Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 05:43

De ces considérations théologiques préliminaires d'un caractère général, nous pouvons passer maintenant à une étude concrète, par ordre historique, des plus importants documents symboliques de l'Eglise Orthodoxe Catholique.
 Nous essaierons en même temps de définir notre attitude envers ces textes suivant le programme du Préconcile qui propose de les disposer par ordre de leur degré d'autorité et leur caractère obligatoire (les textes faisant autorité, ceux ayant une autorité relative et ceux dont l'autorité est auxiliaire). Il va de soi que nous considérons uniquement les textes qui ne furent pas établis ni approuvés lors des sept Conciles Œcuméniques.
L'époque qui précéda les Conciles Œcuméniques nous a laissé le plus ancien monument dogmatique, le Symbole de saint Grégoire de Néocésarée que celui-ci composa vers 260-265. Incontestablement orthodoxe par son contenu quoiqu'exprimé plutôt dans des termes philosophiques propres à un disciple d'Origène, que dans des expressions bibliques propres aux Symboles de l'Eglise, le Symbole en question exprime davantage la foi personnelle de saint Grégoire le Thaumaturge que l'enseignement de l'église de Néocésarée. Il était bien connu des Pères du IVe siècle, en particulier de saint Athanase d'Alexandrie, et fut utilisé par eux dans leur polémique contre les ariens, car il exprimait clairement la foi dans l'incréé des Personnes de la Sainte Trinité. Néanmoins les Pères des Conciles Œcuméniques ne crurent pas nécessaire de se référer à ce Symbole dans les Actes conciliaires ni de l'inclure dans leurs décisions en le reconnaissant comme Symbole officiel de l'Eglise parallèlement à celui de Nicée-Constantinople.
On peut supposer que la raison en était son caractère personnel, mais surtout la conviction des pères que le Symbole de Nicée-Constantinople était et devait demeurer unique dans l'Eglise, immuable et ne pouvant être remplacé par nul texte, même si ce texte ne devait rien contenir de contraire à l'Orthodoxie. Telle doit être aussi, pensons-nous, notre attitude envers le Symbole de saint Grégoire le Thaumaturge quoi qu'en pense le métropolite Macaire Boulgakov qui lui confère la même autorité qu'aux confessions de foi des Conciles Œcuméniques. Nous devons beaucoup apprécier et aimer le Symbole de saint Grégoire - monument ancien et remarquable par son contenu et sa forme, exprimant sa foi et la nôtre ; mais nous ne devons pas lui attribuer la valeur d'une confession de foi possédant une autorité ecclésiale générale qu'il n'a jamais eue.
Pour la période même des Conciles Œcuméniques nous possédons deux monuments dogmatiques relativement anciens, inconnus toutefois de ces Conciles. L'attitude de l'Eglise Orthodoxe envers ces textes est comprise par beaucoup de façons différentes. Il s'agit du Symbole dit des Apôtres et de celui de saint Athanase d'Alexandrie. En ce qui concerne le premier, même s'il contient des éléments anciens remontant à la prédication apostolique (comme d'ailleurs tous les symboles anciens) il n'est en réalité qu'une modification tardive du symbole baptismal de l'église de Rome des IIIe-Ve siècles. A l'origine sa langue était le latin. Son texte actuel, formé au plus tôt aux VIe-VIIe siècles, en Occident, demeura tout à fait inconnu à l'Orient orthodoxe quoiqu'il ait été traduit en grec ultérieurement. Il a toujours été un symbole local, particulier, surtout baptismal et jamais les représentants de l'Occident n'avaient tenté de le citer ou de s'y référer aux Conciles Œcuméniques. Ce fut au pseudo-concile de Ferrare-Florence en 1439-1440 que pour la première fois les latins tentèrent de s'appuyer sur ce texte pour esquiver la question du Filioque (Comme on le sait, l'article concernant. l'Esprit Saint dans le Symbole des Apôtres se borne aux paroles : Credo in Spiritum Sanctum, sans rien dire sur Sa procession). Ils se heurtèrent à la résistance de saint Marc d'Ephèse qui déclara que ce symbole était inconnu à l'Eglise. En ce qui concerne le symbole dit de saint Athanase connu également par les premières paroles de son texte original latin : Quicumque vult , le lieu et le moment de son apparition sont, sans doute, toujours discutés par les historiens de l'Eglise ; cependant il ne saurait certainement être question de son appartenance à saint Athanase. Tout est contre une telle attribution : le texte latin original, le fait que ce symbole était inconnu en Orient, que sa terminologie n'est pas athanasienne, que l'expression classique d'Athanase όμοούσιος ne s'y trouve pas, que sa christologie est plus tardive, qu'il n'y a aucune référence à ce symbole dans les œuvres d'Athanase et, enfin, le fait que lui-même était un adversaire résolu de la composition de tout symbole autre que celui de Nicée. Il ne se serait pas contredit lui-même en composant son propre symbole. Ce qu'il y a de plus probable, c'est que le symbole pseudo-athanasien a été composé en latin aux VIe-VIIe siècles en Gaule méridionale ; son texte définitif ne fut établi que vers le IXe siècle. L'enseignement sur la Sainte Trinité y est exposé dans l'esprit de saint Augustin avec le primat de la nature sur les Hypostases qui lui est propre : 1-e « Commencement » n'y est pas le Père, comme dans le Symbole de Nicée et les autres symboles anciens, selon la théologie de tous les Pères grecs, mais le Dieu un dans la Trinité, la « monarchie » du Père, Source et Cause unique, y étant manifestement diminuée. Toute cette théologie typiquement augustinienne donna naissance au Filioque pour aboutir ensuite chez Thomas d'Aquin à l'identification entre l'essence et l'énergie dans la Divinité. En effet, le texte latin du symbole pseudo-athanasien qui existe actuellement contient l'enseignement sur la procession de l'Esprit Saint du Père et du Fils, quoique sans employer l'expression Filioque : Spiritus Sanctus a Pâtre et Filio... procedens. Ce Symbole, mentionné pour la première fois en Occident en 660 au Concile d'Autun, finit par y être d'un emploi général vers le IXe siècle. Il demeura toutefois complètement inconnu à l'Orient orthodoxe. Pour la première fois on l'y rencontre aux IXe-XIe siècles, lorsque les latins s'appuyèrent sur ce texte dans leurs discussions avec les grecs orthodoxes au sujet du Filioque. Ceci eut lieu dans la discussion bien connue entre les moines grecs et les bénédictins latins à propos du Filioque au Mont des Oliviers en 807-808 et à Constantinople en 1054 au temps du cardinal Humbert. Ce furent aussi les latins qui traduisirent au XIIIe siècle le Symbole pseudo-athanasien en langue grecque à des fins polémiques. D'autres traductions grecques apparurent d'ailleurs peu après, faites par des orthodoxes et d'où les paroles et Filio étaient exclues.
