; ainsi cette dignité est la source et la racine des autres.

4. Oui, il en est ainsi, j'en atteste saint Paul. Mais disons d'abord ce que c'est que le don des langues Qu'est-ce donc que le don des langues? Autrefois celui qui avait été baptisé et qui croyait parlait diverses langues quand le Saint-Esprit était descendu sur lui. Comme les chrétiens d'alors étaient. encore faibles et qu'ils ne pouvaient voir des yeux du corps les grâces spirituelles, il leur était accordé une grâce sensible pour que ce qui était spirituel leur devînt évident, et le baptisé se mettait à parler notre langue, celle des Perses, celle des Indiens, celle des Scythes pour apprendre aux infidèles qu'il avait reçu l’Esprit-Saint. C'était là un miracle sensible, je veux dire ce don des langues; c'était un des sens du corps qui le percevait; quant à la grâce du Saint-Esprit, grâce spirituelle et invisible, ce signe sensible la rendait manifeste. Voilà en quoi consistait le don des langues. Cet homme qui naturellement ne connaissait qu'une langue, en parlait plusieurs que lui avait enseignées' la grâce; on voyait un homme un par le nombre, mais multiple par la grâce , ayant plusieurs bouches et plusieurs langues. Voyons comment l'Apôtre posséda ce don ainsi que tous les autres. De celui-ci il dit: Je parle plus de langues que vous tous. (I Cor. XIV,18.) Vous voyez comme on retrouve en lui cette diversité des langues; et non-seulement on l'y retrouve, mais avec plus de variété que dans tout autre fidèle , car il ne dit pas seulement : Je puis parler vos langues, mais je parle plus de langues que vous tous. Quant au don de prophétie qu'il avait, voici comme il le manifeste : l'Esprit dit clairement que dans les derniers jours viendront des temps périlleux. (I Tim. IV, 1.) Que ce soit une prophétie que d'annoncer ce qui arrivera à la fin des siècles, tout le monde le voit. Et en un autre endroit: Or sachez qu'à la fin des jours viendront des temps périlleux (II Tim. III, 31) ; et en un autre encore: Je vous affirme, sur la parole du Seigneur, que nous qui vivons et qui sommes réservés pour l'avènement du Seigneur, nous ne préviendrons pas ceux qui se sont déjà endormis. (I Thess. IV, 14.) C'est là encore une prophétie. Voyez-vous qu'il a le don des langues et celui de prophétie? Voulez-vous voir qu'il a la grâce de guérir? Mais les preuves ne sont-elles pas inutiles ici, puisque nous voyons ce don de guérison appartenir, non-seulement aux apôtres, mais encore à leurs vêtements? Qu'il ait été le docteur des nations, il le dit partout, et il ajoute qu'il embrassa dans sa sollicitude la terre entière: et qu'il gouverna les Eglises. Ainsi quand vous entendez énumérer les diverses dignités et dire: premièrement les apôtres, secondement les prophètes, troisièmement les pasteurs et les docteurs, ensuite ceux qui possèdent le don de guérison, d'assistance, de direction, le don des langues, sachez que la réunion de tous ces dons se trouve dans la dignité d'apôtre comme dans la tête. Pensiez-vous que le nom d'apôtre fût sans signification? Vous savez maintenant tout ce qu'il renferme de grandeurs. Et si nous avons traité cette matière ce n'est pas pour faire parade de notre science, car ces paroles sont moins les nôtres que les paroles de l'Esprit-Saint dont la grâce excite les plus négligents et ne leur laisse rien omettre.

