Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 05:44

 

21 novembre


par le Hiéromoine Cyrille (Bradette)

 

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

TROPAIRE
(Ton 4)

Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà s’annonce le salut du genre humain. Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à pleine voix chantons-lui  : Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur.

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

KONDAKION
(Ton 4)

Le très-saint temple du Sauveur, sa chambre nuptiale de grand prix, la Vierge, trésor sacré de la gloire de Dieu, en ce jour est présentée au Temple du Seigneur ; elle y apporte la grâce du Saint Esprit et devant elle les anges de Dieu chantent : Voici le tabernacle des cieux.

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

ÉVANGILE DES MATINES
(Lc 1, 39-49 ; 56))

 

 En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth. Et il advint, dès qu'Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l'enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d'Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit : " Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! Et comment m'est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? Car, vois-tu, dès l'instant où ta salutation a frappé mes oreilles, l'enfant a tressailli d'allégresse en mon sein. Oui, bienheureuse celle qui a cru en l'accomplissement de qui lui a été dit de la part du Seigneur ! " Marie dit alors : " Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante. Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom. Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

À LA LITURGIE DE LA FÊTE :

ANTIENNES

PREMIÈRE ANTIENNE

Grand est le Seigneur et louable hautement, 
dans la cité de notre Dieu, sur sa sainte montagne.

Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, ô Sauveur, sauve-nous.

Qui parle de toi te glorifie, cité de Dieu. (Refrain)

Dieu, au milieu de ses tours, 
s'est révélé son protecteur. (Refrain)

Gloire au Père... Maintenant... (Refrain)

DEUXIÈME ANTIENNE

Ses flots réjouissent la cité de Dieu, 
le Très-Haut sanctifie le lieu de son séjour.

Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, toi qui es admirable dans tes saints, 
nous qui te chantons, alléluia.

Devant lui, splendeur et majesté, 
dans son temple, puissance et beauté. (Refrain)

C'est ici la porte du Seigneur, 
par elle les justes entreront. (Refrain)

Saint est ton temple, merveille pour les justes. (Refrain)

Gloire au Père... Maintenant...

Fils unique et Verbe de Dieu...

TROISIÈME ANTIENNE

Les plus riches du peuple rechercheront ta faveur.

Refrain : Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà s’annonce le salut du genre humain. Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à pleine voix chantons-lui  : Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur. (Le Tropaire)

La fille du Roi s'avance, 
dans toute sa beauté, parée de fins joyaux. (Refrain)

Dans sa robe brodée, on la mène au-dedans vers le Roi, 
et des vierges la suivent. (Refrain)

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

ENTRÉE ET PROKIMENON

CHANT D'ENTRÉE

Venez, adorons, et prosternons-nous devant le Christ.
Sauve-nous, ô Fils de Dieu, toi qui es admirable dans tes saints 
(le dimanche : toi qui es ressuscité des morts...),
 nous qui te chantons, alléluia.

À LA PLACE DU TRISAGION :

Vous tous qui avez été baptisés en Christ,
vous avez revêtus le Christ, alléluia.

PROKIMENON (Lc 1, 46-48)

Mon âme magnifie le Seigneur 
et mon esprit est ravi de joie en Dieu mon Sauveur.

Verset : Il s'est penché sur son humble servante, 
voici que tous les âges me diront bienheureuse.

 ligne-jn3.jpg (1769 octets)

ÉPÎTRE ET ALLÉLUIA

ÉPÎTRE (He 9, 1-7)

Frères, la première alliance, elle aussi, avait donc des institutions cultuelles ainsi qu'un sanctuaire, celui de ce monde. Une tente, en effet - la tente antérieure - avait été dressée ; là se trouvaient le chandelier, la table, et l'exposition des pains ; c'est celle qui est appelée : le Saint. Puis, derrière le second voile était une tente appelée Saint des Saints, comportant un autel des parfums en or et l'arche de l'alliance entièrement recouverte d'or, dans laquelle se trouvaient une urne d'or contenant la manne, le rameau d'Aaron qui avait poussé, et les tables de l'alliance ; puis au-dessus, les chérubins de gloire couvrant d'ombre le propitiatoire. Ce n'est pas le moment de parler de tout cela en détail. Tout étant ainsi disposé, les prêtres entrent en tout temps dans la première tente pour s'acquitter du service cultuel. Dans la seconde, au contraire, seul le grand prêtre pénètre, et une seule fois par an, non sans s'être muni de sang qu'il offre pour ses manquements et ceux du peuple.

ALLÉLUIA (Ps 44, 11 ; 13)

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille.

Verset : Devant ta face imploreront les plus puissants.

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

ÉVANGILE
(Lc 10, 38-42 ; 11, 27-28)

En ce temps-là, Jésus entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Celle-ci avait une sœur appelée Marie, qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, elle, était absorbée par les multiples soins du service. Intervenant, elle dit : " Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur me laisse servir toute seule ? Dis-lui donc de m'aider. " Mais le Seigneur lui répondit : " Marthe, Marthe, tu te soucies et t'agites pour beaucoup de choses ; pourtant il en faut peu, une seule même. C'est Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. " Or, comme il parlait ainsi, une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit : "Heureuses les entrailles qui t'ont porté et les seins que tu as sucés ! " Mais lui répondit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et la garde ! "

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

MÉGALINAIRE ET COMMUNUION

MÉGALINAIRE

Devant l'entrée au temple de la Vierge, les anges s'émerveillèrent, s'étonnant de voir comme elle s'avançait jusqu'au Saints des Saints.
Que de l'arche vivante de Dieu aucune main profane n'ose s'approcher, mais que nos lèvres fidèlement redisent sans cesse à la Mère de Dieu le salut de l'ange Gabriel et dans l'allégresse lui chantent : Vierge pure, Dieu t'a élevée plus haut de toute créature.

