Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 05:09


Dans la version francophone du « je crois en Dieu » de Nicée-Constantinople, datant de 1967 l’Église romaine proclame que le Christ est « de même nature que le Père », alors que le terme exact du credo original en grec est « homoousios » tel qu'il a été défini à Nicée en 325 et qui doit se traduire en français par « consubstantiel ou de même substance ».
 

 
Concile de Nicée
L'argument donné par les traducteurs romains est que la notion de « substance » ne « dit plus rien » à nos contemporains.
Avant d'expliquer pourquoi il est important de garder le terme de « consubstantiel », on peut souligner que le terme de « nature » n'est pas beaucoup plus évident pour nos contemporains. De plus lorsqu'on ne comprend pas un terme de la foi, n'est-ce pas l'occasion de chercher des explications auprès de ses pasteurs, auprès de la Tradition, même si aucun mot ne saurait saisir Dieu. Pourtant les Pères des conciles œcuméniques se sont approchés le plus possible et le mieux de ce qu'il était possible de dire. C'est donc un devoir de garder le symbole de la foi tel qu'il a été défini par les conciles œcuméniques sans ajout ni retrait.

Les Pères de Nicée
 

Consubstantiel ou de même nature ?
« Consubstantiel » ne veut pas dire « connaturel ».
On dit que trois hommes sont de « même nature » parce qu’ils sont de la nature humaine, qu'ils sont tous les trois humains.
La nature c'est l'ensemble des caractéristiques d'un être. La substance c'est ce qui est apte à exister en soi, c'est se qui se tient en dessous (qui soutient), à l'intérieur, c'est l'être même. Dans l'exemple que nous donnons ici, les trois hommes ont la même nature (la nature humaine), ils ont donc les mêmes caractéristiques d'un humain, (ils parlent, marchent sur leurs deux pieds etc...) mais pas la « même substance ». Ils ont chacun une substance distincte précisément parce qu'ils sont trois individus distincts. (Pierre n'est pas Jacques, ni Jean).

 Concile de Constantinople
En Dieu : le Père, le Fils mais aussi le Saint Esprit ont la même substance, c'est à dire qu'ils sont Dieu. Ils ne sont pas trois dieux, mais Un seul Dieu en trois hypostases. Ils sont donc Un seul et même Dieu car ils sont de « même substance », contrairement à 3 hommes qui sont 3 substances distinctes. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont aussi de « même nature », c'est à dire qu'ils ont les caractéristiques de la nature divine (la Toute-Puissance, l'éternité etc...) Si on est de « même substance », on est aussi de « même nature », mais le contraire n'est pas forcement vrai, on peut être de « même nature » et de substance différente, (comme dans notre exemple des 3 hommes).

De ce fait, dire que le Fils est de « même nature » que le Père est vrai, mais ce n'est pas suffisant car encore une fois on peut être de « même nature » mais de substance différente, alors que lorsqu'on est de « même substance », on est forcement de « même nature ». Jésus Christ est de nature divine et de nature humaine, mais Jésus-Christ est aussi de même substance que le Père et que le Saint-Esprit.

 
St Athanase adversaire de l'arianisme
Si les Pères des premiers conciles œcuméniques ont choisis le terme "homoousios", c'était pour lutter contre l'arianisme qui niait la divinité du Christ. En introduisant le terme de « même nature » dans le credo on a amoindri la réalité du Christ, on fait du Christ moins que ce qu'il est, c'est à dire qu'on laisse entendre (même involontairement) qu'il peut ne pas être de « même substance », mais seulement de « même nature » et donc qu'il peut ne pas être Dieu. On peut donc parler de semi-arianisme.

Par un moine orthodoxe de Nîmes.

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com