Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 01:54


 

Inhumanité de ce débiteur qui, ayant obtenu de son créancier la remise totale de sa dette, exigea impitoyablement de son compagnon le payements fuse dette de cent deniers ; et que le ressentiment des injures est pire que tout péché. (Matth. XIII, 23 et suiv.)

 

Tome IV, p. 1

 

AVERTISSEMENT et ANALYSE.

 

Deux circonstances marquées par l'orateur dans cette homélie permettent d'en fixer l'époque d'une manière précise : 1° Pendant tout le carême précédent, saint. Chrysostome avait parlé contre les jurements et les serments; or, dans toutes les exhortations des 21 homélies sur les statues, prononcées dans le carême de 387, l'orateur s'attaque à cette mauvaise habitude. 2° L'homélie sur le débiteur des dix mille talents est la première qu'il prononça après une maladie dont il parle encore dans l'homélie faite aux paysans le dimanche avant l'Ascension. L'homélie sur la parabole des dix mille talents fut donc prononcée entre Pâques et l'Ascension de l'année 387; et même entre la maladie que saint Chrysostome fit après Pâques de l'année 387 et l'Ascension de la même année ; et comme cette maladie parait avoir été assez longue, après une longue absence, dit l'orateur, il s'ensuit que l'époque à laquelle appartient l'homélie suivante, se trouve fixée à quelques jours près.

 

1°  Saint Chrysostome se réjouit de revoir son cher auditoire après une longue maladie. — 20 Après avoir employé tout le carême à déraciner la mauvaise habitude des jurements, il convient de passer à un autre vice, et d'attaquer la passion de la colère et le ressentiment des injures; c'est ce que l'orateur va faire par l'explication de la parabole du serviteur qui devait dix mille. talents. — 3° Jésus-Christ voulait, par cette parabole, apprendre à ses disciples à retenir les saillies de la colère; c'est ce que prouve la question que saint Pierre adresse à ce sujet an Sauveur. Il faut pardonner, non pas soixante-dix-sept fois, comme l'interprètent quelques-uns, mais quatre cent quatre-vingt-dix fois, c'est-à-dire un nombre infini de fois. — 4° Le compte que ce Roi demandera sera rigoureux pour tous les âges , les sexes et les conditions. — 5° Ce que signifient ces paroles : Il n'avait pas de quoi payer. — 6° Comment le serviteur, sur le point d'être condamné, obtient la remise de sa dette par la prière. — 7° Dieu, qui avait pardonné les offenses commises contre lui-même, ne pardonna pas celle dont le serviteur se rendit coupable envers son compagnon. Dieu ne hait rien tant que le ressentiment.

 

1. Ce que j'éprouverais en vous revoyant enfin après un long voyage, je l'éprouve aujourd'hui. Pour des hommes qui aiment, s'ils ne peuvent se trouver au milieu. de ceux qu'ils aiment, que leur sert de n'en être pas éloignés ? Aussi, bien que présent dans la ville, je n'étais pas moins triste qu'un exilé, moi qui, depuis quelque temps, ne pouvais plus vous adresser mes instructions ; mais pardonnez-le moi : la faiblesse, non la paresse, était la cause de ce silence. Vous vous réjouissez donc de ce que la santé m'est revenue ; pour moi, je me réjouis parce que je vous ai retrouvés, vous, mes bien-aimés. Car, pendant ma maladie, ce qui m'affligeait plus que le mal lui-même, c'était de rie pouvoir participer à cette chère assemblée ; et maintenant que la convalescence me rend peu à peu mes forces, ce m'est un plus grand bien que la santé de pouvoir jouir en- toute sécurité de l'amour de ceux que je chéris. La (2) fièvre en effet allume dans le corps un feu moins violent que ne fait dans l'âme la séparation d'avec ceux que nous aimons; et si les fiévreux recherchent les boissons, les liqueurs, les eaux froides, c'est avec, autant d'ardeur que les amis séparés recherchent la vue de ceux qu'ils ont perdus. Ceux qui savent aimer comprennent bien ce que je dis.

Courage donc ! puisque la maladie m'a quitté, rassasions-nous les uns des autres, s'il est possible de nous rassasier jamais ; car l’amour ne connaît point la satiété, et plus il jouit de ceux qu'il aime, plus il s'allume et s'enflamme. L'élève de lacharité , saint Paul, le savait bien, lui. qui disait : Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer mutuellement. (Rom. XIII, 8.) C'est là en effet la seule dette que l'on contracte sans cesse, que l'on n'acquitte jamais. Il est beau et louable de devoir toujours de ce côté. S'agit-il des biens 'matériels, nous louons ceux qui ne doivent rien; s'agit-il de l'amour, nous approuvons et nous admirons ceux qui doivent toujours. Si c'est d'une part de l'injustice, c'est de l'autre la marque d'une belle âme de ne jamais acquitter entièrement la dette de l'amour. Recevez avec bienveillance, malgré sa longueur, l'instruction que je vais vous adresser; car je veux vous apprendre à jouer admirablement .de la lyre, non pas d'une lyre morte, mais d'une lyre qui a pour cordes les récits de l'Ecriture et les commandements de Dieu. Les maîtres de lyre prenant les doigts de leurs disciples, les conduisent lentement sur les cordes, leur apprennent à les toucher avec art et à faire sortir d'instruments muets les sons les plus agréables et les plus doux; je veux les imiter, me servant de votre âme comme de doigts, je l'approcherai des commandements de Dieu, et lui apprendrai à ne les toucher qu'avec art, et cela pour exciter la joie, non d'une assemblée d'hommes, mais du peuple des anges. Il ne suffit pas d'étudier les divins oracles; il faut encore les pratiquer et les représenter dans sa conduite, l'accomplir par des actes. Les cordes d'une lyre, l'artiste les louche, l'ignorant les touche aussi ; mais tandis que celui-ci ne fait que choquer l'auditeur, celui-là l'enlève et l'inonde de délices, et pourtant ce sont les mêmes doigts, les mêmes cordes, l'art seul diffère; de même pour les divines Ecritures; beaucoup les parcourent, mais le profit, mais le fruit, tous ne le retirent pas, et la cause en est que tous n'approfondissent pas cette parole, qu'ils ne touchent pas cette lyre avec art; et. effet, ce qu'est fart à la citharodie, la pratique l'est à la loi de Dieu. Nous n'avons touché qu'une seule corde pendant tout le carême; je ne vous ai développé que la loi du serment, et, par la grâce de Dieu, beaucoup de mes auditeurs ont compris combien il était beau de l'observer; aussi, quittant une habitude détestable, au lieu de jurer par le Seigneur, on n'entend plus sortir de leur bouche en toute conversation , que oui, non, croyez-moi; et quand même mille affaires pressantes viendraient les accabler, ils n'oseraient aller plus loin.

