Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 00:23

Dans le thème du passage évangélique d'aujourd'hui, non seulement la composante littérale de cet épisode nous est révélée, mais aussi la signification spirituelle cachée, qui montre l'image de la guérison de notre esprit détendu et de son union avec le Christ.

 

 

Un homme bon endure le bien du bon trésor de son cœur

 

L'esprit humain - détendu et asservi au péché, caché aux yeux humains, à sa connaissance par des moyens humains, caché en nous-mêmes, dans notre nature - n'est souvent pas réalisé par nous du début à la fin de notre vie. Notre esprit est la lumière qui, en raison de notre obscurcissement et de notre éloignement de Dieu, est devenue ténèbres pour nous, comme le Seigneur l'a dit dans l'Évangile de Luc, et il y a encore plus de ténèbres dans celui d'entre nous qui ne réalise pas cette obscurité et l'appelle lumière.

L'esprit humain, divin, né de Dieu et subordonné à Sa Sainte Volonté, bien que créé dans la liberté de sa vie d'autodétermination, est appelé à des qualités morales divines. L'esprit humain est le seul fil capable de connecter une personne à Dieu, dotant une personne d'immortalité et de félicité, la composante principale de l'âme humaine, qui distingue une personne du reste du monde visible, la première en importance et la place déterminée par le Créateur, mais en réalité c'est la dernière, asservie de pour la chute de l'homme aux démons et aux passions, les éléments de ce monde. Notre vieil homme, dont nous lisons souvent dans les Saints Pères, est un homme avec un esprit divin, mais asservi par des démons. Ses actions et ses règles de vie ne sont pas déterminées par Dieu en tant que Son Créateur, mais par les lois du monde visible formé après la Chute. "Car tout dans le monde , - écrit Jean le Théologien, - la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie, ne viennent pas du Père, mais de ce monde (1 Jean 2:16). "

Une personne dans ce monde n'a pas l'habitude d'aller au plus profond de lui-même à cause de la résistance du péché qui vit en nous, qui existe en nous comme des ténèbres intelligentes, mais se faisant passer pour la lumière, ne souhaitant pas être découverte. Des ténèbres raisonnables, dans lesquelles, se cachant, comme derrière un voile, le démon, fusionnant avec lui en une seule obscurité maléfique, agit mentalement sur l'esprit humain. Il, en tant que force de poussée, ne permet pas à notre esprit de se connecter avec le cœur, avec la source du séjour et de l'action constants de l'esprit, prédéterminés par Dieu depuis le début de la création de l'homme.

« Un homme bon fait sortir le bien du bon trésor de son cœur », dit le Seigneur, « mais un homme mauvais fait sortir le mal du trésor maléfique de son cœur, car de l'abondance de son cœur sa bouche parle»(Luc 6:45). Dans ces mots, la frontière de la conscience d'une personne de son état spirituel passe. L'esprit humain errant pourra-t-il se connecter avec le cœur, avec sa propre source, dans laquelle Dieu est invisiblement présent, attendant de nous rencontrer? Nos esprits pourront-ils retourner chez nous, vers le Père, comme le fils prodigue qui a dilapidé la propriété de notre père? Si nous exsudons le mal de nous-mêmes, cela signifie que notre esprit n'a pas encore fait son chemin vers notre cœur, les ténèbres intérieures règnent toujours sur lui et sur notre cœur, le jetant comme un esclave pour faire paître des porcs dans les pâturages de ce monde visible et l'offrant comme paiement pour des cornes temporaires plaisirs terrestres et vanité quotidienne. Comme il sera triste si une personne ne se rend pas compte de cette tromperie et se repose dans sa recherche de la vérité, se trouve dans le monde extérieur un substitut au Christ et à sa béatitude éternelle.

 

Un homme bon endure le bien du bon trésor de son cœur
Une personne dans ce monde n'est pas habituée à se plonger dans elle-même en raison de son éducation, de l'organisation de cette vie temporaire. Nous naissons et coulons dans le flux général d'informations, d'idées, de technologies, de cultures diverses, dont la part du lion a été créée par une personne déchue et pour une personne déchue, comme un cercle vicieux dans lequel, à un certain âge de notre vie, chacun de nous entre, essayant de se retrouver dans ce monde, pour trouver un point d'appui pour notre propre état de paix et de béatitude, jusqu'à ce que cette vie temporaire se termine pour nous. La seule chose qui nous sort de cette ornière, dans laquelle nous luttons pour notre propre bonheur terrestre, guidés par nos passions, nos attachements et nos désirs égoïstes, ce sont les circonstances déprimantes de la vie, que ce soit la maladie, le chagrin, l'échec, etc. Tout cela ne nous donne pas la paix et le bonheur tant attendus, nous sort d'un état de vanité, d'autosuffisance et, finalement, d'auto-adoration, dans lequel nous trouverions un remplacement complet pour l'unité avec Dieu, la dépendance à Lui et la félicité éternelle. Ce dernier se produirait certainement si chacun de nous pouvait arranger pour nous-mêmes la félicité terrestre avec toutes ses couleurs qui attirent nos yeux dans cette vie, créant l'illusion de l'harmonie désirée avec le monde qui nous entoure.

