Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 01:14

ÉPILOGUE

 

1 - L'ÉGLISE - Etant l'Eglise Mère de toutes les confessions chrétiennes, l'Eglise orthodoxe est seule pleinement légitime en tous lieux de la terre. Seul, l'évêque orthodoxe d'un lieu est l'évêque pleinement légitime de ce lieu. Elle est l'Eglise catholique. Il est l'évêque catholique.

 

Cela étant, nul homme intelligent ne peut tenir pour nul ce qui résulte de la suite des drames historiques dans le monde du péché. Que notre charité assume le passé de notre peuple.

 

Les évêques et prêtres romains restent authentiques évêques et prêtres. Qu'ils aient notre respect et notre amour fraternel.

 

L'Eglise est mystère de grâce, et non phénomène juridique.

 

2 - LIBERTÉ - L'Eglise existe pour le salut des hommes concrets, non pour une apothéose des abstractions.

 

Il y a abstraction chaque fois qu'une vérité se trouve séparée de la vie. Alors, il arrive que la vérité elle-même peut, en raison des réalités de l'existence, faire du mal et non du bien. Dieu ne s'impose jamais à l'homme qu'Il a créé libre. La vérité plénière, celle de l'Eglise orthodoxe, pas davantage.

 

Toute mission orthodoxe s'incline avec amour et respect devant la liberté de chacun et de tous.

 

On ne devient orthodoxe qu'en pleine et entière connaissance de cause. Librement.

 

3 - MOTIFS - Ce n'est pas parce qu'on ne s'entend plus avec son curé ou les membres de sa paroisse romaine, qu'on devient orthodoxe.

 

La paroisse romaine peut avoir ses défauts. Mais elle a certainement de grandes qualités, et, les choses étant ce qu'elles sont, elle est utile au salut des âmes On avance en direction de l'Orthodoxie ancestrale dans la mesure où l'on cherche la totale et inaltérée vérité du Royaume de Dieu, la foi et le culte catholique des Pères, le réveil du peuple dans sa prière authentique. En devenant orthodoxe, on réintègre l'Eglise ancestrale.

 

4 - TROIS ITINÉRAIRES

 

Itinéraire doctrinal - Celui d'une minorité. Au départ, il y a assez souvent une insatisfaction. "La doctrine romaine m'a déçu..., ou rebuté... ; le protestantisme n'allait pas assez loin..." Encore faut-il vraiment connaître la doctrine de la confession où l'on a été baptisé. Ne pas se contenter d'éléments insuffisants, vite transformés en caricature. Pourquoi ne pas en parler à son prêtre ou à son pasteur, ou à un prêtre ou à un pasteur, choisi à cause de sa réputation de science et de sagesse ?...

 

En cas de véritable insatisfaction, autrement dit en début de connaissance de cause, poser, aussi franchement et exhaustivement, les mêmes questions à un orthodoxe, clerc ou laïc compétent.

 

Mais il n'est jamais bon, en s'approchant de l’Orthodoxie, de limiter sa démarche au niveau intellectuel.

 

Où et comment réapprendre à prier ? à voir clair au fond de son âme ? Ne jamais tarder à élever sa démarche à ce plan.

 

Le recours au sacrement de la pénitence est la meilleure entrée en catéchèse.

 

Ne pas séparer l'étude de la prière et de l'expérimentation de soi-même. Et surtout, ne pas trop tôt se prendre pour un orthodoxe capable de porter témoignage et de convertir les autres.

 

On entre en catéchèse par la pénitence ; mais c'est la liturgie qui initie aux profondeurs de la doctrine.

 

Itinéraire liturgique - Assez fréquent. Surtout depuis le désarroi liturgique de l'Eglise romaine après Vatican II. Beaucoup cherchent, avec douleur, un nouveau milieu de prière et de cultes catholiques.

 

Mais il n'est jamais bon de limiter sa démarche aux émotions, aux satisfactions d'ordre affectif.

 

Beaux chants, encens et cadre intime ne suffisent pas. Il faut que l'intelligence entre dans le contenu de la foi.

 

Le recours au sacrement de pénitence est encore la meilleure entrée en catéchèse.

 

Etablir le lien entre cette liturgie qu'on apprend à aimer, et la théologie dont elle est le véhicule divin.

 

L'étude des dogmes et des Saintes Ecritures, nécessaire pour recevoir le contenu du culte et participer de tout son être à la liturgie.

 

Itinéraire pastoral - Parfois, celui de croyants (ou d'incroyants) qui ne se posent ni en théologiens ni en chercheurs de bonne liturgie. On a un problème vital très particulier à résoudre. Il peut arriver que le prêtre ou le diacre orthodoxe soit seul à donner la réponse.

 

Mais il n'est jamais bon de limiter sa démarche à la seule solution d'un problème individuel.

 

Les questions que nous nous posons avec intensité, nos grandes peines et nos grandes joies, ne sont nullement comme des écailles à notre surface. Pas davantage, les réponses qui nous sont données.

 

Tout cri intérieur conduit à poser le problème de la personne irremplaçable et unique, et, inséparablement, celui de la nature humaine. Ce qui conduit à la communion.

 

Le recours au sacrement de pénitence est la meilleure entrée dans un univers plus large, où notre cœur  cesse d'être prisonnier de lui-même et où l'on cesse de se sentir à l'étroit dans son cœur.

 

Et comme les deux itinéraires précédents, catéchèse et liturgie deviennent deux inséparables nécessités vitales.

 

5 - SOCIOLOGISMES - Est-on arrêté dans sa démarche parce qu'on se soucie de ce que penseront les voisins, les relations, les amis ?...

 

Alors, on n'est pas prêt. Il faut attendre.

 

Il est écrit dans l'Evangile : Là où est ton trésor, là aussi est ton cœur.

 

6 - HÉSITATIONS - On ne peut pas aller au Christ sans commencer par faire confiance à des témoins. Le savoir. Au besoin, se le rappeler.

 

Mais ne jamais s'écarter d'une intense et stable prière. Car c'est dans le Saint Esprit qu'on reconnaît que le Christ est le Seigneur notre Dieu.

 

7 - CONCLUSION

 

Quel que soit l'itinéraire suivi, on devient orthodoxe :

 

- par l'étude

- une catéchèse toujours adéquate et précise, jamais floue ni approximative, moins encore mélangée de doctrines étrangères ;

 

- par la pénitence

- on reçoit la catéchèse dans la paix de l'âme, et celle-ci en se libérant des poids qu'on a sur le cœur et en prenant un élan nouveau dans le pardon divin ;

 

- par la prière liturgique :

- sans perdre de vue que, tout en apprenant à prier, la liturgie nous instruit, nous enseigne, nous illumine en dilatant notre intelligence dans l'atmosphère de Dieu.

 

Lecteur de ce texte, qui que vous soyez, nous saluons votre liberté : cette force périlleuse par laquelle resplendit en vous l'image ineffable de la Divine Trinité.

 

Gloire à Toi, Père et Fils et Saint Esprit, Trinité consubstantielle et indivisible, gloire à Toi !

 

Père Georges LUSSEAUD

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Catéchèse

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com