Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 23:09
JEUDI SAINT  (fin)

VÊPRES ET DERNIER DISCOURS DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST

 

Lecture du livre du prophète Isaïe.

Le Seigneur, le Seigneur m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu. 

Il éveille chaque matin, Il éveille mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent des disciples.  

Le Seigneur, le Seigneur m’a ouvert l’oreille, 

et je n’ai point résisté, 

je ne me suis point retiré en arrière. 

J’ai livré mon dos à ceux qui le frappaient, 

et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. 

Je n’ai point dérobé mon visage 

aux ignominies et aux crachats.  

Mais le Seigneur, le Seigneur m’a secouru ; 

c’est pourquoi je n’ai point été déshonoré, 

c’est pourquoi j’ai rendu mon visage semblable à un caillou, 

sachant que je ne serai point confondu.

 

PREMIER EVANGILE (Jean 13,1 et 31-38 et 14,1-24)

 

Cél. Dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux. 

Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit : 

« Maintenant, le Fils de l'homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en Lui. Si Dieu a été glorifié en Lui, Dieu aussi Le glorifiera en Lui, et Il Le glorifiera bientôt. Petits enfants, Je suis pour peu de temps encore avec vous. Vous Me chercherez ; et, comme J'ai dit aux Juifs : “Là où Je vais, vous ne pouvez venir’’, à vous aussi, Je le dis maintenant

« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme Je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres ». 

Simon Pierre Lui dit : « Seigneur, où vas-Tu ? » Jésus répondit : « Là où Je vais, tu ne peux pas maintenant Me suivre, mais tu Me suivras plus tard ». Pierre Lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas Te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour Toi ! » 

Jésus répondit : 

« Tu donneras ta vie pour Moi ! Amen, amen, Je te dis : le coq ne chantera pas avant que tu M'aies renié trois fois. 

« Que votre cœur ne se trouble point ! Croyez en Dieu, et croyez en Moi. Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures. Si cela n'était pas, vous aurais-Je dit que Je vais vous préparer une place ? Et, lorsque Je m'en serai allé, et que Je vous aurai préparé une place, Je reviendrai, et Je vous emmènerai auprès de Moi, afin que là où Je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où Je vais, vous savez le chemin ». 

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où Tu vas ; comment pouvons-nous savoir le chemin ? » Jésus lui dit : « Moi, Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par Moi. Si vous M’avez connu, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous Le connaissez, et vous L'avez vu ». 

Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit ». Jésus lui dit : « Voilà si longtemps que Je suis avec vous, et tu ne Me connais pas, Philippe ! Qui M'a vu, a vu le Père ; comment peux-tu dire : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que Je suis dans le Père, et que le Père est en Moi ? Les paroles que Je vous dis, ce n’est pas de Moi-même que Je les profère ; et le Père qui demeure en Moi accomplit ses œuvres. Ayez foi en Moi, Je suis dans le Père, et le Père est en Moi ; sinon, croyez à cause des œuvres elles-mêmes. 

« Amen, amen, Je vous le dis, celui qui a foi en Moi accomplira lui aussi les œuvres que J’accomplis, et il en accomplira de plus grandes, parce que Je m'en vais auprès du Père. Et, quoi que vous demandiez en mon Nom, Je l’accomplirai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous Me demandez quelque chose en mon Nom, je l’accomplirai. Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements. Et Moi Je prierai le Père, et Il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'Il soit avec vous pour l'éternité, l'Esprit de vérité que le monde ne peut pas recevoir, parce qu'il ne Le contemple pas et ne Le connaît pas ; vous, vous Le connaissez parce qu'Il demeure auprès de vous, et qu'Il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, Je viens vers vous. 

« Encore un peu de temps et le monde ne Me contemple plus, mais vous, vous Me contemplez, parce que Moi Je suis vivant, et que vous aussi vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez, vous, que Je suis en mon Père, vous en Moi, et Moi en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui-là qui M'aime ; celui qui M'aime sera aimé de mon Père, et Moi aussi Je l'aimerai, et Je Me manifesterai à lui Moi-même ». 

Jude - non pas Judas l'Iscariote - lui dit : « Seigneur, qu’est-il advenu pour que Tu veuilles Te faire connaître à nous, et non au monde ? » 

Jésus répondit et lui dit : 

« Si quelqu'un M'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera ; Nous viendrons vers lui et en lui Nous ferons notre demeure. Celui qui ne M'aime pas ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n'est pas mienne, mais du Père qui M'a envoyé ». 

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ. 

 

DEUXIEME EVANGILE (Jean 14, 25-31)

Cél. Suite du dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. « Ces choses, Je vous en ai parlé demeurant avec vous. Mais le Paraclet, l'Esprit-Saint que le Père enverra en mon Nom, Lui vous enseignera toutes choses, et Il vous remettra en mémoire tout ce que Je vous ai dit. 

« Je vous laisse la paix, Je vous donne ma paix, ce n'est pas à la façon dont le monde donne que Moi Je vous la donne. Que votre cœur ne se trouble pas et ne soit pas effrayé. Vous avez entendu ce que Je vous ai dit : “Je m'en vais et Je viens vers vous’’. Si vous M'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que Je me rends vers le Père, parce que le Père est plus grand que Moi. 