2. Mais comme il ne suffit pas pour le salut de n'observer qu'un précepte, je veux aujourd'hui vous en enseigner un second ; car bien que tous n'observent pas encore la loi dont j'ai parlé en premier lieu, et que quelques-uns soient en retard, ils voudront néanmoins, à mesure que le temps s'avancera, atteindre ceux qui les ont devancés. J'ai en effet remarqué que le zèle pour ce précepte est aujourd'hui si grand que tous, dans les occupations domestiques comme dans les repas, hommes et femmes, libres et esclaves, luttent à qui l'observera mieux; et je ne puis m'empêcher de féliciter ceux qui se conduisent ainsi pendant leurs repas. Car quoi de plus saint qu'une table d'où l'ivresse , la gourmandise et la débauche, quelle qu'elle soit, sont bannies pour faire place à une admirable rivalité touchant l'observation des lois de Dieu , où l'époux observe son épouse et l'épouse son époux, de peur que l'un d'eux ne tombe dans l'abîme du parjure où une peine sévère est établie contre l'infracteur, où le maître ne rougit pas, soit d'être repris par ses esclaves, soit de reprendre lui-même ceux qui habitent sa maison? Serait-ce se tromper que d'appeler cette maison l'église de Dieu ? Car là où règne une telle sagesse, que même à table, dans le moment qui semble autoriser la licence, on se préoccupe de la loi de Dieu et où tous luttent et rivalisent à l'envi à qui l'observera mieux, il est évident que le démon, que l'esprit mauvais ne s'y trouve plus, et que le Christ y règne, félicitant ses serviteurs de leur sainte émulation et leur distribuant toute faveur. Je laisserai donc un précepte dont l'observance , grâce à Dieu, et grâce à vous qui avez si chaudement entrepris et déjà si (3) résolument commencé à le suivre, ne tardera pas à se répandre dans toute la ville, et je passerai à un autre, je veux dire à la colère qu'il faut savoir mépriser et dompter.

Car de même que sur une lyre une seule corde ne peut produire de mélodie, mais qu'il faut les parcourir toutes avec le rythme convenable; de même, quant à la vertu que doit posséder notre âme, il ne suffit pas pour le salut de n'observer qu'une loi, ce que j'ai déjà dit, mais il faut les garder toutes avec exactitude, si nous voulons produire une harmonie plus suave et plus utile que toute harmonie. Votre bouche a appris à ne plus jurer, votre langue à ne dire, en toute circonstance, que oui et non; apprenez de plus à éviter toute parole injurieuse et à apporter à l'observation de ce commandement d'autant plus d'ardeur qu'elle requiert plus de travail. Pour le serment, il ne s'agissait que de vaincre une habitude; pour la colère, il faut de plus grands efforts. C'est une passion tyrannique qui entraîne ceux mêmes qui sont en garde contre elle et les précipite clans le gouffre de la perdition. Sachez donc supporter la longueur de mon discours. Ce serait de la déraison, pour nous qui sommes blessés chaque jour sur la place publique, dans nos maisons, par nos amis. par nos proches, par nos ennemis, par nos voisins, par nos serviteurs, par nos épouses, par nos tout petits enfants, par nos propres pensées, de ne pas vouloir nous occuper, même une fois la semaine, de guérir ces blessures, sachant surtout que le traitement ne nous coûtera ni argent ni souffrance. Car, voyez, je ne tiens pas de fer à la main; je ne me sers que d'un discours, mais plus tranchant que le fer, qui enlèvera toute la corruption et qui ne causera aucune douleur à quiconque subira cette opération. Je ne tiens pas de feu à la main; mais j'ai une doctrine plus forte que le feu, une doctrine qui ne vous brûlera point, mais qui empêchera les ravages de l'iniquité et qui, au lieu de douleur, ne causera que de la joie à celui qui sera délivré du mal.

Il n'est pas besoin ici de temps, pas besoin de travail, pas besoin d'argent; il suffit de vouloir, et ce qu'exige la vertu est accompli; et si vous réfléchissez à la majesté du Dieu qui ordonne et qui a porté cette loi , ne sera-ce pas assez pour vous éclairer et vous déterminer? Car ce ne sont pas mes propres pensées que je vous expose, je ne veux que tous vous conduire au grand législateur. Suivez-moi donc et écoutez la loi de Dieu. Où est-il question de la colère et du désir de la vengeance ? Dans des passages nombreux et divers, mais particulièrement dans cette parabole que Jésus adressa à ses disciples en leur disant : C'est pour cela que le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Et lorsqu'il, eut commencé à le faire, on lui en présenta un qui lui devait dix mille talents. Et comme il n'avait pas de quoi les rendre, soit maître ordonna qu'on le vendit, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu'il avait, pour acquitter la dette. Mais, se jetant à ses pieds, le serviteur le suppliait en disant : Ayez patience à mon égard, et je vous rendrai tout. Alors le maître ayant pitié de ce serviteur le renvoya et lui remit sa dette. Mais ce serviteur étant sorti rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers; et l'ayant saisi il l'étouffait, disant : Rends-moi ce que tu me dois. Et se jetant à ses pieds, son compagnon le suppliait, disant : Aie patience à mon égard, et je te rendrai tout. Mais lui ne voulut pas, et il s'en alla et le fit mettre en prison jusqu'à ce qu'il payât sa dette. Les autres serviteurs le voyant, furent indignés; ils vinrent et racontèrent à leur maître ce qui s'était passé. Alors le maître l'appela et lui dit : Méchant serviteur, je t'ai remis ta dette parce que tu m'en as prié. Ne fallait-il pas que tu eusses pitié de toit compagnon, comme j'ai eu pitié de toi? Et il le livra aux bourreaux,  jusqu'à ce qu'il payât toute sa dette. C'est ainsi que vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frère du fond de soit coeur. (MatthXVIII.)

