Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 23:24

 

Notre Saint Père Nirétas naquit de parents pieux et fortunés, à Thèbes, en Béotie, au début du XIe siècle. Le jour de son Baptême, le Saint-Esprit apparut sous forme de colombe au-dessus de l'enfant, pour manifester la faveur qu'il avait acquise auprès de Dieu. A l'âge de cinq ans, on le confia, pour son éducation, à des maîtres auprès desquels il montra une application extrême, tant dans les études que dans la pratique des vertus évangéliques. La pureté de son âme et son humilité étaient telles qu'elles attiraient à lui tous ses condisciples, tout comme l'aimant attire le fer de manière irrésistible.

Ses parents s'opposant à son projet de devenir moine, une fois parvenu à l'âge de seize ans, il s'enfuit en secret, en compagnie de son frère, et fut reçu au monastère dit de Théoklitos. Bientôt tonsuré, il montra une vie ascétique exemplaire et ne donna dès lors plus de repos à ses paupières tant qu'il n'aurait pas disposé en son coeur un lieu de repos pour le Seigneur. Cet ardent amour de Dieu lui faisait désirer intensément un mode de vie tout entier consacré à la prière dans la solitude, aussi demandait-il, nuit et jour, au Seigneur de lui accorder cette hésychia. Une nuit, un Ange apparut à son Higoumène, lui recommandant de ne pas entraver l'élan du jeune moine, et au matin, l'Higoumène accorda à Nicétas sa bénédiction pour vivre en ermite. Prenant avec lui son frère, le Saint partit à la recherche d'un lieu propice à la vie érémitique.

Parvenu dans la région d'Osteia (2) il découvrit une grotte en forme de conque, où il s'installa et mena pendant dix années de valeureux combats ascétiques, avec Dieu pour seul témoin. Mais la réputation de ses vertus finit par se répandre dans la contrée environnante, et parmi ceux qui venaient lui rendre visite pour recevoir une parole de salut, plusieurs lui demandèrent à mener la vie angélique sous sa direction. Saint Nicétas les guidait avec science sur la voie de la vertu et, pour répondre aux besoins liturgiques de la communauté, il fut ordonné Prêtre. Il passait toute la nuit en prière, marchant dans la montagne pour lutter contre le sommeil, et à l'aurore, il se trouvait avec les frères dans l'Eglise qu'il avait construite dans la grotte. Il restait de longues heures, prosterné en prière, dans le narthex de cette Eglise, de jour comme de nuit, ne sortant que très rarement du Monastère, seulement quand la nécessité l'exigeait. Sa pauvreté était légendaire, et, conformément au précepte évangélique, il ne possédait pas de seconde tunique. Abandonnant tout souci de nourriture et de vêtement à la divine Providence, sa seule préoccupation était d'attendre instamment la venue du Seigneur en trouvant le moyen de Lui plaire. Quand un visiteur apportait quelque nourriture, le Saint en goûtait un peu, pour chasser la vaine gloire, mais dès qu'il se trouvait seul, il reprenait son régime habituel : du pain sec et un peu d'eau. Pendant le Carême, il ne s'accordait cette maigre réfection que le samedi et le dimanche, et passait les autres jours dans le jeûne complet; mais si on lui rendait visite en ces jours, il mangeait de tout ce qu'on lui présentait. Il avait reçu de Dieu le charisme de la maîtrise sur les bêtes sauvages, auxquelles il distribuait de la nourriture dans sa main. Son visage était toujours avenant, joyeux et plein de grâce, et par ses paroles, plus douces que le miel, tirées de l'Ecriture ou de la sagesse des Pères du désert, il suscitait des larmes de componction chez tous ses auditeurs. Instruisant ses disciples, il leur apprenait à se défier des pièges de l'Ennemi et à garder leur coeur de ses traits empoisonnés : les mauvaises pensées qu'il convient de rejeter dès leur premier assaut. Evêques, Prêtres, Moines et laïcs accouraient de partout vers Saint Nicétas comme vers leur père. Avec bienveillance, il leur procurait une parole de consolation ou une exhortation au repentir et à la pratique des vertus, et appliquait les remèdes spirituels à ceux qui souffraient des passions. Il étendait également cet office de médecin aux maladies du corps, et par ses jeûnes, ses prières et les onctions d'huile, il obtenait la guérison des maladies et chassait les démons.

