Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 00:32

Sermon de Hiéromonk Ignace la 32e semaine après la Pentecôte, après l'Épiphanie.

 
"Repentez-vous, car le Royaume des Cieux s'est rapproché ..."

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit!

Comment chacun de nous voit-il le monde qui nous entoure? Il ne s'agit pas de la perception visuelle des choses, des circonstances ou des personnes autour de nous, mais de l'attitude de nos pensées et de nos émotions envers elle, notre âme. Après tout, chacun de nous regarde le monde non seulement avec ses yeux, mais aussi avec son propre cœur. Dans ce cas, le monde devient un test décisif qui reflète le remplissage de notre cœur. Si le monde déborde de débauche, alors les cœurs humains se délectent de la luxure, si dans le monde de la guerre - les cœurs sont pleins de haine et de colère, si le monde est dominé par la pauvreté et la pauvreté parmi les gens - les cœurs sont infectés par l'amour de la richesse et de la convoitise. Pour comprendre ce que demain peut devenir avec le monde dans lequel nous vivons, il suffit de regarder dans le cœur de la plupart des gens.

Les cœurs humains sont le mécanisme moteur des événements mondiaux de l'humanité. Premièrement, la force mentale du mal nous conquiert en eux, puis elle nous détruit de l'extérieur. Ce pouvoir démoniaque est comme un prédateur qui s'empare de sa proie et prend le pouvoir sur elle jusqu'à ce qu'une autre force extérieure repousse la victime tombée dans les griffes du prédateur et la libère de ses griffes. Mais, comme cela arrive souvent dans l'histoire de l'humanité, la fierté humaine ne permet pas de recourir à cette force extérieure - à l'aide divine. Une personne persiste dans son incrédulité, son amertume, défendant ses fabrications sur le monde visible, où il n'y a pas de place dans sa vie pour le Christ, où une personne se met, sa fierté et son égoïsme au premier plan, succombant aux astuces du serpent mental - le diable. En conséquence, le compte du péché humain vient, mais pas comme une punition divine d'un Créateur cruel, mais comme une rétribution, semblable à la loi physique naturelle de la gravité, qu'une personne éprouve sur elle-même, après avoir rêvé de ses superpuissances. Une personne qui a atteint la hauteur de ses ambitions et prétend être indépendante de Dieu et de ses lois établies, tant physiques que spirituelles. Une personne qui essaie de les négliger par le pouvoir de sa propre nature, mais, à la fin, tombe comme une pierre.

 

Dieu aime l'homme comme son image créée et respecte sa liberté de choix
Dieu aime l'homme comme son image créée et respecte sa liberté de choix
«Et (le diable) lui dit: si tu es le Fils de Dieu, jette-toi à terre, car il est écrit: Il commandera à ses anges à ton sujet, et ils te porteront entre leurs mains, de peur que tu ne tombes sur une pierre avec ton pied. Jésus lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu » (Matthieu 4: 6-7). Le diable a parfaitement étudié notre nature humaine. Même alors, il y a deux mille ans, un psychologue mental habile et un attrapeur de nos âmes, qui sait attirer une personne dans ses filets sous le couvert du bien pour lui, essaie tout aussi facilement et naturellement d'exécuter cette astuce avec le Sauveur, de mettre en œuvre un mécanisme élaboré qui n'a jamais donné. échec. Et soudain, le diable est rebuté face à Christ.

 

Pourquoi Christ, le Dieu incarné, permettrait-il une personne impure si proche de lui-même? Après tout, Lui, étant Dieu par nature, était parfait et n'avait pas besoin de tester sa volonté entre le bien et le mal, comme nous le faisons. Pourquoi en a-t-il besoin? Alors, pour que dans sa seconde, semblable à notre nature humaine, dans laquelle nous devenons participants aux sacrements de l'Église, un antidote pour nous contre les astuces du serpent mental sera déposé. «Car, comme il l'a enduré lui-même, étant tenté », écrit l'apôtre Paul, «il peut aider ceux qui sont tentés».(Hébreux 2:18). Tout comme un patient avec du sang contaminé, dans lequel un virus mortel est présent, a besoin d'un nouveau sang sain qui peut résister et vaincre la maladie, notre sang, après la chute des premières personnes, avait besoin de sang neuf. Dans un sang capable de supporter des maladies pécheresses et de garder une personne des actions du diable, mais à une seule condition: si nous résistons à ses tentations avec notre libre arbitre. Comme l'a dit l'apôtre: «Résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous » (Jacques 4: 7-8).