Ce ne serait pas sans raison que nous appellerions un apôtre consul dans l'ordre spirituel. Les apôtres, ce sont des magistrats choisis par Dieu, magistrats non préposés à telle nation, à telle ville, mais désignés pour prendre tous ensemble soin de toute la terre. Oui, ce sont des magistrats spirituels, et je vais essayer de vous le montrer, afin qu'après cette démonstration vous sachiez que les apôtres sont aussi élevés au-dessus des magistrats. de l'ordre temporel que ceux-ci le sont au-dessus d'enfants qui se livrent aux jeux de leur âge. La magistrature spirituelle est bien plus- grande que la magistrature temporelle et plus nécessaire à notre vie : quand elle disparaît, tout tombe et se dissout. Quel est le caractère distinctif du magistrat? Qui faut-il regarder comme revêtu de cette dignité? Celui qui est maître de la prison, qui peut enchaîner les uns, relâcher les autres, renvoyer ceux-ci; enfermer ceux-là, ou encore remettre- les dettes, acquitter certains débiteurs et en forcer d'autres à payer, envoyer à la mort et rappeler de la mort : ou plutôt ce n'est pas là le pouvoir d'un magistrat, mais d'un roi, et encore ce pouvoir (56) n'appartient-il pas tout entier même aux rois. Car ils ne- peuvent rappeler de la mort celui qui a quitté la vie, mais celui seulement qu'on conduit à la mort; ils peuvent annuler une sentence, mais rappeler proprement de la mort, ils ne le peuvent; le pouvoir qu'ils ont est bien petit et le pouvoir le plus grand, ils en sont privés. De plus, nous reconnaissons un magistrat à sa ceinture, à la voix du héraut, aux licteurs qui l'accompagnent, à son chariot, à son épée :car ce sont là les marques du pouvoir. Voyons si la dignité d'apôtre a les mêmes insignes; non, ce ne sont pas les mêmes, mais des insignes bien supérieurs. Comparons-les, pour vous montrer que d'un côté il n'y a que des noms, et que de l'autre sont les réalités; pour vous montrer que la différence qu'il y a entre les magistrats civils et les apôtres est la même à peu près qu'entre les enfants qui jouent aux magistratures, et les hommes qui exercent ces magistratures, et, si vous le voulez, commençons par le pouvoir'de dispenser de la prison. Nous avons dit que le magistrat peut relâcher ou enchaîner. Voyez si les apôtres n'ont pas le même pouvoir: Tous ceux que vous lierez sur la terre seront liés dans les cieux, et tous ceux que vous délierez sur la terre seront déliés dans les cieux. (Matth. XVIII, 18.) Vous voyez des deux côtés autorité sur la prison; le nom est le même, mais que la chose est différente ! Il y a liens et liens, mais les uns sur la terre, les autres dans le ciel . car c'est le ciel qui est la prison sur laquelle les apôtres ont puissance. Voyez donc combien leur pouvoir est grand habitant notre terre, ils portent leur sentence, et cette sentence est assez puissante pour pénétrer dans les cieux. Des rois assemblés en une même ville portent des décrets et des lois, qui se font respecter par toute la terre: de même les Apôtres assemblés en un seul lieu portèrent des lois, et telle a été l'efficacité de ces lois qu'elle s'est fait sentir non-seulement par toute la terre, mais qu'elle a pénétré jusqu'àu plus haut des cieux. Vous voyez deux prisons, l'une sur la terre, l'autre dans le ciel; l'une pour les corps, l'autre pour les âmes, ou plutôt à la fois pour les âmes et pour les corps; leurs liens n'étreignent pas seulement les corps, mais aussi les âmes.

5. Voulez-vous voir comment ils avaient la puissance de remettre les dettes ? Ici encore vous apercevrez une grande différence; ils remettaient, non l'argent, mais les péchés : Ceux à qui vous remettrez les péchés, dit Jésus-Christ, ils leur seront remis; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. (Jean, XX, 23.) Est-il besoin de vous montrer après cela qu'ils envoyaient à la mort et qu'ils rappelaient de la mort, non-seulement après la sentence, non-seulement au moment du supplice, mais qu'ils ressuscitaient ceux qui étaient déjà morts et corrompus? Mais où ont-ils condamné à mort? Où ont-ils délivré de la mort? Ananie et Saphire furent convaincus de sacrilège; quoiqu'ils n'eussent caché qu'un argent qui était le leur, ce n'en était pas moins un attentat sacrilège : cette somme, après la promesse qu'ils avaient faite, ne leur appartenait plus. Que fit donc l'apôtre? Ecoutez et vous verrez que, assis en quelque sorte sur un tribunal, il cite le sacrilège, interroge comme fait le juge et ensuite prononce la sentence. Un interrogatoire en effet précéda la condamnation. Le crime, il est vrai, était patent; mais pour faire voir à ceux qui n'étaient pas présents la justice de sa sentence, il interroge en ces termes : Pourquoi Satan s'est-il emparé de ton coeur jusqu'à te faire mentir à l'Esprit-Saint et frauder sur le prix de ton champ ? Restant entre tes mains, ne demeurait-il pas à toi? Et vendu n'était-il pas encore en la puissance ? Ce n'est pas aux hommes que tu as menti, mais à Dieu. (Act. V, 3, 4.) Et quel effet produisirent ces paroles sur Ananie? Il tomba et il expira. Voyez-vous que les apôtres ont le pouvoir du glaive? Quand vous entendez dire à saint Paul : Prenez en toutes circonstances le glaive de l'Esprit qui est la parole de Dieu (Eph. VI, 17), souvenez-vous de cette sentence, souvenez-vous que frappé non par l'épée, mais par la parole, le sacrilège est tombé. Voyez-vous ce glaive aiguisé, ce glaive nu? Il n'y a pas de lame, pas de poignée, pas de mains; mais, au lieu de mains, c'est la langue, au lieu d'une lame, ce sont des paroles qui ont mis à mort le coupable Ananie.

