Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 00:03

stmaterne.blogspot.com

 

http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/3983


Lecture pour Sexte, premier lundi du Grand Carême : Isaïe 1,1-20
Vision d'Isaïe fils d'Amos, touchant Juda et Jérusalem, au temps d'Ozias, de Jotam, d'Achaz et d'Ézéchias, rois de Juda. Cieux, écoutez; terre, prête l'oreille, c'est le Seigneur qui parle: "J'ai nourri des enfants, je les ai élevés, mais ils se sont révoltés contre moi. Le boeuf reconnaît son possesseur, et l'âne l'étable de son maître; mais Israël ne connaît rien, mon peuple ne comprend rien." Ah! nation pécheresse, peuple chargé de crimes, engeance de malfaiteurs, fils dénaturés! Ils ont abandonné le Seigneur, ils ont méprisé le Saint d'Israël, ils lui ont tourné le dos. Pourquoi frapper encore, quand vous persistez dans la révolte! La tête entière est malade, et tout le coeur est souffrant. De la tête aux pieds, rien n'est en bon état. Ce ne sont que blessures, contusions, plaies vives, qui n'ont été ni pansées ni bandées, ni adoucies à l'huile. Votre pays est dévasté, vos villes sont incendiées, des ennemis ravagent vos campagnes sous vos yeux. C'est une désolation, comme la ruine de Sodome. La fille de Sion est isolée, comme une cabane dans une vigne, comme un abri dans une melonnière, comme une ville assiégée. Si le Seigneur des armées ne nous eût laissé un résidu, nous serions comme Sodome, nous ressemblerions à Gomorrhe. Écoutez la parole du Seigneur, chefs de Sodome; prêtez l'oreille à la leçon de notre Dieu, peuple de Gomorrhe: Que m'importent vos innombrables sacrifices? dit le Seigneur. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux gras; je n'ai que faire du sang des taureaux et des boucs. Quand vous venez vous présenter à moi, qui donc vous a demandé de fouler mes parvis? Rien ne sert d'apporter des offrandes; j'ai horreur de la fumée des sacrifices. Nouvelles lunes, sabbats, assemblées de culte, je ne puis supporter la présence du crime à la fête religieuse. Vos nouvelles lunes et vos fêtes, je les abhorre; elles me sont à charge, j'en suis las. Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes regards; quand vous ressassez vos prières, je n'écoute pas. Vos mains sont pleines de sang, lavez-vous, purifiez-vous. Ôtez vos mauvaises actions de devant mes yeux. Cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien, recherchez le droit, protégez l'opprimé; rendez justice à l'orphelin, défendez la veuve. Eh bien, expliquons-nous, dit le Seigneur. Vos péchés seraient-ils écarlates, ils seront blancs comme neige! Seraient-ils rouges comme la pourpre, ils seront blancs comme laine! Si vous êtes soumis et obéissants, vous goûterez les meilleurs produits du pays; si vous refusez, si vous vous révoltez, l'épée vous anéantira. C'est la bouche du Seigneur qui le déclare.



S'accuser et faire son examen de conscience: Isaïe 1,1-20, en particulier les versets 14 et 16 : "Vos nouvelles lunes et vos fêtes, je les abhorre; elles me sont à charge, j'en suis las; Je ne pardonnerai pas vos péchés [..] lavez-vous, purifiez-vous. Ôtez vos mauvaises actions de devant mes yeux. Cessez de faire le mal."

Voici un défi bien à même de nous amener à l'humilité, pour ce début de Grand Carême! Est-ce que nos pratiques carémiques – notre jeûne, notre encens, et nos prières – pourraient offenser Dieu? Les paroles du Seigneur notre Dieu sont sévères. Elles bousculent l'âme. Examinons-nous nous-mêmes!

Tout d'abord, ce n'est pas un message sans espoir. De plus, n'allez pas le balayer de la main en disant "ce message a été donné il y a des siècles à l'ancien Israël; et ces paroles ne sont pas pour nous. Car nous sommes Chrétiens Orthodoxes." Faux! Mes bien-aimés, la vision d'Isaïe est une accusation contre toute impiété de la part de tout peuple (v. 3) – ceux qui bafouent les lois divines (v. 2), ceux qui sont amoraux (v. 6), et les apostats qui ont abandonné leurs fondements spirituels et culturels – adoptant des pratiques et idées étrangères (v. 7). Le portrait dressé par Isaïe est étonnant d'actualité, frappant de ressemblance avec la vie post-moderne.

