Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2022 3 06 /04 /avril /2022 23:08
Jeudi de Carême dans le temps liturgique occidental

 

Saint du jour : Saint Gibert, abbé de Luxeuil, martyr avec ses compagnons (888)

Ouverture

O Dieu, viens à mon aide !

Seigneur, hâte-toi de me secourir !

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

Comme il était au commencement et maintenant et toujours

et aux siècles des siècles. Amen !

Méditation

« La vraie liberté est d’être libéré des passions et des vices. Celui qui n’est pas libéré des passions et des vices n’est pas libre, c’est un révolté, esclave de sa propre révolte.»

saint Evêque Jean de Saint Denis (1905-1970)

L'Ecclésiaste

Chapitre 12 : Conclusion

Il faut encore ajouter ceci : Le Sage n'a pas seulement été un sage, mais de plus, il a enseigné aux gens ce qu'il savait. Il a réfléchi sur beaucoup de proverbes, il les a examinés et corrigés. Le Sage s'est appliqué à trouver des paroles agréables et il a écrit honnêtement ce qui est vrai. Les paroles des sages sont comme des bâtons pointus qui font avancer les animaux. Ceux qui écrivent des livres sont comme des piquets bien plantés. Tout est donné par Dieu qui est le seul berger. Mon fils, évite d'y ajouter quelque chose. Écrire des livres est un travail sans fin, et étudier beaucoup est très fatigant. Voici la conclusion de tout ce qui a été dit : respecte Dieu et obéis à ses commandements. Oui, voilà ce que tous les êtres humains doivent faire. En effet, Dieu jugera tout ce que nous avons fait, même nos actions cachées, bonnes ou mauvaises.

Psaume 119

(XXII TAW)

Que mon cri parvienne jusqu’à Toi, Seigneur, donne-moi l’intelligence selon ta promesse. Que ma plainte parvienne en ta présence, mon Dieu, délivre-moi selon ta promesse.

Que mes lèvres publient ta louange, car Tu m’enseignes la vérité.

Que ma langue chante ta parole, car tous tes commandements sont équitables.

Etends ta main pour me sauver : j’ai choisi tes commandements.

Je soupire après ton salut, Seigneur, et ta loi fait mes délices.

Mon âme vivra, Seigneur, pour Te louer, et tes jugements me soutiendront.

Je m’égare comme la brebis perdue, viens à la recherche de ton serviteur.LECTURES