3. Voilà la parabole; or il faut dire pourquoi il la proposa, en en indiquant la cause; car il ne dit pas simplement : Le royaume des cieux est semblable, mais bien c'est pour cela que le royaume des cieux est semblable. Pourquoi donc la cause s'y trouve-t-elle? Il parlait à ses disciples de la patience, il leur apprenait à maîtriser leur colère, à ne faire pas grande attention aux injustices qu'ils pouvaient éprouver de la part des autres, et il leur disait : Si votre frère a péché contre vous, allez et reprenez-le entre vous et lui seul; s'il vous écoute, vous aurez gagné votre frère. (Matth. XVIII, 15.)

Pendant que le Christ disait ces choses et autres semblables à ses disciples et leur enseignait à régler leur vie Pierre, le premier (4) du collège apostolique, la bouche des disciples, la colonne de l'Eglise, le pilier de la foi, celui avec lequel tous doivent penser, dans les filets duquel tous doivent se jeter, qui de l'abîme de l'erreur nous a ramenés vers le ciel, qu'on retrouve partout rempli de charité et de liberté, mais plus encore de charité que de liberté, Pierre, dis-je, tous les autres se taisant, s'avance vers le Maître et lui dit : Combien de fois, mon frère péchant contre moi, lui pardonnerai-je? (Matth. XVIII, 21.) Il interroge et déjà il fait voir qu'il est prêt à tout; il ne connaît pas encore la loi, et il se montre plein d'ardeur à l'accomplir. Car sachant bien que la pensée de son Maître penche plutôt vers la clémence, et que celui-là lui sera le plus agréable qui se montrera le plus facile à pardonner au prochain et qui ne recherchera pas avec aigreur les fautes des autres, voulant plaire au Législateur, il lui dit : Pardonnerai-je jusqu'à sept fois ? Mais ensuite, pour apprendre ce que c'est que l'homme et ce que c'est que Dieu et comment la bonté de l'homme, comparée aux infinies richesses de la miséricorde de Dieu, est au-dessous de l'extrême pauvreté, et que ce qu'est une goutte d'eau à la mer immense, notre charité l'est auprès de l'indicible charité de Dieu, pendant que Pierre demande s'il faut pardonner jusqu'à sept fois? et qu'il pense se montrer ainsi très-large et très-libéral, écoutez ce que le Seigneur lui répond : Je ne dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois. Quelques-uns prétendent que cela veut dire septante fois et sept fois; mais il n'en est pas ainsi et il faut entendre près de cinq cents fois : car sept fois septante font quatre cent quatre-vingt-dix. Et ne pensez pas, mes chers auditeurs, que ce précepte soit difficile à observer. Car si vous pardonnez à celui qui pèche contre vous une, deux ou trois fois par jour, quand même il aurait un coeur de pierre, quand même il serait plus cruel que tous les démons, il ne sera certainement pas insensible au point de retomber toujours dans les mêmes fautes, mais touché de ce pardon si fréquemment accordé, il en deviendra meilleur et moins intraitable; et vous de votre côté, si vous êtes disposés à pardonner tant de fois las injustices que vous éprouverez, quand vous aurez fait grâce une, deux ou trois fois, ce vous sera une habitude et vous n'aurez aucune peine à persévérer dans cette conduite, parce qu'ayant pardonné si souvent vous ne serez plus touchés des injustices des autres.

Pierre entendant cela demeura stupéfait, pensant non-seulement à lui, mais à tous ceux qui devaient lui être confiés; et de peur qu'il ne fit ce qu'il avait coutume de faire pour les autres commandements, Notre-Seigneur prévint toute interrogation. Que faisait Pierre en effet quand il s'agissait d'un précepte? Quand Notre-Seigneur avait imposé une loi qui paraissait offrir quelque difficulté, Pierre, s'avançant, lui posait des questions, demandait des explications sur cette loi. Par exemple, lorsque le riche interrogea le Maître sur la vie éternelle, et qu'après avoir appris ce qui le conduirait à la perfection, il s'en alla triste parce qu'il avait de grandes richesses , Notre-Seigneur ayant ajouté qu'il était plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des cieux, alors Pierre , bien qu'il se fît dépouillé de tout, qu'il n'eût pas même gardé son hameçon, qu'il eût abandonné sa profession et son bateau, s'avança et dit au Christ : Et qui peut donc être sauvé? (Marc, X, 26.) Et ici remarquez la conduite louable du disciple et son zèle. D'un côté, il ne dit pas: vous commandez l'impossible, ce précepte est violent, cette loi est dure ; de l'autre côté, il ne garde pas non plus lesilence , mais il montre l'intérêt qu'il porte à tous et rend à Notre-Seigneur l'honneur qu'un disciple doit à son Maître, en lui disant : Et qui peut donc être sauvé? Lui qui n'était pas encore pasteur avait déjà le zèle du pasteur, lui qui n'était pas encore établi chef montrait déjà la sollicitude du chef et pensait à toute la terre. S'il avait été riche, possesseur d'une grande fortune, on aurait peut-être dit que c'était non en considération des autres, mais dans son propre intérêt et pour lui-même qu'il faisait cette question; mais sa pauvreté écarte ce soupçon et fait voir que la sollicitude qu'il éprouvait pour le salut des autres était la seule cause de ses soucis, de son anxiété, et le portait seule à demander au Maître la route du salut. Aussi Notre-Seigneur lui inspirant de la confiance, lui dit : Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. Ne pensez pas, veut-il dire, que vous resterez seuls et abandonnés : je mettrai avec vous la main à cette oeuvre, moi, par qui les choses difficiles deviennent aisées et faciles. De même quand Notre-Seigneur, parlant du mariage et de la femme, disait que quiconque renvoie sa (5) femme hors le cas d'adultère, la rend adultère, et donnait ainsi à entendre que les époux doivent supporter toutes les fautes de leurs épouses, hors le cas d'adultère, Pierre, tous les autres se taisant, s'avance et dit au Christ : Si telle est la condition de l'homme à l'égard de sa femme, il n'est donc pas avantageux de se marier. (Matth. XIX, 9, 10.) Remarquez comment, en cette circonstance encore, il garde envers son Maître le respect qu'il lui doit et ne laisse pas que de se préoccuper du salut des autres, sans faire aucun retour sur ses propres intérêts. C'est donc pour prévenir quelque observation de ce genre, c'est pour couper court à toute réplique, que Jésus propose la parabole. Voilà pourquoi l'évangéliste dit : c'est pour cela que le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs, nous montrant par là que cette parabole a pour but de nous apprendre que, quand même nous aurions pardonné soixante-dix fois sept fois par jour à notre frère nous n'aurions encore rien fait de très-grand, nous serions encore bien loin de la clémence de notre Dieu, et nous n'aurions pas encore donné autant que nous avons reçu.