Un jour, le Saint se rendit dans un monastère de la région, où l'Higoumène, se laissant absorber par les soucis matériels, négligeait non seulement ses devoirs spirituels, mais entraînait aussi ses disciples dans cette activité irraisonnée qui est perdition pour les moines. L'homme de Dieu l'exhorta à mettre son espérance dans le Seigneur et à cultiver les vertus de l'âme, et en terminant, il lui promit solennellement devant Dieu et ses Anges, que s'il s'adonnait avec assiduité aux prières et aux Offices Monastiques, le Seigneur lui accorderait non seulement les biens célestes mais assurerait aussi tous les besoins matériels de sa communauté. Pressé de rester pour la nuit, il se rendit à l'Eglise et pria un long moment pour le salut du Monastère. Un Ange apparut alors et lui présentant un pain céleste, il lui recommanda d'aller dire aux moines qui étaient repartis à leurs travaux : «Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et cela vous sera accordé en surcroît (cf Mat. 6:33) ». Quand les moines rentrèrent des champs, ils trouvèrent le Saint qui les attendait dans le réfectoire, dont les tables étaient abondamment garnies de mets d'une saveur inconnue en ce monde. Après ce festin, les restes furent pieusement recueillis et, pendant des années, on les distribua en remède aux malades. Théodore, le Prêtre d'un village voisin, venait souvent rendre visite au Saint, pour s'entretenir de questions spirituelles. La nuit ayant surpris l'une de ces conversations, Nicétas lui proposa de rester jusqu'au matin. Quand Théodore se leva pour accomplir ses prières nocturnes, il vit dans la cellule du Saint une lumière surnaturelle, semblable à un éclair permanent, qui rayonnait en toutes directions. Approchant de la cellule, il vit que le Saint reposait sur un lit resplendissant d'étoffes précieuses et de pierreries, entouré de deux Anges lumineux qui le protégeaient de leurs ailes. Un peu plus tard, il vit Nicétas se lever et, aussitôt qu'il étendit les mains vers le ciel, il se trouva soulevé de terre, son visage resplendissant de lumière. Après avoir accompli bien d'autres merveilles, Saint Nicétas, colonne vivante qui unissait par sa prière la terre et le ciel, s'endormit en paix, le 23 juin 1079.

Saint Grégoire naquit dans la région de Sparte, de parents nobles. Confié pour son éducation à un Prêtre pieux, il apprit à lire dans l'Ecriture Sainte, et montrait une grande piété, A l'âge de seize ans, il s'enfuit de la maison paternelle et se joignit à des moines qui se dirigeaient vers la Palestine. Il reçut l'Habit angélique à Rome, et après quelque temps passé dans la vie ascétique, il continua son pèlerinage vers la Terre Sainte. Après Jérusalem, il visita les sanctuaires d'Asie Mineure, de Nicée, de Thrace, de Macédoine, de Thessalie et parvint finalement dans la région d'Eubée. Il trouva un endroit favorable à la vie érémitique dans l'île d'Oréos et y demeura quelques années dans le silence et la prière. Cependant ses vertus attirèrent bientôt de nombreux visiteurs qui venaient s'abreuver à ses paroles comme à une source d'eau vive. Il leur enseignait à résister aux pensées mauvaises suggérées par le diable, par l'humilité, l'attention du coeur, la contradiction à leurs suggestions au moyen d'une sainte colère et surtout, par la prière qui jaillit du fond du coeur, Mais troublé par ces visites, l'homme de Dieu alla se réfugier dans l'îlot désert de Stronguillie, où les fidèles ne tardèrent pas à le rejoindre, en si grand nombre que la mer semblait peuplée comme une ville. Saint Grégoire menait une vie angélique, ne s'accordant aucun répit dans les prières, les veilles et le jeûne, excepté quand un visiteur de marque se présentait, afin d'éviter les louanges. Il parvint ainsi à un grand âge et, prévoyant son décès, il convoqua les moines des environs, puis, après avoir échangé le baiser de paix, il remit son âme à Dieu entouré de gloire (3).

Saint Daniel était originaire de Patras. Il dédia sa vie à l'abstinence et à la prière, et reçut de Dieu le don d'une telle charité qu'il offrait une hospitalité digne du Patriarche Abraham, tant à l'égard de ses concitoyens que des étrangers. Rendant un jour visite à Saint Ncétas, qui le reçut avec déférence, ils s'entretinrent pendant de longues heures sur les combats de l'ascèse et sur la grâce de Dieu. Quand Daniel prit congé, Saint Nicétas lui dit : « Père et Frère, soyons sobres et vigilants, préparons-nous à la recherche des commandements. Dirigeons nos sens dans la direction du bien, affinons notre intelligence pour comprendre quelle est la volonté de Dieu et préparons nos âmes à recevoir la puissance du Saint-Esprit, afin qu'ayant écouté et observé les révélations glorieuses, nous obtenions les biens sublimes. » De retour dans sa cellule, Saint Daniel poursuivit sa vie céleste, et il remit son âme à Dieu, chargé de jours et de grâces.

1). Ignorés des synaxaires, leur vie a été récemment éditée (BHG 2304).
2). L'ancienne Korsiai, sur le rivage sud-ouest de la Béotie, au pied de l'Elikon.
3). Sa Vie ne mentionne pas de relation particuliète avec St. Nicétas.

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Orthodoxe de France : Cathedrale St Irenee - dans Vie des saints

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com