Lors d'une entrevue télévisée, un Américain et un Français, se présentant comme Chrétiens, discutaient de l'état spirituel de leurs pays respectifs. L'Américain dit : "Dans les années 60', lorsque saint Jean (Maximovitch) était aux USA, les jeunes Américains étaient tous intéressés par la vie spirituelle.. mais à présent, ils se concentrent surtout sur leurs projets de carrière et d'affaires.." "En France," dit l'autre, ".. ils sont comme du petit bétail.. c'est la jungle, seuls comptent l'argent, une bonne situation, et un copain ou une copine."

Cependant, le Seigneur continue Son appel : "Eh bien, expliquons-nous!" (v. 18). Dieu attend assurément que nous apprenions à faire le bien (v. 17). Il nous est ouvert si nous sommes ouverts et obéissants (v. 19). L'admonestation du Seigneur appelle à un auto-examen honnête et un authentique effort pour s'amender. Couchés sur le papier quelque 8 siècles avant la Naissance du Christ, les jugements de Dieu demeurent entièrement vrais aujourd'hui, 2 mille ans après que le Seigneur Jésus, incarné, ai marché sur notre terre. Dieu nous appelle maintenant à la lutte contre un individualisme et une auto-indulgence rampants.

Heureusement, il est évident que l'Église Orthodoxe, au contraire des autres églises présentes en Occident, se préoccupe vraiment de résister à la permissivité du temps, bref, fait ce que la Sainte Tradition attend de nous. Mais ne nous voilons pas la face. Les forces qui poussent à l'auto-indulgence décrite dans l'entrevue ci-dessus sont fortes. Nombre de fidèles Orthodoxes ont été bercés et emportés par les paroles doucereuses de ceux qui font promotion de certaines pratiques amorales. Certains soutiennent même une moralité relâchée, ne s'estiment responsable d'aucune déchéance de la situation, ni ne se sentent concernés pour juguler la décadence. Certains poussent même pour une plus grande acceptation des actuelles valeurs impies – jusqu'au sein même de leurs paroisses, lieu de travail et familles.

Si nous choisissons les voies du Seigneur, alors nous pouvons entamer dès aujourd'hui le voyage solennel du Grand Carême. En effet, nous pouvons alors examiner notre engagement à suivre le chemin vers Pâques. Tout un chacun saura alors voir où agissent dans ses pensées, paroles et actes tout ce qui est rébellion ou résistance (v. 2). Est-ce que le Christ est mon Maître (v. 3), ou est-ce que je Le fuis (v. 4)? Qui d'entre nous n'a pas commis de fatals compromis et des changements égoïstes? Qui n'est pas affligé et triste (v. 5)?

Puissent nos larmes laver toutes nos iniquités, nous aider à les confesser et à y mettre un terme (v. 16). Voyez ce qu'en disait saint Jean Chrysostome : ".. il n'y a rien qui n'oppresse plus l'âme, et ne l'écrase, que la conscience du péché; il n'y a rien qui lui donne autant des ailes, et l'élève pour monter vers le but à atteindre, la droiture et la vertu." Saint Nicolas Velimirovic, évêque de Zica, encourage à prendre action : "Le Seigneur approuve et loue tout notre effort. Il désire que nous lavions nos âmes dans les larmes, les essorant avec la repentance, les pressant avec la componction de la conscience, et les revêtant de bonnes oeuvres."
 
O Seigneur, Toi Qui est lent à la colère, regarde-nous avec miséricorde à l'heure de Ta Vengeance, au Jour Redoutable
(Saint Nicolas Velimirovic)


Le Grand Carême est par excellence un temps de pardon. Pardonner, ce n'est pas être "bête," mais c'est aussi se libérer soi-même du poids de la rancoeur. Bien entendu, quand la personne à pardonner refuse le pardon, là ça devient compliqué... et insoluble pour l'humain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Monastère orthodoxe - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com