4. Voyons donc cette parabole : car, bien qu'elle paraisse assez claire en elle-même , elle renferme cependant tout un trésor, trésor caché et ineffable , de pensées précieuses à recueillir. Le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Ne passez pas légèrement, sur cette parole ; représentez-vous ce tribunal et, descendant dans votre conscience, rendez-vous compte de ce que vous avez fait pendant toute votre vie : figurez-vous que les serviteurs soumis à cette reddition de compte, ce sont et les rois et les généraux et les éparques, et les riches et les pauvres, et les esclaves et les personnes libres; car tous nous devons comparaître devant le tribunadu Christ. (II Cor. V, 10.) Si vous êtes riche, pensez que l'on vous demandera compte de la manière dort vous aurez employé vos richesses pour entretenir des courtisanes ou pour subvenir aux besoins des pauvres, pour nourrir des parasites et des flatteurs ou pour secourir des indigents, au libertinage ou à la charité, à la débauche, à la prodigalité, à l'ivresse, ou à secourir ceux qui étaient dans la tribulation. On vous demandera compte, encore de la manière dont vous aurez acquis votre bien, si vous le devez à des travaux honnêtes, ou à la rapine et à la fraude; si vous l'avez reçu de votre père en héritage, ou si vous ne le possédez qu'aux dépens des orphelins dont vous avez ruiné les maisons, aux dépens des veuves dont vous avez pillé la fortune. Et de même que nous, nous faisons rendre compte à nos serviteurs, non-seulement de leurs dépenses, mais encore de leurs recettes, et que nous leur demandons d'où ils ont reçu tel bien, de qui, comment, en quelle quantité, Dieu aussi voudra savoir non-seulement comment nous aurons employé notre fortune, mais encore comment nous l'aurons acquise. Et si le riche rend compte de ses richesses, le pauvre rendra compte de sa pauvreté, s'il l'a supportée avec courage et sans répugnance, sans murmure, sans impatience, s'il n'a pas accusé la divine Providence, en voyant tant d'autres hommes plongés dans les délices et les prodigalités, tandis qu'il est, lui, accablé par le besoin. Le riche rendra compte de sa miséricorde et le pauvre de sa patience, et non-seulement de sa patience, mais encore de sa miséricorde : car l'indigence n'empêche pas de faire l'aumône, témoin cette veuve qui jeta dans le tronc deux petites pièces, et à qui sa faible aumône valut plus de mérites qu'aux autres leurs, riches offrandes. Et ce ne seront pas seulement les riches et les pauvres, mais encore les dépositaires du pouvoir et de la justice, dont la conduite sera scrutée avec rigueur, et à qui l'on demandera s'ils n'ont pas corrompu la justice, si ce n'est pas la bienveillance ou la haine de l'homme privé qui a guidé l'homme public dans ses décisions, s'ils n'ont pas, pour gagner les bonnes grâces de quelqu'un, donné leur suffrage contre le droit, s'ils n'ont pas, par esprit de vengeance, sévi contre des innocents.

Et, avec le pouvoir séculier, ce sera aussi le pouvoir ecclésiastique qui rendra compte de sa gestion, et c'est ce dernier surtout qui sera soumis à un examen sévère et terrible. Pour celui qui a reçu le ministère de la parole, on examinera rigoureusement si, par paresse ou par haine, il n'a pas passé sous silence une chose qu'il fallait dire, si par ses œu ires il n'a pas démenti sa parole, s'il n'a rien caché de ce qui était utile. Quant à l'évêque, plus sa charge est élevée, plus on lui demandera un compte sévère et sur l'instruction qu'il aura donnée à son peuple, et sur la, protection qu'il aura (6) accordée aux pauvres, et surtout sur l'examen de ceux qu'il aura promus aux ordres et sur mille autres choses. C'est pour cela que saint Paul écrivait à Timothée (I Tim. V, 22) : N'imposez légèrement les mains à personne et ne participez en rien aux péchés des autres. Et aux Hébreux, en parlant de leurs chefs spirituels,il écrivait ces paroles effrayantes : Obéissez à vos préposés et soyez-leur soumis; car ce sont eux qui veillent sur vos âmes comme devant en tendre compte. (Hébr. 13, 17.) Et, après nos actions, il faudra rendre compte de nos paroles. Car de même que quand nous avons confié de l'argent à nos esclaves, nous voulons connaître l'emploi qu'ils en ont fait , ainsi Dieu qui nous a confié la parole nous demandera comment nous l'aurons employée. Il examinera, par des informations sévères, si nous n'avons pas dépensé ce talent inutilement et en vain : l'argent qui passe en folles dépenses est moins nuisible que des paroles vaines, inutiles et sans but : car l'argent inutilement employé porte préjudice le plus souvent, il est vrai, à la fortune; mais une parole irréfléchie renverse des maisons entières, perd et paralyse les âmes; et d'ailleurs la perte de la fortune peut se réparer; une parole une fois lancée vous ne pouvez la rappeler.

