Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 07:00

Religion |  16 Octobre 2010

L’ambassadeur de Russie a lancé vendredi un grand concours d’architecture. Il nous explique ce futur "centre spirituel et culturel orthodoxe".


Cathédrale Saint-NicolasParu dans leJDD


 

La fameuse cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Nice devrait avoir de la concurrence à Paris... (Reuters)

 

Une cathédrale

 orthodoxe avec des bulbes multicolores et un dôme doré symbolisant le paradis… L’image est connue sur la place Rouge, à Moscou. Elle est plus inattendue en plein cœur de Paris, à deux pas de la tour Eiffel. Pourtant, l’ambassadeur de la Fédération de Russie en France, Alexandre Orlov, a lancé vendredi un grand concours international d’architecture pour la conception du futur Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, quai Branly (7e), à côté du musée du même nom."C’est un projet unique par son emplacement et par sa nature", souligne le diplomate dans un entretien au JDD: "On ne construit pas tous les jours sur les bords de la Seine et encore moins un lieu de culte!" Un projet d’une grande portée symbolique.

En janvier dernier, l’Etat russe a acquis (pour 70 millions d’euros) le siège de Météo France, mis en vente par Bercy, coiffant au poteau l’Arabie saoudite et le Canada, qui convoitaient aussi la parcelle de 4.245 m². L’idée d’implanter ici une cathédrale russe s’est concrétisée au plus haut sommet, directement entre Nicolas Sarkozy et son homologue Dmitri Medvedev. "L’Elysée est très favorable, très intéressé par notre projet, poursuit l’ambassadeur.Le patriarche de Moscou et de toute la Russie est venu en France rencontrer M. Sarkozy, qui lui a donné l’autorisation de construire une église à Paris. Coup de chance ou de la providence, l’Etat français a mis en vente ce bâtiment dans la foulée. Puis la Russie a su faire la meilleure offre."

L’ambassadeur "espère qu’il y aura des bulbes en or"

Outre le "centre de prières", le projet prévoit aussi l’implantation d’un séminaire pour former des prêtres orthodoxes, un jardin central ouvert au public – "avec beaucoup d’arbres" – et surtout un centre culturel polyvalent. Celui-ci sera chargé de promouvoir la "civilisation russe" à l’étranger, à travers des conférences, expositions, projections de films… Il abritera, en lieu et place du bâtiment existant, construit en 1948, une salle de réception, des salles de classe, une bibliothèque, mais aussi un café et des logements. Un concours d’architecture "anonyme" vient donc d’être ouvert, afin de ne pas se "restreindre à quelques noms mondialement connus".

Les architectes candidats devront présenter des esquisses à un jury de quinze personnes. "L’église devra être construite dans la tradition canonique orthodoxe, d’une hauteur limitée à 27 m et d’une contenance de 500 à 600 personnes", précise Alexandre Orlov. Il "espère qu’il y aura des bulbes en or". A l’issue du premier tour, dix projets seront retenus. Le lauréat sera proclamé le 6 mars 2011, pour un démarrage des travaux en janvier 2012 – puisque Météo France restera sur place jusqu’à la fin 2011. La maîtrise d’ouvrage est assurée par le promoteur immobilier français Nexity.

Le budget? "Entre 20 et 30 millions d’euros", estime l’ambassadeur. "Tout dépendra des propositions des architectes. Si elles sont exceptionnelles, on rallongera." Le complexe doit être entièrement financé par des "donateurs russes", qui savent se montrer "très généreux". Ni l’Etat français ni la Ville de Paris ne mettront la main au porte-monnaie. La Russie, elle, se contente d’acheter le terrain et de le rétrocéder aux instances religieuses. Car la constitution russe interdit au gouvernement de financer la construction d’églises. "Nous sommes un Etat laïque, assure Alexandre Orlov. Mais l’Eglise joue un rôle beaucoup plus important dans la vie intime du peuple russe que dans celle des Français. Un élément fondamental de notre identité nationale."

Les vieux démons de l’espionnage

Pourquoi implanter un tel lieu de culte en plein Paris? "La communauté russe de France ne cesse de croître. Entre les enfants des immigrés des années 1920 et les nombreux étudiants, on compte quelques dizaines de milliers de Russes en région parisienne." Il fallait un "lieu symbolique fort", histoire de marquer les esprits, d’affirmer le retour de l’influence russe en Europe. L’ambassadeur préfère le mot "présence" à celui d’"influence". "C’est un symbole de la grande amitié retrouvée entre nos deux pays, entre nos deux peuples." Le dernier geste architectural visant à célébrer l’amitié franco-russe remonte à 1900. C’était le pont Alexandre-III.

Reste l’inquiétude des services secrets français face à l’arrivée de cet ensemble à proximité de l’Elysée. "Une vieille phobie, sourit Alexandre Orlov. Quand M. Poutine est venu inaugurer l’exposition du Grand Palais, le 11 juin, avec M. Fillon, il lui a dit: 'Si vous avez des craintes de ce genre, je vous promets qu’on vous donnera la liste des gens qui travailleront ici, dans une transparence totale.” Aujourd’hui, nous partageons les secrets. Regardez l’achat des Mistral [des porte-hélicoptères, fleurons de la marine française] par la Russie. L’époque a changé. Rassurez-vous, il n’y aura pas d’espions au cœur de Paris."

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com