CHANT DE COMMUNION (Ps 115, 13)

J'élèverai la coupe du salut, j'invoquerai le nom du Seigneur. Alléluia.

ligne-jn3.jpg (1769 octets)

MÉDITATION SUR LA FÊTE
AVEC LE PÈRE LEV GILLET

La Présentation au Temple de la Vierge Marie

Quelques jours après le commencement de l’Avent, l’Église célèbre la fête de la Présentation de la Sainte Vierge au Temple (21 Novembre). Il est juste que, au début du temps de préparation à Noël, notre pensée se porte vers la Mère de Dieu, dont l’humble et silencieuse attente doit être le modèle de notre propre attente pendant l’Avent. Plus nous nous rapprocherons de Marie pas notre prière, notre docilité, notre pureté, plus se formera en nous Celui qui va naître.

Que Marie, toute petite enfant, ait été présentée au Temple de Jérusalem pour y vivre, désormais appartient au domaine de la légende, non à celui de l’histoire [9]. Mais cette légende constitue un gracieux symbole dont nous pouvons tirer les plus profonds enseignements spirituels.

Les trois lectures de l’Ancien Testament lues aux vêpres, le soir du 20 novembre (donc au début du 21 novembre, puisque la journée liturgique va du soir au soir), ont rapport au Temple. La première leçon (Ex, 40) évoque les ordres donnés par Dieu à Moïse concernant la construction et l’arrangement intérieur du tabernacle. La deuxième leçon (1 R 7, 51 – 8, 11) décrit la dédicace du Temple de Salomon. La troisième leçon (Ez 43, 27 – 44, 4), déjà lue le 8 septembre, en la fête de la Nativité de la Vierge, nous parle de la porte du sanctuaire, fermée à tout homme et par laquelle Dieu seul entre. Ces trois textes ont symboliquement pour objet la Mère de Dieu elle-même, temple vivant et parfait.

Les évangiles lus à matines et à la liturgie sont ceux qui ont été lus lors de la fête du 8 septembre. On trouvera à cette date, au chapitre précédent, un bref commentaire de l’évangile de la liturgie. Quant à l’épître lue aujourd’hui (He 9, 1-7), elle rappelle l’arrangement du sanctuaire et du " saint des saints " : ce texte lui aussi se rapporte symboliquement à Marie.

Le sens spirituel de la fête de la Présentation est développé dans les divers chants de l’office et de la liturgie. Les deux thèmes principaux que nous y trouvons sont les suivants. D’abord la sainteté de Marie. La petite enfant séparée du monde et introduite au Temple pour y demeurer évoque l’idée d’une vie séparée, consacrée, " présentée au Temple ", une vie d’intimité avec Dieu : " Aujourd’hui la Toute Pure et toute sainte entre dans le Saint des Saints ". Il est évident que l’Église fait ici une allusion spéciale à la virginité, mais toute vie humaine, dans des mesures diverses, peut être une vie " présentée au Temple ", une vie sainte et pure avec Dieu. Le deuxième thème est la comparaison entre le Temple de pierre et le Temple vivant : " Le Temple très pur du Sauveur… est conduite aujourd’hui dans la maison du Seigneur, apportant avec elle la grâce de l’Esprit divin ". Marie, qui portera le Dieu-Homme dans son sein, est un temple plus sacré que le sanctuaire de Jérusalem ; il convenait que ces deux temples se rencontrassent, mais ici c’est le temple vivant qui sanctifie le temple bâti. La supériorité du temple vivant sur le temple de pierre est vraie d’une manière spéciale de Marie, parce qu’elle était l’instrument de l’Incarnation. Mais, d’une manière plus générale, cela est vrai de tout homme uni à Dieu : " Ne savez-vous que vous êtes le temple de Dieu ( 1 Co 3,16) ? … Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit ( 1 Co 6,19) ? ".

D’autres pensées, que les textes liturgiques n’expriment pas explicitement, nous sont cependant suggérées par cette fête. Si notre âme est un temple où Dieu veut demeurer, il convient que Marie y soit " présentée " : il faut que nous ouvrions notre âme à Marie, afin qu’elle vive dans ce temple, – notre temple personnel. D’autre part, puisque l’Église entière, puisque toute l’assemblée des fidèles est le corps du Christ et le Temple de Dieu, considérons la fête d’aujourd’hui comme la Présentation de Marie dans ce Temple, – la sainte Église universelle. Ce Temple qu’est l’Église catholique rend aujourd’hui hommage à ce Temple qu’est Marie.

NOTES

[9] D’après les évangiles apocryphes (le pseudo-Jacques, le pseudo-Matthieu, etc.), Marie aurait été amenée au temple par ses parents, à l’âge de trois ans, et elle y serait demeurée. La fête de la Présentation a d’abord été célébrée en Syrie (qui est justement le pays des apocryphes) vers le VIe siècle. Au VIIe ou VIIIe siècle, des poèmes liturgiques grecs étaient composés en l’honneur de la Présentation. Néanmoins le ménologe de Constantinople, au VIIe siècle, ne mentionne pas encore cette fête. Elle était cependant célébrée à Constantinople au XIe siècle. Les papes d’Avignon, au XIVe siècle, introduisirent la Présentation dans l’Occident latin. C’est en vain que le Pape Pie V, plus soucieux de vérité historique, la raya du bréviaire et du calendrier romains, au XVIe siècle. Le pape Sixte V, au même siècle, l’y remit.

Extrait du livre L'An de grâce du Seigneur,
signé « Un moine de l'Église d'Orient », 
Éditions AN-NOUR (Liban) ;
Éditions du Cerf, 1988.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com