Oui, nous rendrons compte de nos paroles; écoutez ce que déclare le Seigneur : Je vous dis que toute parole oiseuse que les hommes auront prononcée sur cette terre, ils en rendront compte au jour du jugement : car c'est par vos paroles que vous serez justifiés, et par vos paroles que vous serez condamnés. (Matth. XII, 36-37.) Nous rendrons compte et de ce que nous aurons dit et de ce que nous aurons entendu; par exemple, si nous avons écouté, sans nous y opposer, une calomnie dirigée contre notre prochain : car, dit l'Ecriture, n'acceptez point les paroles du menteur. (Exod. XXIII, 1.) Et si ceux qui acceptent ces paroles ne doivent pas trouver grâce, quelles causes allégueront les médisants et les calomniateurs?

5. Et, que dis-je, ce que nous aurons dit et entendu? Bien plus, nous rendrons compte même de nos pensées. C'est ce que saint 'Paul nous montre par ces paroles : C'est pourquoi ne jugez pas avant le temps , jusqu'à ce que vienne le Seigneur qui éclairera ce qui est caché dans les ténèbres et manifestera les pensées secrètes des coeurs (I Cor. IV, 5) ; et le Psalmiste par celles-ci : La pensée même de l'homme servira à votre gloire. (Ps. LXXV, 11.) Que veut-il dire par ces mots : la pensée même de l'homme servira à votre gloire? Oui, elle y servira si vous n'adressez à votre frère que des paroles feintes et pleines de malignité, si votre bouche et votre langue le louent, tandis que, au fond de votre coeur, vous ne pensez de lui que du mal et ne lui portez que de la haine. Le Christ, voulant nous faire entendre que nous rendrons compte de nos actions, et aussi de nos pensées, nous dit : Quiconque aura regardé une femme pour la convoiter a déjà commis l'adultère dans son coeur. (Matth. V, 28 .) Son péché n'a pas passé jusqu'à l'acte; il n'est encore que dans la pensée et cependant celui-là même n'est pas sans faute, qui considère la beauté d'une femme, afin que le désir de l'impureté s'allume en lui. Aussi lorsque vous entendez dire que le Maître veut faire rendre compte à ses serviteurs, ne passez pas légèrement sur cette parole, mais pensez qu'elle embrasse toute dignité, tout âge, tout sexe, et les hommes et les femmes : songez quel sera ce tribunal, et repassez dans votre esprit toutes les fautes que vous avez commises. Car, si vous les avez oubliées, Dieu ne les oubliera pas; mais il vous les remettra toutes devant les yeux, si, devançant ce terrible moment, vous ne les anéantissez- par la pénitence, la confession et le pardon des torts qui vous sont faits. Mais pourquoi le Maître se fait-il rendre compte? Ce n'est pas qu'il ignore nos oeuvres, lui qui connaît toutes choses avant même qu'elles arrivent; il veut montrer à ses esclaves que leurs dettes sont des dettes véritables et justes ; il veut le leur faire reconnaître et aussi leur apprendre à s'acquitter. C'est dans ce but qu'il envoyait le Prophète rappeler aux Juifs leurs iniquités : Va redire ses iniquités à la maison de Jacob et ses péchés à la maison d'Israël (IsLVIII , 1) , non-seulement pour qu'ils les entendent, mais pour qu'ils s'en corrigent.

Quand il eut commencé à se faire rendre compte, on lui amena un serviteur qui lui devait dix mille talents. Quelle somme confiée ! quelle somme dissipée ! Quelle énorme dette ! Combien n'en avait-il pas reçu, lui qui en a tant dépensé! Il est lourd, le poids des dettes ; mais ce qu'il y a de plus fâcheux , c'est que ce serviteur fut conduit à son maître le premier. Car si beaucoup (7) de débiteurs capables de payer l'avaient précédé , il n'eût pas été trop étonnant que le roi ne se fût pas fâché : la solvabilité des premiers aurait dû le disposer à la bienveillance pour ceux qui ensuite n'auraient pu payer. Mais que le premier soit insolvable, et pour une dette si importante, et qu'il n'en éprouve pas moins la clémence de son maître, voilà qui est bien étonnant et extraordinaire. Les hommes, en effet, quand ils ont découvert un débiteur, non moins que s'ils avaient trouvé une proie, se réjouissent et s'agitent de toute manière -pour lui faire payer sa dette entière; et si la pauvreté des débiteurs ne le permet pas , ils font retomber leur colère sur le corps des pauvres malheureux, les tourmentant, les frappant, leur infligeant mille maux. Dieu au contraire met tout en oeuvre et en mouvement pour délivrer ses débiteurs de leurs dettes. L'homme s'enrichit à exiger son dû, et Dieu à le remettre. Quand nous avons reçu ce qu'on nous devait, nous sommes dans une abondance plus grande : Dieu, au contraire, plus il remet les dettes contractées envers lui, plus il s'enrichit. Car la richesse pour Dieu, c'est le salut des hommes, comme le dit saint Paul : Riche pour tous ceux, qui l'invoquent. (Rom. X, 12.) Mais, me direz-vous, si le maître veut pardonner au serviteur et lui remettre sa dette, pourquoi ordonne-t-il qu'on le vende ? C'est là précisément ce qui montre le mieux sa charité. Toutefois, ne nous pressons pas et suivons avec ordre le narré de la parabole

