Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 00:07

Moïse (latin Moyses, hébreu משה Moché, arabe العربية Moussa) est, selon la tradition, le fondateur de la religion juive — le judaïsme, qui s'appelle parfois, pour cette raison mosaïsme, c’est-à-dire la religion de Moïse.

Pour le monothéisme juif et chrétien, Moïse est à la fois l’auteur et le principal personnage de la Bible hébraïque (son rôle prophétique est reconnu aussi dans l’islam, religion dans laquelle Moïse est élevé au rang de prophète majeur). On lui attribue d’avoir, sous l’inspiration divine, écrit le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, le Livre des Nombres et le Deutéronome) et d’y avoir raconté sa propre histoire, celle des patriarches ses ancêtres, et celle du peuple d’Israël. Il est le prophète et le guide qui conduit les enfants d’Israël hors d’Égypte, pays dans lequel ils étaient réduits en esclavage, et c’est par sa main que les « prodiges divins » (les dix plaies d’Égypte) se seraient réalisés pour permettre la libération du peuple et le conduire vers le pays de Canaan. Il écrit sous la dictée de Dieu les dix commandements et tout un ensemble de lois religieuses, sociales et alimentaires, la Torah écrite, dont le commentaire, initialement non écrit, également inspiré par Dieu, véhiculé sous forme de tradition orale, constitue, selon le judaïsme rabbinique, la Torah orale.

Moïse, fils d’Amram, premier homme à être nommé homme de Dieu dans la Bible, et seul à l’être dans la Torah, est également cité dans le Coran sous le nom de Moussa comme prophète et messager d’Allah. La sourate 3 du Coran est intitulée La famille d’Imram.

Les archéologues, philologues et autres scientifiques spécialistes de la Bible et des lieux bibliques considèrent, dans leur très grande majorité, depuis la fin du XXe siècle qu’il s’agit d’un personnage légendaire[1]. Le texte aurait été mis par écrit au cours du VIe siècle av. J.-C. lorsque la communauté juive était exilée à Babylone et est probablement fondé sur de plus anciens écrits sumériens comme celui du roi Sargon sauvé des eaux (voir Données archéologiques sur l'Exode et Moïse).

Jusqu’au XVIe siècle les traditions juive et chrétienne ont attribué à Moïse la rédaction de la Bible. À partir du XVIIe siècle cette conception a été mise en cause, entre autres par Spinoza selon qui la Bible avait été rédigée plus tard, au Ve siècle av. J.-C. par Ezra le scribe, au retour des Juifs de l’exil de Babylone. C’est à cette époque qu’est née l’école de la critique biblique, appelée aujourd’hui hypothèse documentaire, étudiant la Bible comme un objet scientifique. Cependant Spinoza ne niait pas l’historicité de Moïse.

La suite de cet article expose la vie de Moïse telle que décrite dans la Bible.

 

Mo-se-Rome-Basilique-de-Michel-Ange.jpgSculpture de Moïse par Michel-Ange.

Récit biblique

La vie de Moïse décrite dans la Bible se découpe en trois parties de quarante ans :

  • « Sauveur des eaux »[2], puis adopté par Bithiah, la fille de Pharaon, il découvre la misère de son peuple d’origine et tue un contremaître égyptien qui battait un Hébreu. Il n’a d’autre choix que de s’enfuir dans le désert.
  • Moïse prête main-forte aux filles du prêtre de Madian, Jéthro (ou Yitro). Il se marie avec l’une d’elles, Tsippora (Séphora), et mène une vie de berger, « faisant paître ses moutons loin dans le désert ».
  • À l'âge de 80 ans, Dieu se révèle à lui et lui dévoile sa mission : « L’ange de l’Éternel lui apparut au milieu d’un buisson alors qu’il faisait paître les moutons de son beau-père. » Il conduit alors les « Enfants d’Israël » hors d’Égypte, jusqu’à la « Terre promise », le pays de Canaan, sur le seuil duquel il meurt, à 120 ans, selon la tradition, le 7 adar de l’an 2488 de la Création du Monde (1272 avant l’ère chrétienne).

Jeunesse de Moïse

 

Mo-se-par-Sebastien-Bourdon.jpgMoïse sauvé des eaux, peint par Sébastien Bourdon (vers 1650).

 

Mo-se-par-Rosso-Fiorentino.jpgMoïse défend les filles de Jethro, par Rosso Fiorentino.