Après lui vint sa femme; l'Apôtre voulait lui présenter une occasion de se mettre hors de cause, de se rendre digne de pardon, et pour cela il lui demanda encore : Dites-moi si vous avez vendu le champ ce prix-là. Il savait bien qu'on ne l'avait pas vendu ce prix-là; mais c'était pour l'amener à résipiscence par son interrogation, pour lui faire reconnaître sa faute, pour lui accorder son pardon, qu'il lui parlait ainsi; et cette femme persista dans son (57) impudence: aussi partagea-t-elle le châtiment de son mari. Voyez-vous le pouvoir de disposer de la prison? Voyez-vous comme les apôtres peuvent envoyer à la mort? Mais voyons un pouvoir plus grand encore, celui de rappeler de la mort. Tabithe, une chrétienne célèbre par ses nombreuses aumônes, était morte, et on avait couru aussitôt vers les apôtres ; car on savait qu'ils avaient. pouvoir de vie et de mort; on savait que ce pouvoir était venu du ciel sur la terre. Que fit Pierre lorsqu'il fut arrivé? Tabithe, levez-vous (Act. IX, 40), dit-il. Il ne lui fallut ni grands apprêts, ni serviteurs, ni ministres; il lui suffit d'une parole pour la ressusciter; la mort entendit cette voix et elle ne put retenir sa victime. Voyez-vous combien est puissante la voix de ces juges? Celles de nos juges sont bien faibles : qu'ils commandent et s'il n'y a pas de serviteur pour leur obéir, rien ne s'exécute; mais là il n'est pas besoin de ministres; l'apôtre parle et aussitôt la chose se fait. Vous avez vu la prison dont ils disposent et qui est le signe caractéristique de leur puissance ; vous les avez vus remettre les péchés, chasser la mort, rappeler à la vie. Voulez-vous voir quelle est leur ceinture? Le Christ les a envoyés ceints, non de cuir, mais de vérité; ceinture vénérable et spirituelle; aussi dit-il Ceignant vos reins de la vérité. (Ephés. VI,14.) Leur autorité est spirituelle et elle n'a besoin de rien de sensible : Toute la gloire de la fille du roi est à l'intérieur. (Ps. XLIV, 14.)

Mais quoi ! voulez-vous voir leurs bourreaux? Les bourreaux sont ceux qui châtient les coupables, les suspendent au gibet, leur déchirent les flancs, les tourmentent, les punissent. Voulez-vous les voir? Ce ne sont pas des hommes que les apôtres ont pour bourreaux, mais le diable lui-même et ses démons; oui, quoique revêtus de chair et d'un corps, les apôtres avaient pour les servir des puissances spirituelles. Entendez avec quelle autorité saint Paul leur donnait ses ordres: écrivant au sujet du fornicateur, il dit : Livrez-le à Satan pour la mort de sa chair. (I Cor. V, 5.) Au sujet de quelques blasphémateurs il en usa de même : Je les ai livrés, dit-il, à Satan, pour qu'ils apprennent à ne point blasphémer. (I Tim. I, 20.) Que me reste-t-il à vous montrer? Qu'ils ont des chars? Je puis vous montrer même cela. Comme Philippe, après avoir baptisé l'eunuque et l'avoir initié aux saints mystères, avait besoin de s'en retourner, l'Esprit l'enleva et il se trouva transporté du désert à Azot. (Act. VIII, 39, 40.) Voyez-vous ce char rapide, cet attelage plus prompt que le vent? L'apôtre devait monter jusque dans le paradis, quelle distance ! quel intervalle ! Enlevé tout à coup, il y fut transporté sans aucun effort et en un instant. (II Cor. XII, 2.) Voilà le char des apôtres; la voix de leur héraut est digne de leur autorité. Ce n'est pas un homme qui, marchant devant eux, élevait la voix, mais la grâce de l'Esprit-Saint, l'éclat des miracles qui a une voix plus retentissante que la trompette; voilà comme l'Esprit-Saint leur ouvrait la route. Si les chefs des peuples paraissent dans un tel éclat que leurs sujets n'osent facilement les aborder, il en fut de même des apôtres. Parmi les autres aucun n'osait se joindre à eux; mais le peuple les exaltait. (Act. V, 13.) Vous voyez qu'ils peuvent jeter en prison, remettre les dettes, qu'ils ont le glaive, qu'ils portent une ceinture, qu'ils voyagent sur un char, qu'une voix plus retentissante que la trompette les devance, qu'ils se montrent environnés d'un grand éclat.