Ancien Testament : Exode 10, 1 à 29

Le SEIGNEUR dit à Moïse : « Va chez le roi d'Égypte. C'est moi qui ai fermé le cœur du roi et des gens qui l'entourent. Alors j'ai pu faire des choses extraordinaires au milieu d'eux. Ainsi, tu pourras raconter à tes enfants et aux enfants de leurs enfants ce que j'ai fait aux Égyptiens, les actions extraordinaires que j'ai accomplies dans leur pays. De cette façon, vous saurez que le SEIGNEUR, c'est moi. » Moïse et Aaron vont trouver le roi d'Égypte et ils lui disent : « Voici ce que le SEIGNEUR, le Dieu des Hébreux, te demande : “Est-ce que tu vas refuser encore longtemps de m'obéir ? Laisse partir mon peuple pour qu'il me serve. Si tu refuses toujours de le laisser partir, demain, je ferai venir les sauterelles dans ton pays. Elles couvriront complètement le sol, et on ne le verra plus. Les sauterelles mangeront le reste des cultures que la grêle n'a pas détruites. Elles ne laisseront rien sur vos arbres qui poussent dans les champs. Elles rempliront tes palais, les maisons des gens qui t'entourent et celles de tous les Égyptiens. Ce sera un très grand malheur. On n'a jamais vu un malheur aussi grand depuis le temps de vos ancêtres jusqu'à ce jour.” » Moïse quitte le roi et il sort du palais. Les gens qui entourent le roi lui disent : « Cet homme va causer notre malheur jusqu'à quand ? Laisse donc partir les Israélites pour qu'ils servent le SEIGNEUR leur Dieu. L'Égypte va à sa perte, tu ne sais donc pas cela ? » On fait revenir Moïse et Aaron près du roi d'Égypte. Celui-ci leur dit: «Vous pouvez aller servir le SEIGNEUR votre Dieu. Mais qui va partir ? » Moïse répond : « Nous partirons tous, enfants et vieillards, hommes et femmes, avec nos moutons, nos chèvres et nos bœufs. En effet, nous devons faire une fête en l'honneur du SEIGNEUR. » Le roi d'Égypte leur répond : « Eh bien, qu'il veille sur vous, votre SEIGNEUR ! Vous croyez peut-être que je vais vous laisser partir avec vos familles ! Vous avez de mauvaises intentions. Cela ne se passera pas ainsi ! Seuls les hommes iront servir le SEIGNEUR, puisque c'est ce que vous voulez. » Et on les chasse de chez le roi. Alors le SEIGNEUR dit à Moïse : « Étends ton bras sur l'Égypte pour faire venir les sauterelles. Qu'elles couvrent le pays et mangent toutes les plantes que la grêle a laissées. » Moïse étend son bâton sur l'Égypte, et le SEIGNEUR envoie un vent d'est sur tout le pays, pendant toute la journée et toute la nuit. Le matin suivant, le vent amène les sauterelles. Elles couvrent toute l'Égypte et se posent partout. Elles sont très nombreuses. On n'en a jamais vu autant et on n'en verra jamais autant plus tard. Elles couvrent le pays entier, et on ne voit plus le sol. Elles mangent toute l'herbe et tous les fruits des arbres que la grêle a laissés. Il ne reste aucune feuille sur les arbres et aucune plante dans les champs. Le roi d'Égypte appelle rapidement Moïse et Aaron et il leur dit : « J'ai commis une faute contre le SEIGNEUR votre Dieu et contre vous-mêmes. Maintenant, pardonnez-moi ma faute, cette fois-ci encore. Priez le SEIGNEUR votre Dieu pour qu'il éloigne de moi ce terrible malheur. » Moïse quitte le roi et il prie le SEIGNEUR. Alors le SEIGNEUR fait souffler un vent d'ouest très fort. Ce vent emporte les sauterelles et il les repousse vers la mer des Roseaux. Il ne reste plus une seule sauterelle dans toute l'Égypte. Pourtant, le SEIGNEUR ferme le cœur du roi d'Égypte, et le roi ne laisse pas partir les Israélites. Le SEIGNEUR dit à Moïse : « Lève ton bras vers le ciel. Que la nuit couvre l'Égypte, une nuit si épaisse qu'on pourra la toucher. » Moïse lève son bras vers le ciel, et, pendant trois jours, il fait nuit noire dans toute l'Égypte. Pendant trois jours, les Égyptiens ne se voient plus les uns les autres, et tout le monde reste chez soi. Dans la région où les Israélites habitent, au contraire, il fait jour. Le roi d'Égypte appelle Moïse et lui dit : « Vous pouvez aller servir le SEIGNEUR. Vos enfants peuvent aller avec vous, mais vos moutons, vos chèvres et vos bœufs doivent rester ici. » Moïse répond : « Sûrement pas ! Tu nous donneras toi-même les animaux que nous offrirons au SEIGNEUR notre Dieu en sacrifices de communion et en sacrifices complets. De plus, nous emmènerons nos troupeaux. Aucun animal ne restera ici. Nous devrons prendre plusieurs de ces animaux pour les offrir au SEIGNEUR notre Dieu. Mais avant d'arriver là-bas, nous ne savons pas lesquels nous devons offrir. » Pourtant, le SEIGNEUR ferme le cœur du roi d'Égypte. Celui-ci ne veut pas laisser partir les Israélites. Il dit à Moïse : « Va-t'en ! Attention, ne reviens plus te présenter devant moi ! Si tu te présentes encore devant moi, tu mourras ! » Moïse répond : « En effet, comme tu le dis, je ne me présenterai plus devant toi. »

Ancien Testament : Daniel 3, 24 à 25 & 34 à 45

Soudain, le roi Nabucodonosor se lève. Il est très étonné et il demande à ses ministres : « Est-ce que nous n'avons pas jeté dans la fournaise trois hommes attachés ? » Les ministres répondent : « Mais si, notre roi. » Le roi leur dit : « Pourtant, je vois quatre hommes non attachés qui marchent au milieu du feu. Ils n'ont aucune blessure, et le quatrième ressemble à un être du ciel. » Azarya, debout, pria ainsi, et, ouvrant la bouche au milieu du feu, il dit : « Ne nous livre pas jusqu'au bout, à cause de ton Nom ! Ne répudie pas ton alliance et ne nous retire pas ta miséricorde, à cause d'Abraham ton ami, d'Isaac ton serviteur et d'Israël ton saint, eux à qui tu parlas en disant que tu multiplierais leur descendance comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est au bord de la mer. Car, ô Maître ! nous sommes devenus le plus petit de tous les peuples, et nous sommes humiliés aujourd'hui sur toute la terre à cause de nos péchés. Il n'y a plus en ce temps-ci ni prince, ni prophète, ni chef, ni holocauste, ni sacrifice, ni oblation, ni encensement, ni lieu pour présenter les prémices devant toi et trouver grâce. Puissions-nous néanmoins, avec une âme brisée et un esprit humilié, être agréés comme avec un holocauste de béliers et de taureaux ; et comme avec des myriades d'agneaux gras, qu'ainsi notre sacrifice soit aujourd'hui en ta présence ; et puissions- nous continuer à te suivre, car il n'est point de honte pour ceux qui se confient en toi ! Et maintenant, nous te suivons de tout notre cœur, nous te craignons et nous cherchons ta face. Ne nous déshonore pas, mais agis envers nous selon ton indulgence et selon l'abondance de ta miséricorde ! Délivre-nous selon tes œuvres merveilleuses, et donne gloire à ton Nom, Seigneur! Qu'ils soient confondus, tous ceux qui projettent du mal contre tes serviteurs ! Qu'ils soient déshonorés et privés de toute domination, et que leur force soit brisée ! Qu'ils sachent que tu es l'unique Seigneur Dieu, glorieux sur toute la terre ! »