Comme il n'avait pas de quoi payer, dit l'Evangéliste. Qu'est-ce que cela veut dire Comme il n'avait pas de quoi payer? Voici qui aggrave l'iniquité. Dire qu'il n'avait pas de quoi payer, c'est dire qu'il était vide de bonnes oeuvres, qu'il n'avait fait aucun bien qui pût lui être compté pour le pardon de ses fautes. Car nos bonnes œuvres nous sont comptées, oh! oui, elles nous sont comptées pour la rémission de nos péchés, comme la foi pour la justification. A celui qui ne fait pas les oeuvres, mais qui croit en Celui qui justifie l'impie, sa foi est imputée à justice. (Rom. V, 5.) Et pourquoi parler seulement de la foi et des bonnes oeuvres, puisque les afflictions mêmes nous sont comptées pour le pardon de nos fautes? C'est ce que le Sauveur nous montre par la parabole de Lazare, où il nous représente Abraham disant au riche que Lazare n'a reçu sur cette terre que des maux, et que c'est pour cela qu'il est consolé dans l'autre vie. C'est ce que nous montre aussi saint Paul, écrivant aux Corinthiens (I Cor. V, 5) au sujet du fornicateur, en leur disant : Livrez cet homme à Satan pour que sa chair soit châtiée et son esprit sauvé. Et, en consolant d'autres pécheurs, il leur adresse ces mots : C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de languissants et que beaucoup s'endorment. Que si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions point jugés; et lorsque nous sommes jugés, c'est par le Seigneur que nous sommes repris, afin que nous ne soyons pas condamnés avec ce monde (I Cor. XI, 30-32.) Mais si les afflictions, les maladies, la mauvaise santé, les maux que notre corps peut éprouver, toutes choses que nous ne support tons que malgré nous et que nous sommes loin de nous procurer, nous sont comptées pour la rémission de nos fautes, à combien plus forte raison les bonnes œuvres auxquelles nous nous portons dé nous-mêmes et avec zèle ! Ce serviteur au contraire n'avait rien de bon; il n'avait qu'un poids accablant de péchés ! C'est pourquoi l'Evangéliste dit : Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il vendu. (Matth. XVIII, 25.) C'est là le trait qui nous peint le mieux la clémence du Maître, de lui avoir fait rendre compte et d'avoir ordonné de le vendre : car, en faisant ces deux chose, il ne voulait qu'empêcher qu'il fût vendu. — Qu'est-ce qui le prouve? — La fin de la parabole : car, s'il avait voulu le faire vendre, qui s'y serait opposé? qui l'aurait empêché ?

6. Pourquoi donc l'a-t-il ordonné, s'il n'avait pas l'intention de le faire ? — Pour imprimer à l'esclave plus de crainte : et il lui voulait, au moyen de sa menace, imprimer plus de crainte, afin de l'amener à supplier, et il voulait l'amener à supplier, afin d'en prendre occasion de pardonner. Il pouvait, même avant toute supplication, lui pardonner, et c'est pour ne pas le rendre pire qu'il ne l'a pas fait. Il aurait pu lui pardonner avant toute reddition de comptes; mais alors, l'esclave, ignorant la grandeur de sa dette, n'en eût été que plus inhumain et plus cruel envers ses frères: c'est pourquoi le roi lui fait connaître d'abord la grandeur de sa dette et ensuite la lui remet tout entière. C'est après la reddition des comptes où on lui avait fait voir quelle était sa dette, c'est après qu'on l'a menacé et qu'on lui a montré la peine qu'il était juste de lui infliger, c'est (8) alors, dis-je, qu'il se montre si impitoyable et si inhumain pour son compagnon. Si ces précautions n'avaient pas été prises, à quel degré de cruauté ne serait-il pas descendu? Dieu en tout cela n'a eu d'autre but que d'adoucir ce caractère si emporté, et si rien n'a servi, ce n'est pas sur le maître, mais sur cet incorrigible que retombe la faute. Voyons cependant comment il traite cette maladie : S'étant donc jeté à ses pieds, le serviteur le conjurait en disant : Ayez patience, et je vous rendrai tout. Il ne dit pas qu'il n'avait pas de quoi rendre; mais les débiteurs promettent toujours, quand même ils n'ont rien à donner, afin d'échapper aux dangers présents.

Apprenons, nous qui avons si peu d'ardeur pour la prière, quelle est la force des supplications. Ce serviteur n'avait à présenter ni jeûnes, ni pauvreté volontaire, ni rien de semblable : mais lui qui n'avait aucune vertu se met à conjurer son maître, et sa prière a tant de force qu'elle l'entraîne à la clémence. Ne désespérons donc jamais dans nos prières. Car peut-il se trouver un plus grand pécheur que celui qui, accablé sous le poids de tant de crimes, n'avait à présenter aucune bonne oeuvre, ni grande , ni petite ? Et cependant il ne se dit pas à lui-même : Je n'oserais parler, je suis rempli de honte : comment pourrais-je approcher de mon maître? Comment pourrais-je le supplier? Et c'est pourtant ce que disent beaucoup de pécheurs, poussés par la honte que le démon leur inspire. Vous n'osez parler? C'est précisément pour cela qu'il vous faut approcher, pour que votre; confiance s'augmente. Celui qui va vous pardonner est-il donc un homme, pour que vous rougissiez, accablé par la honte? Non, c'est Dieu, Dieu qui désire vous pardonner plus,que vous ne désirez être pardonné. Vous ne désirez pas votre bonheur comme il désire votre salut; et c'est ce qu'il nous a fait voir par bien des exemples. Vous n'avez pas de confiance? Et c'est là précisément ce qui doit vous en donner : car c'est un grand sujet de confiance que de croire n'y avoir pas droit, comme aussi c'est un grand sujet de honte que d'oser se justifier en face du Seigneur. C'est se rendre criminel, quand même on serait d'ailleurs le plus saint des hommes, comme aussi celui-là est justifié qui se' croit le dernier de tous, témoin le pharisien et le publicain. Donc, quand nous avons péché, ne perdons ni l'espoir, ni la confiance, mais approchons-nous de Dieu, prosternons-nous devant lui, conjurons-le, comme a fait ce serviteur qui, en cela du moins, était inspiré d'un bon sentiment. Ne pas désespérer, ne pas perdre confiance, confesser ses péchés, demander quelque délai, quelque retard, tout cela est beau, tout cela est d'une âme contrite et d'un esprit humilié. Mais ce qui va suivre est loin dé ressembler à ce qui a précédé : ce que ses supplications lui ont fait gagner, la colère où il va entrer contre son compagnon le lui fera bientôt perdre. Voyons, en attendant, comment il obtient son pardon : voyons comment son maître le renvoie libre et ce qui l'a porté à cette détermination : Le Roi ému de pitié, dit  l'Evangéliste, le renvoya et lui remit sa dette. L'esclave avait demandé un délai, le maître lui accorde son pardon, de sorte qu'il obtient plus qu'il n'avait demandé. Aussi saint Paul nous dit que Dieu est assez puissant pour tout faire au delà de ce que nous demandons ou concevons. (Eph. III,20.) Car vous ne pourrez jamais imaginer tout ce qu'il a résolu de vous donner. Donc pas de défiance, pas de honte : ou plutôt rougissez de vos iniquités, mais ne désespérez pas, n'abandonnez pas la prière: allez, quoique vous ayez péché, apaiser votre Maître, et lui donner occasion d'exercer sa clémence en vous pardonnant vos fautes : car, si vous n'osez pas approcher, vous mettez obstacle à sa bonté et vous l'empêchez, autant qu'il est en vous, de montrer combien son coeur est généreux. Ainsi, pas de découragement, pas de langueur dans nos prières. Quand nous serions tombés dans le gouffre du vice, il peut nous en retirer bien vite. Personne n'a autant péché que le mauvais serviteur: il avait épuisé toutes les formes du vice; c'est ce que montrent les dix mille talents : personne ne peut être plus vide de bonnes oeuvres que lui : aussi nous dit-on qu'il ne pouvait rien payer. Et cependant ce criminel que tout conspirait à accuser, la prière est si puissante qu'elle l'a délivré. La prière est-elle donc si efficace qu'elle puisse soustraire à la punition et au châtiment celui qui, par ses actions et ses oeuvres mauvaises, s'est rendu coupable envers le Maître? Oui, elle le peut, ô homme. Elle n'est pas seule en effet dans son entreprise : elle a l'aide et le soutien le plus fort, la miséricorde de ce Dieu à qui s'adresse la prière : c'est la miséricorde qui fait tout et qui donne à la prière sa puissance. C'est pour faire entendre cette vérité que (9) l'Evangéliste dit : Son maître, ému de compassion, le renvoya et lui remit sa dette; nous faisant voir qu'avec la prière et avant la prière, c'est la miséricorde du Maître qui a tout fait. Ce serviteur étant sorti rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers; et l'ayant saisi, il l'étouffait, disant : Rends-moi ce que tu me dois. Mais que peut-il y avoir de plus' infâme? La parole du pardon retentissait encore à ses oreilles, et déjà il a oublié la miséricorde de son Maître.