Les parents de Moïse, Amram et Jocabed (hébreu Yokheved), sont tous deux issus de la maison de Lévi (qui sera consacrée plus tard au service de Dieu après l’épisode du veau d'or). Amram est le fils de Kehat et le petit-fils de Lévi. Ils sont de la première génération des Hébreux qui naissent en Égypte. Moïse est donc de la deuxième génération qui verra le jour en Égypte. C’est au cours de cette génération que Pharaon donne l’ordre à son peuple d'éliminer les nouveau-nés mâles et de ne laisser vivre que les filles. Après l’avoir caché pendant trois mois, Yokheved le met dans un panier d’osier enduit de poix et le confie aux eaux du Nil.

« Quand l’enfant eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon qui le traita comme un fils et lui donna le nom de Moïse (משה, MSH, Moshé), car, disait-elle, des eaux je l’ai sauvé  » (MSYTHW, Mechitihou). (Exode, 2, 10.) Au-delà de cette étymologie traditionnelle, on fait remarquer que le hiéroglyphe ms signifie « engendré », « issu de », « né de », à comparer avec Ramsès («  l’a engendré ») et Thoutmôsis (« né de Thot ») ou encore Hermès « issu de la lumière ». Ainsi on pourrait traduire tout aussi bien Moïse par « Celui qui est né des eaux », ce qui constitue une élégante métaphore pour désigner « l’initié », dont on sait qu’il doit mourir pour renaître.

Après sa naissance, sa mère cache l’enfant durant trois mois puis l’abandonne dans une corbeille sur le Nil, près de la rive. La fille du pharaon (Bithiah — hébreu Batya — dans le midrash), qui se baignait avec des courtisanes, trouve l’enfant et décide de l’adopter (inspirée dans ce geste par l’ange Gabriel, selon le midrash), bien que soupçonnant immédiatement que l’enfant était hébreu.

Elle demande alors à une jeune fille qui observe la scène de lui trouver une nourrice parmi les Hébreux pour l’élever. Cette jeune fille, Myriam, qui n’est autre que la sœur aînée de Moïse, lui présente sa mère.

Un célèbre midrash raconte qu’un jour Moïse jouant sur les genoux du pharaon lui dérobe sa couronne. Y voyant un mauvais présage, les mages du monarque suggèrent à celui-ci la mise à mort immédiate de l'enfant. Cependant, Jéthro, prêtre de Madian, propose de mettre à l'épreuve ce qui n’était peut-être que jeu d’enfant, et fait placer Moïse devant un plateau de diamants et de braises ardentes. Moïse se précipite vers le plateau de diamants, mais trébuche (suite à l’intervention de Gabriel ?) vers les braises ardentes. Dans sa frayeur, il porte ses doigts à la bouche et se brûle la langue et les lèvres. C’est de là que vient le bégaiement de Moïse.

Devenu adulte, Moïse se rend compte des difficiles conditions de vie de ses frères de sang. Voyant un Égyptien frapper un Hébreu, il s’assure qu’il est seul puis tue l’Égyptien et l’enterre. (Exode 2, 12.)

Les jours suivants, constatant que l’affaire s’était ébruitée, il s’enfuit d’Égypte vers le pays de Madian. Parvenu à un puits, il défend des bergères de Madian contre d’autres bergers. Celles-ci lui offrent l’hospitalité en remerciement. Moïse se retrouve donc à Madian, où le prêtre, Jethro (יתרו), aussi appelé Réuel (רעואל), lui donne sa fille Séphora (צפורה) en mariage.

L’appel de Dieu (Exode 3)

 

Mo-se-au-Buisson-ardent.jpgMoïse et le buisson ardent, par Dirk Bouts.

Alors qu'il est réfugié en Madian et qu’il garde les troupeaux de son beau-père, Moïse vit une expérience particulière, que la Bible décrit comme une vocation : Dieu l’appelle de l’intérieur d’un buisson qui brûle sans se consumer, ce qui avait attiré son attention.

  • Sa mission consistera à libérer le peuple hébreu de l’esclavage qu’il subit en Égypte.
  • Pour l’accréditer auprès des Hébreux, Dieu se révèle à lui sous son nom, en continuité avec la tradition de ses pères, Abraham, Isaac et Jacob. Ce nom semble bien être le tétragramme (YHWH), interprété dans le contexte par une formule qui semble vouloir l’expliquer : Je suis celui que je suis, ce qui peut signifier qu'Il refuse de se nommer, ou que son nom est justement de l’ordre de l'Être suprême, insaisissable et indéterminable, toujours présent et fidèle à son peuple. Dans la tradition juive, on refuse de prononcer ce nom, par respect. Dans la traduction grecque de ce passage, les termes employés ouvrent la porte à une interprétation d’ordre métaphysique : Je suis l’étant". Au regard du contexte, le minimum que l'on puisse retenir est que Celui qui se révèle est à la fois l'Insaisissable et le Fidèle par excellence.
  • Moïse commence par s’excuser de sa mission, prévoyant les difficultés d’avoir à affronter Pharaon. Il reçoit alors des moyens et un signe qui ne le dispenseront pas de marcher dans la foi à travers les difficultés : des moyens d’ordre surnaturel, qui seront déployés dans la série des plaies d’Égypte (voir ci-après), mais aussi d’ordre naturel, comme l’aide de son frère Aaron ; un signe futur consistant dans l’annonce de son retour sur ce même lieu avec le peuple.

