Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 23:08

 

 

Docteur Jacques ARCHEVÊQUE,

 

 

La situation est très grave et requiert votre réaction immédiate.

 

Prenant prétexte des cas d’abus sexuel, le Sénat travaille sur la possibilité d’interdire le secret de la confession!

 

Oui, vous avez bien lu. Les sénateurs veulent obliger les prêtres à appeler la police pour dénoncer les pénitents qui auraient violé la loi.

 

Après cela, il ne restera plus qu’à mettre des micros dans les confessionnaux !

 

S’il vous plaît, signez tout de suite votre pétition au président du Sénat, « Le secret de la confession est inviolable ! », pour exiger l’arrêt de ce projet.

Quel pécheur ira encore se confesser s’il redoute que le prêtre soit un mouchard ?

 

Vous vous rendez compte des effets dramatiques d’une telle loi !

 

Des milliers d’âmes n’oseront plus s’approcher du sacrement de la pénitence, mettant en grand danger leur salut éternel. 

 

Et quelle sera la situation de nos prêtres ?
 

Ils devront choisir entre la prison et la fidélité au secret de la confession auquel ils sont tenus. Autrement dit, ils seront persécutés !
 

Pour empêcher cela, dites « Non » au projet du Sénat en cliquant sur le lien ci-dessous

https://petit.io/petition/federation-pro-europa-christiana/le-secret-de-la-confession-est-inviolable

 

Comme l’a rappelé le Saint-Siège, le prêtre prend connaissance des péchés du pénitent non pas en tant qu’homme, mais en tant que ministre de Dieu.

 

Il n’a donc pas le droit, sous peine d’excommunication, de répéter quoi que ce soit de ce qu’il a entendu.

 

« L’inviolabilité (…) provient directement du droit divin révélé et plonge ses racines dans la nature même du sacrement, au point de n’admettre aucune exception», insiste la Pénitencerie apostolique (du Saint-Siège) dans une note publiée le 1er juillet. 

 

Elle rappelle aussi qu’il est interdit au prêtre de se rappeler volontairement d’une confession et qu’il est tenu d’en effacer tout souvenir involontaire.

 

Il doit défendre le sceau sacramentel, s’il le faut, « usque ad sanguinis effusionem », c’est-à-dire au péril de sa vie. 

 

Des prêtres sont morts martyrs plutôt que de trahir le secret de la confession !

 

Parmi eux, saint Mateo Correa Magallanes, prêtre mexicain tué d’un coup de révolver durant la guerre des Cristeros (dans les années 1920), pour avoir refusé de révéler les confessions de condamnés à mort.

 

Va-t-on arriver à des persécutions similaires en France ?

 

« Ce ne sera sans doute pas un martyre de sang, mais l’acceptation d’une condamnation pour ne pas trahir ce secret absolu », prévient le Père Burgun, vice-doyen de la Faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris.

 

Je vous demande de protester avec moi sans attendre auprès du président du Sénat. 

C’est urgent !

 

Le 24 juillet dernier, la commission des Lois du Sénat a donné suite aux travaux de la mission d’information sur la répression des infractions sexuelles sur mineurs. 

 

Parmi les propositions qui ont été faites, on trouve :

 

  • « la possibilité d’introduire dans le code pénal une obligation de signalement pour (…) les ministres du culte. »
     
  • « renforcer (…) les sanctions pénales prévues en cas de non-dénonciation et la primauté du droit français sur le droit canonique. »

Dans leurs échanges, rendus publics et consultables sur le site internet du Sénat, les élus du groupe socialiste et républicain vont jusqu’à s’interroger même sur la pertinence du célibat des prêtres ! 

 

Qu’est-ce que cette ingérence ? 

 

Où se trouve la neutralité de l’État laïc dont ils se réclament à tout bout de champ ? 

 

Quelle hypocrisie ! 

 

Ça suffit ! Joignez-vous à moi pour protester vivement auprès de Gérard Larcher en signant la pétition qui lui est adressée ! 

 

Vous exigerez de lui l’arrêt immédiat des travaux concernant le secret sacramentel. 

La vérité c’est que les sénateurs récupèrent honteusement les abus sexuels, commis sur des mineurs par une infime minorité de prêtres, pour s’en prendre à toute l’Église !

 

Croyez-moi, ils se doutent bien que les pédophiles ne fréquentent malheureusement que très peu les confessionnaux...

 

... et que s’ils risquent d’être dénoncés par le prêtre, ils ne les fréquenteront plus du tout !

 

Les sénateurs eux-mêmes reconnaissent dans leurs discussions que les abus commis à l’intérieur des institutions, comme l’Église, sont incomparablement moins nombreux que ceux perpétrés dans le cadre privé !