6. Il faut maintenant vous montrer toutes leurs belles actions, vous faire voir combien ils ont été utiles à la terre : car les chefs ne sont pas seulement chefs pour recevoir des honneurs, mais surtout pour déployer en faveur de leurs sujets une grande sollicitude, une grande affection. Toutefois, comme mon discours est déjà plus long qu'il ne faut, renvoyant ce sujet à une autre réunion, j'essayerai de m'adresser maintenant aux néophytes. Et ne regardez pas cette pensée comme hors de saison. J'ai déjà dit que l'on peut encore être appelé néophyte non pas dix et vingt jours, mais dix et vingt ans après avoir reçu le baptême, pourvu que l'on soit vigilant et sage. Quelle est la meilleure exhortation que je puisse leur adresser? Ce sera de leur rappeler leur naissance, la première et la seconde, celle du corps et celle de l'âme, et de leur montrer la différence entre les deux. Ou plutôt ce n'est pas de nous qu'ils doivent apprendre cela, le fils du tonnerre leur parlera lui-même, le disciple bien-aimé du Christ, saint Jean. Que dit-il? A tous ceux qui l'ont reçu, il a donné le pouvoir d'être faits enfants de Dieu (Jean, II, 12) ; puis leur rappelant leur première naissance, et par cette comparaison leur montrant la grandeur de la grâce qu'ils avaient reçue, il dit : Qui ne sont point nés dit sang, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. (Jean, I, l3.) Une seule (58) parole suffit pour leur faire voir leur noblesse. O chaste enfantement ! ô naissance spirituelle ! ô nouvelle vie ! Conception et pas d'entrailles, naissance et pas de sein, enfantement en dehors de toute oeuvre de la chair, enfantement par la grâce et la charité de Dieu, enfantement où il n'y a que joie et allégresse ! Le premier ne ressemble pas à celui-ci, il commence par les gémissements. L'enfant sortant du sein de sa mère fait entendre un premier cri mêlé de larmes, comme le dit un auteur : Son premier cri, comme celui de tous les autres, fut un cri de douleur. (Sag. VII, 3.) Gémissements à l'entrée de la vie, larmes au début de la carrière, c'est ainsi que la nature nous présage dès le commencement un avenir douloureux. Pourquoi l'enfant pleure-t-il en naissant à la lumière ? Le voici : avant le péché, Dieu dit : Croissez et multipliez(Gen. I, 28), c'était une bénédiction : mais: tu enfanteras dans la douleur (Gen. III,16), dit-il après le péché : Voilà le châtiment. Et à notre naissance, il n'y a pas seulement des larmes, mais aussi des langes et des liens, des larmes à la naissance, des larmes à la mort, des langes à la naissance, des langes à la mort, pour que vous compreniez que la vie finit par la mort et trouve là son terme. Mais il n'en est pas de même de cette seconde naissance. Pas de larmes, pas de langes; en naissant on est affranchi et déjà prêt au combat ; les mains et les pieds sont libres pour courir et lutter; là, pas de gémissements, pas de larmes: il n'y a que des embrassements, des caresses, des témoignages d'amitié de frères qui reconnaissent un de leurs propres membres, qui retrouvent un frère revenant d'un lointain voyage. Car, avant le baptême, le néophyte était l'ennemi; après le baptême il est devenu l'ami de notre commun Maître; aussi nous nous réjouissons tous; c'est pourquoi le baiser s'appelle paix pour nous apprendre que Dieu a mis fin à la guerre et que nous sommes rentrés en grâce avec lui. Gardons-la toujours, cette paix, conservons-la, faisons durer cette amitié, afin de mériter les tabernacles éternels, par la grâce et la charité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, par qui et avec qui soient au, Père, gloire, honneur, puissance, ainsi qu'à l'Esprit saint et vivificateur, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Homélies

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire en cliquant sur :