Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 03:15

Le groupement des Servantes de l'Église a déjà son passé, ses épreuves et sa joie.

Il est né en pleine guerre. Pendant l'occupation de Paris, la future Servante-Mère et celle qui devait toujours l'aider fidèlement, Maryse Laprairie, se rendaient à Cognac pour fuir les troupes allemandes. Dans le monastère elles logeaient se trouvait une vaste bibliothèque où «donnait» l'œuvre de saint Jean Chrysostome. Elles se mirent à la lire, et celle-ci leur communiqua la pensée de rassembler les femmes aimant l'Église de France afin de pouvoir la servir. La fondatrice a longuement prié saint Jean Chrysostome avant d'écrire le règlement qui reçut le plein accord du père Eugraph Kovalevsky.

En 1943, de retour à Paris, le père Eugraph bénit le projet. Il réunit aussitôt quelques femmes.

Le 1er novembre 1945, le métropolite Nicolas de Kroutitsky, bras droit de Sa Sainteté le patriarche Alexis 1er de Russie, de passage à Paris, écrivait : «Que Dieu bénisse cette œuvre bonne et sainte.»,

 

*

*   *

 

En contemplant le monde déifié et glorifié, le psalmiste nous parle de notre Seigneur, le plus beau des fils de l'Homme qui est aussi le Fils de Dieu, et à sa droite, la Reine parée d'or d'Ophir, Notre-Dame, Marie. Auprès d'elle se tient sa suite, ses compagnes introduites au milieu des réjouissances et de l'allégresse dans le Temple du Roi.

Qui est cette suite, qui sont ces compagnes ?

Ce sont les femmes de toute race, de toute tribu, de toute nation, de tous les temps qui ont connu ces paroles exquises, bouillonnant et débordant de leur cœur : «mes œuvres sont pour le Seigneur», qui accourent à l'odeur des parfums dans l'Église où habite l'Esprit; qui aiment la justice et haïssent le mal, qui ouvrent leur main à l'indigent et tendent leur main au pauvre, qui travaillent dans le Temple et ne mangent pas le Pain consubstantiel dans l'oisiveté.

Ce sont les saintes et les justes ; les saintes Marie-Madeleine, Marthe et Sarah, servantes et femmes myrrophores, Catherine d'Alexandrie, défenseur du dogme, Olympiade, la diaconesse courageuse et aide choisie de saint Jean Chrysostome, Nina, égale aux Apôtres, évangélisatrice de toute une contrée (la Géorgie), Geneviève, la veillante chrétienne des Gaules, Catherine de Sienne, porteuse de paix en Occident, sainte Julienne, joie des épouses et des femmes fortes...

Voici la suite de la Reine. Elles appellent celles qui sont oisives à les suivre et à faire la route qui mène vers le Paradis. Qu'elles daignent, nous les implorons, introduire les Servantes de l'Église auprès de la Reine, dans le temple du Roi.

Cependant que les fils de saint Benoît ont constitué «une école du service du Seigneur» (Saint Benoît; Règle, Prologue, 45), les Servantes de l'Église constitueront une école du service de l'Église, l'Épouse du Seigneur.

Elles auront pour patronne, la Vierge Marie, la Divine Ser­vante, et avec son concours, elles essaieront de servir la Sainte Trinité, dans l'Église. Elles serviront l'Église de toute leur force, de tout leur esprit, de tout leur cœur, tout en accomplissant leur labeur au milieu du monde.

Le jour de l'Annonciation sera leur fête. Auprès de celle qui répondit à Gabriel : «Je suis la servante du Seigneur» (Luc 1, 38), qu'elles disent très humblement et très dignement : voici les Servan­tes de l'Épouse du Seigneur.

Elles suivront l'exemple de Marie qui, assise aux pieds de Jésus, «écoutait Sa parole» (Luc 10,39) et celui de Marthe qui «Le servait» (Jean 12, 2).

Les Servantes uniront trois actions nécessaires à leur service. Les voici, successivement, en proposant de les méditer pour mieux en pénétrer la richesse.

1- Le service liturgique, voici l'action première des Servantes de l'Église. La liturgie est la conversation de l'homme avec Dieu et surtout de Dieu avec l'Homme, une hymne céleste qui, au travers de l'Ancien Testament et des Évangiles, puis des âmes des apôtres et des saints, s'en vient jusqu'à nous. Elle est le Magnificat de la Vierge, le «parfum de nard très pur, très précieux, sur les pieds de Jésus» elle est la nostalgie humaine de la Sainte Trinité. Elle possède déjà ce qu'elle désire.

La liturgie est aussi la femme forte qui ouvre les portes de la Maison-Église aux hommes qui passent, qui parle leur langue, leur rendant l'amitié de Dieu, la charité du Christ et la flamme du Saint-Esprit dans des paroles simples.

 

Le devoir essentiel des Servantes sera, par conséquent, de communier à la liturgie. Elles y participeront d'une manière complète chaque dimanche et dans la semaine autant qu'elles le pourront. Durant les services communautaires, elles aideront leurs frères et sœurs à suivre et célébrer la prière commune. En privé, elles prieront souvent.

Il est nécessaire qu'elles étudient, sous la direction de leurs pères spirituels et chacune selon ses possibilités, l'histoire de la liturgie et la théologie qu'elle exprime, afin que liturgie et théologie deviennent toujours plus pour elles «la source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle».

2- Les Servantes s'appliqueront ensuite au service des âmes. Elles sont à la disposition des prêtres pour les aider à soutenir les faibles, apaiser les violents, visiter les timides, les malades et les pauvres. Qu'elles soient toujours en accord, dans ces démarches, avec le pasteur responsable des âmes. Si un différend intervenait entre elles et le prêtre, qu'elles s'adressent, avant d'agir, à la Servante des Servantes. Elles s'occuperont avec une douceur particulière des enfants, soit en les enseignant, soit en les distrayant, mais surtout elles les aimeront attentivement

3- Ces deux services, le service liturgique et le service des âmes, sont complétés par le service matériel. Ce dernier est très vaste et l'on ne peut prévoir toutes ses activités. L'activité immédiate est de veiller à la propreté de l'église et du linge sacré, à la beauté de l'autel et à l'ordre dans la musique. Ensuite, suivant les circonstances, les Servantes ouvriront des ateliers, de couture par exemple... Qu'elles aient aussi dans leurs projets de créer un foyer et des œuvres pour enfants, dans une atmosphère de joie et de droiture.

Repost 0
Published by Cathédrale Saint Irénée - dans Servantes

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire en cliquant sur :