7. Voyez-vous comme il est bon de se souvenir de ses péchés? Si celui-là se les était toujours rappelés, il n'aurait pas été si cruel et `si .inhumain. Aussi je vous le répète continuellement et je ne cesserai de vous redire qu'il est très-utile, qu'il est nécessaire que nous nous souvenions sans cesse de toutes nos iniquités rien ne rend l'âme si sage, si douce, si indulgente que le souvenir continuel de ses fautes. Aussi saint Paul se souvenait non-seulement des péchés qui avaient suivi, mais encore de ceux qui avaient précédé son baptême, bien qu'ils fussent tout à fait effacés. Et si cet apôtre se souvenait même des péchés commis avant le baptême, combien plus ne devons-nous pas nous souvenir de ceux qui ont suivi notre régénération. Car, non-seulement leur souvenir nous portera à en faire une plus grande pénitence, mais encore il nous donnera plus de douceur à l'égard du prochain, nous inspirera pour Dieu notre maître plus de reconnaissance, en nous remettant sans cesse devant les yeux son indicible miséricorde. C'est ce que ne fit pas ce mauvais serviteur; mais, loin de là, oubliant la grandeur de sa dette, il oublia aussi la grandeur du bienfait; oubliant le bienfait, il agit méchamment envers son compagnon, et cette mauvaise action lui fit perdre tout ce que lui avait accordé la miséricorde de Dieu. L'ayant saisi, il l'étouffait, disant: Rends-moi ce que tu me dois. Il ne dit pas Rends-moi cent deniers (il aurait rougi de la futilité de cette dette), mais bien:Rends-moi ce que tu me dois. Et celui-ci se jetant à ses pieds le conjurait, disant : prends patience et je te rendrai tout. Se servant des paroles mêmes qui avaient valu au méchant serviteur son pardon, il espérait bien être sauvé. Mais ce cruel, emporté par son inhumanité, restait insensible à ces paroles et ne pensait plus qu'elles l'avaient sauvé. Et pour lui cependant, pardonner, ce n'était plus de la. clémence, mais une dette et une obligation. Car si ç'eût été avant la reddition des comptes, avant sa condamnation, avant cette grâce extraordinaire, qu'il eût pardonné, c'eût été un effet de sa propre générosité. Mais après avoir reçu un si grand bienfait et le pardon de tant de fautes, c'était pour lui une nécessité , c'était s'acquitter d'une dette que d'avoir pitié de son compagnon. Et pourtant il fut loin de le faire et de considérer quelle différence il y avait entre la grâce qu'il venait d'obtenir et celle qu'il aurait dû accorder à son compagnon. Cette différence ressort et de la somme due des deux parts, et de la position respective des personnages et aussi de la manière dont la chose se passe. D'un côté, c'étaient dix mille talents, et de l'autre cent deniers; d'un côté, c'est un esclave qui agit envers son maître d'une manière outrageante , de l'autre c'est un compagnon de servitude qui a contracté une dette envers un compagnon de servitude. Traité si généreusement, le serviteur devait à son tour faire grâce; le maître, au contraire, remit toute la dette, quoique le débiteur ne l'eût mérité par aucune bonne oeuvre, grande ou petite. Mais sans réfléchir à rien de tout cela , entièrement aveuglé par sa colère, il saisit son débiteur à la gorge et le jette en prison. A cette vue les autres esclaves, ajoute l'Evangéliste, s'indignent, et avant même que le maître ait rien prononcé, ils le condamnent : preuve nouvelle de la bonté du roi. Son maître l'ayant appris le fait appeler, le soumet à un nouveau jugement, et, même en ce moment, il ne le condamne pas sans formes, mais il lui fait voir que la conduite qu'il va tenir est justifiée par le droit; aussi que dit-il? Méchant serviteur, je t'avais remis toute ta dette.