 

« Plus de 13000 enfants sont victimes d’agression sexuelle chaque année, près de 8000 d’entre eux sont victimes de viol chaque année, ceci majoritairement dans les familles, et dans une moindre proportion dans les institutions », peut-on lire dans leur rapport.
 

« Les violences commises par les représentants d’une religion concernent 0,5% des jeunes filles, mais 6,8 % des jeunes garçons victimes », constatent-ils.
 

Autrement dit, 93 % des abus sur les jeunes garçons et 99,05 % des abus commis sur les jeunes filles n’ont rien à voir avec le clergé !

 

Pourtant, les rapporteurs avouent qu’« une partie non négligeable de (leurs) travaux a été consacrée à l’Église catholique. » 

Aidez-moi à défendre nos prêtres contre la persécution qui se prépare en protestant auprès du président du Sénat !

 

Signer la pétition qui lui est adressée est très simple et très facile, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :

https://petit.io/petition/federation-pro-europa-christiana/le-secret-de-la-confession-est-inviolable

Si tant de péchés horribles sont commis, ce n’est pas à cause de l’Église mais, au contraire, parce que les hommes méprisent la morale chrétienne. 

 

Il est donc absurde d’accuser le sacrement de pénitence !

 

Il n’est pas la cause du mal, mais l’antidote face au mal!

 

Vous le savez bien, jamais le confesseur n’encourage le pénitent à continuer à pécher. 

 

Au contraire : il l’invite à la conversion en lui rappelant, si nécessaire, que le péché mortel mène en Enfer !

 

La détestation du péché, la ferme volonté de ne plus recommencer et l’engagement à réparer le mal commis sont indispensables pour recevoir l’absolution.

 

Mais Dieu ne tend jamais de piège et le prêtre, qui agit en Son nom, ne peut donc pas le faire non plus !

 

Impossible pour le confesseur de donner le pardon de Dieu d’une main et de décrocher le téléphone pour appeler le juge d’instruction de l’autre !

 

Ce que les sénateurs font semblant de ne pas comprendre, c’est que le prêtre n’est pas une personne comme les autres : lorsqu’il administre un sacrement, il agit au nom de Dieu. 

 

Quand le prêtre dit « je vous absous », c’est donc Notre Seigneur qui parle à travers sa bouche et cela, aucune loi humaine n’a le pouvoir de le changer !

 

« Toute action politique ou initiative législative destinée à “forcer” l’inviolabilité du sceau sacramentel constituerait une offense inacceptable envers la libertas Ecclesiae, qui ne reçoit pas sa propre légitimation des États, mais de Dieu », a mis en garde le Saint-Siège.

 

Défendez l’inviolabilité du sacrement de la confession par votre signature !

 

L’État n’a pas à s’immiscer dans les âmes des pénitents, à violer les consciences et exiger d’en connaître les moindres recoins.

 

C’est une incroyable dérive totalitaire !

 

Permettre cela, ce serait permettre la mise en place d’une société de délation, de soupçon et de terreur.

 

Même l’Union soviétique et l’Allemagne nazie n’ont pas osé s’en prendre aussi directement au sacrement de la confession !

 

Quel sera le résultat de cette folie ?

 

Ce ne sont pas les crimes qui vont diminuer, mais les confessions !

 

Autrement dit, il y aura toujours autant de criminels, mais beaucoup moins de repentis !

 

J’ai le cœur vraiment déchiré en pensant à toutes les âmes qui vont se perdre parce qu’elles n’oseront plus se confesser.

 

Songez à la souffrance de Jésus quand les pécheurs, spécialement les plus grands, craindront de bénéficier de Sa miséricorde.

 

« Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate », a dit Notre Seigneur à sainte Faustine Kowalska. 

 

Hélas, demain, les âmes risquent de s’éloigner de Sa miséricorde parce que l’État et la police se seront immiscés entre Lui et les pécheurs !

 

S’il vous plaît, aidez-moi à empêcher une telle chose ! 

 

Pour cela, je vous demande de protester auprès de M. Gérard Larcher, président du Sénat, en signant sans perdre une minute la pétition qui lui est adressée. 

Si nous réagissons vite, je suis sûr que nous l’emporterons.

 

Je compte sur vous. 

 

Sincèrement vôtre,

Xavier Martin
Délégué de la Fédération Pro Europa Christiana

 

 

P.S. : C’est très urgent ! Les sénateurs sont en train de débattre de la possibilité d’interdire le secret de la confession. Ils veulent faire du confesseur un indic au service de la police ! C’est gravissime ! 

 

S’il vous plaît, réagissez rapidement en signant votre pétition adressée au Président du Sénat, M. Gérard Larcher. 

  

Merci de tout cœur !

 

Partager cet article

Repost0
Published by Unis dans l'Amour de Dieu - dans Actalités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com