Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 07:30

9 juin

Notre Saint Père Jean naquit dans un village de Petite-Russie, et grandit dans la piété et l'amour des Saintes vertus. Parvenu à l'âge adulte au temps de la guerre russo-turque (1672-1681), il fut enrôlé dans l'armée du tsar. Capturé par les Tatares (1) il fut vendu à un Turc, officier de cavalerie, qui l'emmena dans sa patrie, Prokopion, en Cappadoce. Contrairement à beaucoup de ses compagnons de captivité, qui abjuraient le Christianisme, Saint Jean résistait aux propositions et aux coups de son maître, en disant qu'aucun tourment ne pourrait le séparer de l'amour du Christ. Il ajoutait : « Tu es maître de mon corps, mais pas de mon âme. Si tu me laisses libre d'accomplir mes devoirs religieux, c'est avec promptitude que j'obéirai à tes ordres. C'est avec plaisir que je reposerai dans ce coin de ton écurie, en pensant au Christ qui a considéré la crèche de Bethléem comme un lit royal; je supporterai sans murmure tes coups de bâton, comme le Seigneur endura les coups des soldats. Je suis prêt à endurer les plus grands et plus effroyables tourments, si tu veux m'y soumettre, mais je ne renierai jamais le Christ ». Ces paroles pleines de ferveur chrétienne, ainsi que sa conduite chaste et humble, changèrent le coeur et les sentiments de l'officier turc à son égard. Il cessa de le tyranniser et ne l'obligea pas à renier sa foi. Commis au soin des chevaux, Jean habitait un coin sombre de l'écurie, et lorsque son maître sortait dans la bourgade à cheval, il devait le suivre à pied, comme un esclave. Le bienheureux acceptait cependant avec reconnaissance cette condition avilissante et glorifiait Dieu de l'avoir ainsi délivré de l'apostasie. Sans chaussures, été comme hiver, vêtu de guenilles, et prenant un peu de repos sur la paille ou le fumier, comme le Juste Job, Jean n'en continuait pas moins ses exercices de piété, et il passait des nuits entières, en prière, à genoux sur le parvis de l'église voisine dédiée à Saint Georges. Il acceptait sans murmure les insultes et les moqueries des autres esclaves, et se mettait volontiers à leur service.

St Jean le RusseCes sacrifices et combats vertueux ne restèrent pas sans effets bénéfiques pour son maître, qui devint le plus riche et le plus respecté des habitants de la ville. Ayant décidé d'entreprendre le pèlerinage à la Mecque, prescrit à tout pieux musulman, ce dernier parvint à la ville sacrée après un long et pénible voyage. Quelques semaines après son départ, sa femme invita parents et amis à un grand dîner, afin que les convives expriment leurs voeux pour l'heureux retour de son époux. Comme Jean entrait dans la salle pour y servir un plantureux riz pilaf, la maîtresse de maison s'exclama : « Comme son maître se serait réjoui, s'il avait été ici pour manger avec nous ce met dont il est si friand! » Jean, s'étant recueilli quelques instants en une prière silencieuse, demanda à sa maîtresse de lui donner un plat garni de ce pilaf, pour l'envoyer à son maître à la Mecque. Comme tous les convives se gaussaient, la maîtresse de maison lui donna un plat de riz en souriant. Jean se retira alors dans l'écurie et éleva la prière suivante vers Dieu : « Que Celui qui, autrefois envoya le prophète Habacuc à Babylone pour apporter de la nourriture au Prophète Daniel, dans la fosse aux lions (Dan. 14:33 sv.), exauce aussi ma prière et fasse parvenir ce plat à mon maître! » Puis il retourna dans la salle du banquet et annonça que le plat était arrivé à destination. Tout le monde éclata alors de rire, en l'accusant de s'en être gavé en secret. Cependant, quand le maître rentra de voyage, rapportant avec lui ce plat vide orné de ses initiales, et raconta qu'il l'avait trouvé, garni d'un délicieux pilaf, un soir en rentrant dans sa tente, tous les habitants de la maison furent saisis de stupéfaction et, invoquant Allah, ils commencèrent à témoigner honneur et grand respect à l'esclave chrétien. On lui proposa de lui rendre la liberté et de lui donner une chambre plus digne, mais Saint Jean refusa, disant qu'il préférait rester dans le coin sombre de l'écurie, où il pourrait mieux glorifier Dieu. C'est ainsi qu'il vécut pieusement, pendant plusieurs années. Lorsqu'il tomba malade, il demanda qu'un Prêtre lui apportât la Sainte Communion. Mais le Prêtre, craignant de transporter ouvertement la Sainte Communion dans la maison d'un musulman, la cacha dans une pomme qu'il offrit au Saint. C'est ainsi que Saint Jean reçut le viatique de la vie étemelle, et il s'endormit en paix, pour obtenir la glorieuse liberté des enfants de Dieu, le 27 mai 1730.

Trois ans plus tard, un vieux Prêtre et d'autres Chrétiens virent plusieurs fois dans la nuit une colonne de feu qui descendait du ciel sur le tombeau du Saint. Ils ouvrirent la tombe, et trouvèrent son corps incorrompu, exhalant une suave odeur. Ils le transportèrent alors avec grande allégresse dans l'église de Saint-Georges; et le déposèrent dans une châsse, sous l'Autel. Dès lors les précieuses Reliques accomplirent d'innombrables miracles pour les Chrétiens de Cappadoce, et même pour des musulmans. Lors du pillage du village par les troupes d'Osman Pacha, en 1832, les Reliques furent jetées au feu par les soldats turcs. Mais elles restèrent inaltérables et le Saint apparut au milieu des flammes, menaçant les soldats impies. Les Turcs effrayés abandonnèrent tout leur butin et s'enfuirent du village. Une autre fois, le Saint apparut pour retenir de ses deux mains le toit de l'école grecque qui s'écroulait, et il sauva ainsi les vingt enfants qui se trouvaient à l'intérieur.

Lors de l'expulsion des Grecs d'Asie Mineure (1922), les Chrétiens de Prokopion transportèrent avec eux en Grèce, au village de Nouveau-Prokopion, dans l'île d'Eubée, ces Saintes Reliques, comme leur plus grand trésor. Saint Jean y est depuis vénéré comme une source inépuisable de guérisons et de bénédictions, pour tous ceux qui l'approchent avec foi.

1). Probablement avec S. Pachôme d'Oussaki (7 mai).

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Vie des saints

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com