Après cet événement, Moïse abandonne sa situation de berger et retourne en Égypte.

Les dix plaies d’Égypte

Moïse et son frère Aaron tentent de persuader Pharaon de laisser les Hébreux quitter l’Égypte en le menaçant de terribles fléaux qui chaque fois se réalisent. Pharaon ne cède qu’après la dixième plaie. (Exode, chapitres 7 à 12.)

  1. Les eaux du Nil deviennent sang ;
  2. Les grenouilles envahissent l’Égypte ;
  3. Les mouches et les moustiques attaquent la population ;
  4. Les vermines apparaissent ;
  5. Une épidémie de peste attaque le bétail ;
  6. Les habitants attrapent des furoncles (lèpre) ;
  7. La grêle détruit les récoltes ;
  8. Les sauterelles dévorent la végétation ;
  9. Les ténèbres règnent pendant trois jours ;
  10. Les premiers-nés (hommes et animaux) égyptiens meurent durant la nuit.

L’exode dans le désert

Les-Tables-de-la-Loi.jpgMoïse brisant les Tables de la Loi, par Rembrandt.

Après sa sortie d’Égypte, Dieu fit traverser au peuple la mer Rouge qui se referma ensuite sur l’armée égyptienne qui tentait de les rattraper, puis il le conduisit au pied du mont Sinaï, où Moïse monte recevoir les dix commandements, les Tables de la Loi. Lorsque Moïse descendit du mont Sinaï, il vit les Hébreux, sous la conduite de son frère Aaron, adorer un veau d’or (l’adoration d’une idole était interdit par le troisième commandement). Il fut prit d'une colère si grande qu’il fracassa les Tables de la Loi sur un rocher. Moïse dut alors retourner au sommet du mont Sinaï afin de regraver les tables.

Au fil de miracles, Dieu affermit l’autorité de Moïse sur le peuple, prouvant ainsi qu’il était bien son envoyé. Pourtant le peuple n’a de cesse de murmurer contre Moïse et contre Dieu répétant qu’au moins en Égypte il vivait mieux. Ensuite, le peuple arrive devant la Terre promise et Moïse envoie douze espions pour reconnaître le pays. Dix d’entre eux découragent le peuple d’attaquer le pays malgré le soutien de l’Éternel. Dieu se fâche et décide de les faire marcher dans le désert encore quarante années, afin qu’aucun de ceux qui étaient sortis d’Égypte n’entre dans la Terre promise hormis Josué et Caleb, les deux espions favorables à la conquête[3].

Mort de Moïse

Selon Nombres, 20, 7-13, Moïse, ayant, pour abreuver le peuple hébreu, frappé de son bâton[4] par deux fois le rocher de Meriba — au lieu d’avoir parlé au rocher —, n’est pas autorisé à entrer en Terre promise. Il est toutefois autorisé à l’embrasser du regard, du haut du mont Nébo où il meurt, à 120 ans (Deutéronome, 34, 1-9). Avant de mourir, il nomme Josué comme successeur pour conquérir la Terre promise.

Autres récits

Selon la révélation d’Arès (Évangile donné à Arès 2/8), Moïse (Moché) a été enterré à Rabba ; il s'agit vraisemblablement de Rabbat ben-Ammon, aujourd'hui Amman, capitale de la Jordanie.

Lors de la Transfiguration (Nouveau Testament)

Lors de la Transfiguration du Christ, Moïse et Élie paraissent à ses côtés, aux yeux des apôtres Pierre, Jacques et Jean. Cet épisode figure dans les trois évangiles synoptiques, Matthieu, Marc et Luc.

Dans l’islam

Article détaillé : Moussa.

Moïse est appelé Moussa (arabe : موسى) dans le Coran. Il y est un prophète majeur, l’un de ceux qui ont reçu de Dieu un Livre. L’histoire de Moïse est plusieurs fois racontée dans le Coran.

Partager cet article

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe - dans Catéchèse historique

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire en cliquant sur :