Quoi de meilleur que ce maître? Lorsque son esclave lui devait dix mille talents, il ne lui adresse pas une parole de reproche, ne l'appelle pas même méchant, mais ordonne seulement de le vendre; et cela, pour avoir occasion de lui remettre sa dette. Quand ensuite cet esclave tient envers son compagnon une conduite indigne, alors le maître se fâche et s'emporte pour nous apprendre qu'il pardonne plus facilement les péchés qui l'atteignent lui-même que ceux qui atteignent le prochain. Et ce n'est pas seulement en cette occasion qu'il tient cette conduite, c'est encore en d'autres circonstances : Si vous présentez votre offrande à l'autel, et que là. vous vous souveniez que (10) votre frère a quelque chose contre vous, allez, réconciliez-vous d'abord avec votre frère, et alors revenant, vous offrirez votre don. (Matth. V, 23, 24.) Voyez-vous comme partout il place nos intérêts avant les siens et comme il ne met rien au-dessus de la paix et de la charité envers le prochain? En un autre endroit, il dit encore : Quiconque renvoie sa femme, hors le cas d'adultère, la rend adultère. (Ibid. 32.) Mais voici la loi qu'il établissait par l'organe de saint Paul: Si un homme a une femme infidèle, et qu'elle consente à demeurer avec lui, qu'il ne se sépare point d'elle. (I Cor. VII, 12.) Si elle s'est rendue adultère, dit-il, chassez-la; si elle est infidèle, ne la chassez pas; si elle pèche contre vous, renvoyez-la; si elle pèche contre moi, gardez-la. De même en cette circonstance, des péchés graves ont été commis contre le Maître, et ce bon Maître pardonne; mais dès qu'il s'agit des fautes commises contre un frère, quoique plus légères et moins fréquentes que celles par lesquelles le Maître a été offensé, alors le Maître ne pardonne plus, au contraire, il sévit : il appelle le coupable méchant, tandis que dans le premier cas il ne lui a pas même adressé une parole de reproche. C'est encore pour faire mieux ressortir cette leçon que l'Evangéliste ajoute qu'il fut livré aux bourreaux. Lorsqu'il lui demanda compte des dix mille talents, il ne fit rien de tel. Nous apprenons ainsi que la première sentence n'était pas une sentence de colère, mais de miséricorde, et d'une miséricorde qui cherchait une occasion de pardonner. Au contraire, la dernière action l'a irrité. Qu'y a-t-il donc de plus mauvais que le désir de la vengeance, puisqu'il force Dieu à révoquer les effets de sa clémence et que ce que les péchés n'ont pu le contraindre de faire, le ressentiment contre le prochain le force à le faire ? Certes il est écrit que les dons de Dieu sont sans repentance. (Rom. XI, 29.) Pourquoi donc, après avoir accordé un tel bienfait, montré une telle clémence, Dieu a-t-il ici révoqué son propre jugement? Parce que le serviteur a voulu se venger. Aussi ce n'est passe tromper que de regarder ce péché comme le plus grave de tous les péchés; tous les autres ont pu trouver grâce; pour celui-là seul il n'y a pas de pardon, et bien plus, il fait revivre ceux même qui sont effacés.

Le désir de la vengeance est donc un double mal, parce qu'il,est inexcusable auprès de Dieu et parce que, par ce péché, les autres fautes, même pardonnées, revivent et se représentent devant nous, comme il est arrivé en cette circonstance. Car il n'y a rien, rien , dis-je, qui offense et irrite Dieu comme de voir un homme animé de l'esprit de vengeance et de ressentiment. C'est ce que nous apprennent le passage que je viens de commenter et la prière dans laquelle le Christ nous a ordonné de dire : Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. (Matth. VI, 12.) Sachant toutes ces choses, gravant dans notre coeur la parabole que nous avons méditée, lorsque nous penserons à ce que nos frères nous ont fait souffrir, pensons à ce que nous avons fait contre Dieu et la crainte de nos propres fautes aura bientôt réprimé la colère que les offenses reçues ont pu nous inspirer; s'il y a des péchés dont nous devions nous souvenir, ce sont les nôtres seulement; si nous nous souvenons des nôtres, nous aurons bientôt oublié ceux d'autrui, et si, au contraire, nous oublions les nôtres, ceux d'autrui se présenteront bientôt à notre pensée. Si ce mauvais serviteur avait songé aux dix mille talents qu'il devait, il aurait oublié les cent deniers; mais, ayant oublié sa dette, il exigea de son compagnon ce qui lui était dû, et voulant recouvrer une petite somme, non-seulement il ne l'obtint pas, mais il attira sur sa tête le poids des dix mille talents. Aussi vous dirai-je sans crainte que l'esprit d'inhumanité et de vengeance est le plus grave de tous les péchés, ou plutôt ce n'est pas moi qui vous le dis, c'est le Christ, en se servant de la parabole que j'ai développée. Car si ce crime n'était pas plus grave que les dix mille talents, c'est-à-dire que des péchés innombrables, il n'aurait pas fait revivre les fautes déjà pardonnées. Aussi que notre principale étude soit de réprimer en nous tout sentiment de colère et de nous réconcilier avec nos ennemis, certains que ni prière, ni jeûne, ni aumône, ni participation aux mystères, aucun acte de piété, en un mot, ne pourra, si nous gardons quelque rancune, nous être utile au grand jour des révélations, tandis qu'au contraire, si nous nous dépouillons entièrement de ce vice, fussions-nous mille fois pécheurs, nous pourrons obtenir quelque pitié. Et ce n'est pas moi qui vous le dis, c'est le Dieu qui viendra nous juger. Voyez la parabole que je viens d'expliquer : C'est, ainsi que vous traitera mon Père si chacun de vous ne (11) pardonne du fond de son coeur; et en un autre endroit : Si vous remettez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous remettra les vôtres. (Matth. VI, 14.) Afin donc de mener ici-bas une vie douce et tranquille et d'obtenir là-haut pardon et miséricorde, il faut mettre tous nos soins, tous nos efforts à nous réconcilier avec les ennemis que nous pouvons avoir; par là, notre Maître, l'eussions-nous mille fois outragé, sentira sa colère désarmée et nous obtiendrons les récompenses éternelles; puissions-nous en être tous jugés dignes par la grâce et la charité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui soit gloire et puissance dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Homélies

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com