Evangile selon Saint Luc 7, 36 à 50

Or un pharisien L’avait invité à manger avec lui. Il entra dans la maison du pharisien et se mit à table. Et voici que survint une femme qui était connue comme pécheresse dans la cité ; ayant appris qu’il était à table dans la maison du pharisien, elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant du parfum ; s’étant placée derrière Lui, près de ses pieds, en pleurant, elle baignait ses pieds de ses larmes et les essuyait avec les cheveux de sa tête, les couvrant de baisers et répandant sur eux le parfum. Le pharisien qui L’avait invité, voyant cela, se dit en lui-même : “Si cet homme était un prophète, il devrait savoir qui est cette femme qui Le touche, et que c’est une pécheresse”. Jésus, prenant la parole, lui dit : “Simon, j’ai quelque chose à te dire !” Et il dit : “Parle, Maître !” “Un usurier avait deux débiteurs, l’un lui devait cinq cents deniers, et l’autre cinquante. Comme ils n’avaient pas de quoi rembourser, il leur fit grâce de leur dette à tous les deux. Lequel des deux l’aimera donc le plus ?” Simon répondit en disant : “Je suppose que c’est celui à qui il a fait grâce de la plus grande dette !” Jésus lui dit : “Tu as bien jugé !” Puis se tournant vers la femme,

Il dit à Simon : “Regarde cette femme ! Je suis entré dans ta maison et tu ne m’as pas donné d’eau pour mes pieds. Mais elle a baigné mes pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas donné de baiser, mais elle, depuis qu’elle est entrée, elle n’a pas cessé de couvrir mes pieds de baisers. Tu n’as pas répandu d’huile sur ma tête, mais elle a répandu du parfum sur mes pieds. C’est pourquoi, je te le déclare : ses nombreux péchés lui sont pardonnés, parce qu’elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui l’on remet peu aime peu”. Il dit à la femme : “Tes péchés te sont remis”. Et les convives se dirent en eux-mêmes : “Qui est cet homme, qui va jusqu’à remettre les péchés ?” Mais s’adressant à la femme, Il lui dit : “Ta foi t’a sauvée, va en paix”.

Immolatio de Carême

Il est véritablement digne et juste, équitable et salutaire, de Te rendre grâce en tous temps et en tous lieux, Seigneur Saint, Père tout-puissant, Dieu éternel, dominateur incomparable de l’univers, guide bienveillant de ta créature, Ami de l'homme, par ton Fils notre Seigneur qui laisse Marthe Le servir avec empressement et Marie aimante Lui laver les pieds, qui ressuscite son ami Lazare. Tout autour de Lui est amour, sa demeure est l’amour. Accorde, nous T’en supplions, à ton peuple saisi par ta charité, d’être un comme Tu es Un avec le Fils et l’Esprit dans ton amour ineffable. Que nos larmes de pénitence Te rappellent les larmes de la pécheresse qui a beaucoup aimé, que nos prières, mélange de plantes sacrées, montent comme un parfum agréable aux pieds de ta Gloire, s’harmonisant aux cantiques purs de tes Anges, qui Te disent : Saint, Saint, Saint...

Intention de prière

Aie pitié de moi, Seigneur, selon ta grande miséricorde,

Kyrie eleison !

Dieu tout puissant, tu créas toutes choses par ta sagesse, accorde-moi dans ta bonté de fouler les têtes des dragons invisibles. Amen !

Prière à la Mère de Dieu

Salut, o Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, notre espérance !

Enfants d’Eve exilés, nous crions vers toi !

Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. O toi, notre avocate, tourne vers nous tes regards miséricordieux.

Et Jésus le fruit béni de tes entrailles, montre-le nous après cet exil.

O clémente, o très bonne, o très douce Vierge Marie !

Clôture

Que le Seigneur Jésus Christ nous bénisse ! Rendons gloire à Dieu, notre Père pour toujours ! Amen.

 

Création et conception : Liliana Prouet

 

Partager cet article
Repost1
Published by Unis dans l'Amour de Dieu - dans Prières

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com