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, les paroles du Sauveur ont été prononcées:

«Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche» (Matthieu 4:17).

 

L'approche du Royaume des Cieux est l'approche de Dieu à l'homme. Après tout, Dieu est le Royaume des Cieux pour l'homme. Le séjour de l'homme en Dieu équivaut à son séjour dans le Royaume des Cieux. «Car voici, le Royaume de Dieu est en vous» (Luc 17:21), dit le Sauveur dans l'Évangile. L'approche de Dieu dans la ligne de notre rencontre avec Lui s'est déjà réalisée. Au-delà de cette ligne, Il n'ira pas de l'avant, maintenant Il attend cette ligne d'homme. Or une personne, à qui Dieu a donné les conditions pour l'approcher, doit, par la repentance - c'est notre résistance au diable, notre désaccord avec le péché - se rapprocher du lieu d'une rencontre commune avec le Créateur.

 

À propos de l'amour du prochain
À propos de l'amour du prochain
La question se pose: où est le lieu de cette rencontre? Si nous suivons le chemin de la repentance, alors le chemin lui-même nous mènera à cet endroit - à notre propre cœur. Dans l'Évangile, le Seigneur l'appelle aussi un trésor: «car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur» (Matthieu 6:21). De quel genre de trésor parle-t-on ici? À partir des autres paroles de l'Évangile du Sauveur, il devient clair que nous parlons de l'état moral de l'homme par rapport aux commandements divins: "Un homme bon fait sortir le bien du bon trésor de son cœur, et un homme mauvais sort le mal du trésor maléfique de son cœur, car de l'abondance de son cœur sa bouche parle." (Luc 6:45)."Car de l'intérieur, du cœur humain, viennent les mauvaises pensées, l'adultère, la fornication, le meurtre, le vol, la convoitise, la malice, la tromperie, l'indécence, un œil envieux, le blasphème, l'orgueil, la folie, - tout ce mal vient de l'intérieur et souille une personne"(Marc 7: 21-23). Ces péchés et d'autres sont ce mauvais trésor de notre cœur, dont un chrétien doit se débarrasser par le repentir. Notre mauvaise volonté, notre habitude pécheresse, est le mur qui nous sépare de Dieu. Notre patience dans la repentance est un chemin difficile que nous parcourons pour arriver à la source dans laquelle tous nos péchés sont nés. En suivant leurs traces mentales, que nous traçons dans nos âmes à l'aide d'une prière de repentance, nous atteignons finalement nos propres cœurs - à la source des passions pécheresses, où notre bataille spirituelle finale contre le péché a lieu.

 

Par analogie avec les contes de fées russes, ce chemin est difficile pour nous et semble même fantastique pour nos esprits: «Ce n'est pas facile de faire face à Koschey: sa mort est au bout d'une aiguille, cette aiguille dans un œuf, un œuf dans un canard, un canard dans un lièvre, ce lièvre est assis dans un coffre de pierre , et le coffre se dresse sur un grand chêne, et ce chêne Koschey l'Immortel, comme son propre œil, protège »(le conte de fées« La princesse grenouille »). Mais ici, la foi et la prière à Dieu viennent au secours d'une personne, ce qui fait de l'impossible pour nous une réalité et un conte de fées apparent devenu réalité. Et un exemple en est l'aveugle de l'épisode de l'Evangile d'aujourd'hui, qui, malgré la résistance de la foule bruyante, n'a pas désespéré en prévision d'être entendu et a continué à crier au Christ avec foi: «Jésus, Fils de David! Ayez pitié de moi "(Luc 18:38). Et il a finalement été pardonné par le Sauveur et guéri de sa maladie. Cet épisode est une nouvelle preuve des paroles réconfortantes du Sauveur dans l'Évangile pour nous: «que nous devons toujours prier et ne pas perdre courage» (Luc 18: 1). Amen.

Hieromonk Ignatius (Smirnov),
sermon de la 32e semaine après la Pentecôte.

26/01/2020 Hiéromonk  Ignatius (Smirnov)  2392

https://valaam.ru/

Partager cet article

Repost1
Published by Unis dans l'Amour de Dieu

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com