 

Ce monde charmant, cette obscurité intelligente qui règne en nous et dans ce monde, depuis de nombreux siècles, adapte avec succès une personne à la vie sans Dieu, comme un virus mutant dans des zones spirituelles inaccessibles à la connaissance d'une personne déchue et se protégeant de la détection et de l'opposition à lui. Le virus, qui a aveuglé et asservi notre esprit, est le seul organe spirituel chez une personne qui, par grâce, est capable de reconnaître ce virus et de le contrer.

Dans la vie spirituelle, ainsi que dans divers domaines de la science, y compris la médecine, les actions peuvent provoquer une opposition. Ainsi, il est plus facile de détecter, par exemple, un virus qui se cache en nous, si nous introduisons dans son habitat quelque chose de dégoûtant pour lui. Avec cette action, nous appellerons le virus à contrer, il sortira de l'ombre, commencera à se défendre et à lutter contre ce qui tente de le détruire. Les commandements divins sont le médicament qui fait sortir notre virus de l'ombre - l'obscurité pécheresse qui vit en nous. Toute notre nature, tout d'abord, notre esprit aveugle, dans son obscurité, se rebelle contre les lois divines, surtout si elles violent notre état passionnel habituel, nous amenant à la lutte et à l'étanchéité intérieure. Si, dans cet état, nous ne nous écartons pas de l'accord avec les commandements de Dieu, nous apportons la repentance de nos péchés,

 

Mot du dimanche de la 2e semaine du Grand Carême, St.  Gregory Palamas et la guérison par le Sauveur d'un homme détendu à Capharnaüm
Mot du dimanche de la 2e semaine du Grand Carême, St. Gregory Palamas et la guérison par le Sauveur d'un homme détendu à Capharnaüm
Dans cette lutte spirituelle pour l'accomplissement des commandements divins, notre esprit s'éveille, notre esprit obscurci est sorti de l'esclavage des démons et connaît le monde dans la lumière divine. Le mal et l'injustice qui nous arrivent dans ce monde sont déjà connus par l'homme comme les jugements de Dieu qui nous éduquent et nous corrigent avant le jugement dernier et dernier, jugements inaccessibles à notre pleine compréhension.

 

Dans le thème du passage évangélique d'aujourd'hui, non seulement la composante littérale de cet épisode nous est révélée, mais aussi la signification spirituelle cachée, qui montre l'image de la guérison de notre esprit détendu et de son union avec le Christ.

« Et ils sont venus à lui avec un paralytique, que quatre portaient » (Marc 2: 3), dit l'Évangile. Qui sont ces quatre qui ont porté le relaxé, dont l'image est notre esprit asservi ou la force mentale de notre âme? Le sermon du Sauveur sur la montagne contient les mots suivants: «Mais moi, je vous dis: aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous offensent et vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père céleste, car il commande à son soleil de se lever sur les méchants et les bons et il fait pleuvoir sur les justes et les injustes. Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle est votre récompense? Les percepteurs ne font-ils pas de même? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous de spécial? Les Gentils ne font-ils pas de même? Alors, soyez parfait comme votre Père céleste est parfait"(Matt. 5: 44-48). De ces paroles du Sauveur, nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas recevoir la grâce de la guérison de sa part: sans amour pour nos ennemis, c'est une personne; sans bénédiction pour ceux qui nous maudissent, c'est la deuxième personne; sans bienfaisance pour ceux qui nous haïssent, c'est la troisième personne; sans prière pour ceux qui nous offensent et nous persécutent, c'est la quatrième personne.

« Et, ne pouvant s'approcher de lui à cause de la multitude », dit l'Évangile, «ils ont ouvert le toit [de la maison] où il était, et, en le creusant, ils ont abaissé le lit sur lequel le"(Marc 2: 4). Ces quatre élèvent notre esprit détendu sur le toit de la maison, l'élevant au-dessus de la foule qui bloque le passage au Christ. Une grande population, ou une foule de personnes, symbolise dans ce cas les éléments d'un monde impie, vivant selon les lois des vices et des préjugés humains, du plaisir humain et de l'hypocrisie, de l'amour de la gloire et de l'orgueil du monde, qui sont étrangers et répugnants aux commandements divins en raison de leur inhérence au mode de vie péché habituel et se sont calmés dans lui à une personne coupée de Dieu. Avec leurs vues impies, une approche mercantile de la vie, l'élévation de l'homme dans toutes ses vertus, sa glorification, la foule empêche notre rencontre avec le Christ, nous conduisant à des consolations humaines, terrestres et passionnées.

Pas à celui qui nous aime ou qui nous respecte, pas à celui qui nous fait du bien, qui nous rend heureux et ne nous offense pas, l'occasion est donnée par Dieu de nous doter de la ressemblance de Dieu, mais à ceux qui font le contraire pour nous, ceux qui, par leurs actions, révèlent l'opposition en nous révélant ainsi en nous la maladie de l'orgueil, de l'apitoiement sur soi, du ressentiment et d'autres vices. Seuls ces quatre sont capables de grimper, d'élever notre foi à un niveau dépassant le niveau de la seule connaissance du livre sur Dieu, de démonter le toit de la maison - un symbole de notre cœur afin d'abaisser notre esprit détendu à l'intérieur pour rencontrer le Christ et guérir. « Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: enfant! vos péchés vous sont pardonnés »(Marc 2: 5).

24/03/2019  Hieromonk Ignatiy Smirnov  3079

https://valaam.ru/

Partager cet article

Repost0
Published by Unis dans l'Amour de Dieu - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com