 Ainsi « corrigé » ce symbole connu une certaine diffusion et autorité dans la théologie orthodoxe. Sa traduction slavone (sans et Filio, bien entendu !) fut même introduite, depuis l'époque de Syméon de Polotsk, dans le texte imprimé du Psautier liturgique (Slédovannaya Psaltir) et le texte grec, à la fin du XIXe siècle dans l'Horologion (ώρολόγιον) grec. Les toutes dernières éditions de celui-ci ne le contiennent d'ailleurs plus. L'opinion suivante, exprimée par le métropolite Macaire, illustre l'importance qu'avait le symbole pseudo-athanasien dans la théologie russe du XIXe siècle : « Vers cette même époque apparut un symbole appelé Symbole d'Athanase... Quoi qu'il n'ait pas été composé lors des Conciles Œcuméniques, il était adopté et respecté par toute l'Eglise». Un peu plus loin il recommande, parallèlement au Symbole de Nicée-Constantinople et aux confessions de foi des Conciles Œcuméniques le Symbole « connu sous le nom de saint Athanase d'Alexandrie, accepté et respecté par toute l'Eglise », en tant que fondement sûr de la théologie. Cette affirmation est inexacte matériellement : L'Eglise Orthodoxe Catholique n'a jamais nulle part exprimé son jugement sur le symbole pseudo-athanasien, ni accepté celui-ci. Le professeur J. Karmiris exprime son attitude envers ce symbole, de même qu'envers celui qu'on appelle « des Apôtres », avec plus de circonspection. Sans défendre leur authenticité et tout en reconnaissant entièrement leur origine occidentale, il considère utile cependant de reconnaître officiellement les deux symboles, sinon à l'égal de celui de Nicé-Constantinople, du moins comme des documents dogmatiques anciens et vénérés, ne contenant rien de contradictoire à la foi orthodoxe (une fois le et Filio exclu, évidemment). Une telle reconnaissance de ces documents ne serait-ce qu'en qualité de sources secondaires de la doctrine de la foi, aurait, selon le professeur Karmiris, une signification positive œcuménique à notre époque, précisément en raison de leur provenance occidentale.
Il est difficile, toutefois, d'accepter l'utilité et le bien fondé d'une telle reconnaissance. En effet, le Symbole dit « des Apôtres », sans contenir d'éléments contraires à la foi, est manifestement insuffisant pour être reconnu comme un symbole officiel de l'Eglise. Sa reconnaissance, même partielle, nuirait au caractère unique et immuable du Symbole de Nicée-Constantinople, seul fondement de tous pourparlers œcuméniques. L'Eglise ne rejette pas le symbole « des Apôtres ». Ainsi que l'a bien dit saint Marc d'Ephèse, elle ne le connaît simplement pas. Il n'y a aucune raison de modifier cette attitude. Ceci d'autant plus que de nos jours également, il existe une tendance à l'utiliser pour esquiver la question du Filio que (parmi les anglicans surtout où le symbole «apostolique» jouit d'une assez grande popularité). Il serait encore plus erronné de conférer par quelqu'acte ecclésial une importance officielle et générale au symbole pseudo-athanasien. Il est vrai qu'en éliminant et Filio (qui peut-être d'ailleurs ne figurait pas dans le texte original), ainsi que l'ont fait ses traducteurs grecs et slaves, on n'y trouverait plus rien qui contredise directement la foi orthodoxe. Sa partie christologique exprime même bien et avec exactitude l'enseignement orthodoxe post-chalcédonien. Toutefois, sa triadologie est marquée de caractères augustiniens qui, par la suite, devaient donner naissance à une série d'erreurs. C'est pourquoi le symbole pseudo-athanasien ne saurait aucunement être proclamé comme un modèle et une source de l'enseignement orthodoxe, ne serait-ce que secondaire. Il est donc souhaitable que ce symbole ne soit plus inclus dans les livres liturgiques russes, où il fut introduit sans aucune décision ecclésiastique à l'époque où les influences latines étaient très importantes. Nous devrions suivre l'exemple de nos frères grecs qui ont cessé d'inclure ce texte dans leur Horologion.

Partager cet article
Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com