« Je vous ai parlé maintenant, avant que cela n’arrive, afin qu’au moment où cela arrivera, vous croyiez.  Je ne m'entretiendrai plus guère avec vous, car le prince de ce monde approche ; et en Moi il n'a rien. Mais c'est pour que le monde sache que J'aime le Père et que J'agis selon que le Père M'a commandé. Levez-vous ; partons d'ici ! »  

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

TROISIEME EVANGILE (Jean 15, 1-11)

Cél. Suite du dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. « Je suis la vigne véritable, et mon Père est le vigneron. Tout sarment en Moi qui ne porte pas de fruit, Il le supprime ; et tout sarment qui porte du fruit, Il l'émonde, afin qu'il porte davantage de fruit. Déjà vous êtes purs, grâce à la parole que Je vous ai annoncée. Demeurez en Moi, et Moi Je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché à la vigne, ainsi vous ne le pouvez pas non plus, si vous ne demeurez en Moi. 

« Je suis la vigne, vous les sarments. Celui qui demeure en Moi et Moi en lui, porte beaucoup de fruit, car sans Moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu'un ne demeure pas en Moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en Moi, et que mes paroles demeurent en vous, ce que vous voulez, demandez-le, et cela vous adviendra. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit, et que vous deveniez mes disciples. 

« Comme le Père M'a aimé, Moi aussi, Je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous resterez dans mon amour, de même que J'ai gardé les commandements de mon Père, et que Je demeure dans son amour. Je vous ai parlé de cela, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit complète ». 

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

QUATRIEME EVANGILE (Jean 15, 12-27)

Cél. Suite du dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. «Voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres, comme Je vous ai aimés. Nul n’a pas de plus grand amour que celui qui donne sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que Je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; Je vous ai appelés amis, parce que tout ce que J'ai entendu de mon Père, Je vous l’ai fait connaître. 

« Ce n'est pas vous qui M'avez choisi ; mais c’est Moi qui vous ai choisis ; et Je vous ai établis pour que vous alliez et portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon Nom, Il vous le donne. Ce que Je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. 

« Si le monde vous hait, sachez qu'il M'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartient ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que Je vous ai choisis et retirés du monde, à cause de cela le monde vous hait. Rappelez-vous la parole que Je vous ai dite : un serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils M'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais tout cela ils le feront contre vous à cause de mon Nom, parce qu'ils ne connaissent pas Celui qui M'a envoyé. Si Je n'étais pas venu et ne leur avais pas parlé, ils n'auraient pas de péché ; mais maintenant ils n'ont pas d’excuse à leur péché. Qui Me hait, hait aussi mon Père. 

« Si Je n'avais pas accompli parmi eux les œuvres  qu’aucun autre n'a accomplies, ils n'auraient pas de péché ; mais maintenant ils ont vu, et ils haïssent et Moi et mon Père. Cela, pour que soit accomplie la parole écrite dans leur Loi : “Ils M'ont haï sans raison’’. 

« Quand sera venu le Paraclet, que Moi Je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui provient d’auprès du Père, Lui témoignera à mon sujet. Et vous aussi vous témoignez, parce que vous êtes avec Moi depuis le commencement ».

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

CINQUIEME EVANGILE (Jean 16, 1-15)

Cél. Suite du dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. « Je vous ai déclaré cela pour que vous ne soyez pas scandalisés. Ils feront de vous des exclus de la synagogue ; surtout, l'heure vient où quiconque vous tue estimera  rendre un culte à Dieu. Et cela, ils le feront parce qu'ils n’ont connu ni le Père ni Moi. Mais Je vous ai déclaré cela pour que, une fois leur heure venue, vous vous souveniez que Je vous en ai parlé. Cela, Je ne vous en ai pas parlé au commencement, parce que J'étais avec vous. 

« A présent, Je m'en vais vers Celui qui M'a envoyé, et aucun de vous ne Me demande : “Où vas-Tu ?’’ Mais parce que Je vous ai déclaré cela, la tristesse a rempli votre cœur. Mais Moi, la vérité, Je vous la dis : il est avantageux pour vous que Je m'en aille ; car si Je ne m'en vais pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous, mais si Je pars, Je L'enverrai vers vous. 

« Et Lui, quand Il sera venu, Il convaincra le monde de péché, de justice et de jugement ; de péché, parce qu'ils ne croient pas en Moi ; de justice, parce que Je m'en vais auprès du Père, et que vous ne Me contemplerez plus ; de jugement, parce que le prince de ce monde a été jugé. 

« J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter maintenant. Quand sera venu l'Esprit de vérité, Lui vous guidera dans la vérité totale, car Il ne s'exprimera pas en son propre Nom, mais Il exprimera ce qu'Il entendra, et ce qui vient, Il vous l’annoncera. 

« Lui Me glorifiera, parce que c'est de Moi qu'Il prendra et Il vous l’annoncera. Tout ce qui est au Père est à Moi : 

c'est pourquoi Je vous ai dit qu'Il prend de Moi et qu'Il vous l’annoncera ». 

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

SIXIEME EVANGILE (Jean 16, 16-33)

Cél. Suite du dernier discours de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à  ta Passion, Seigneur.

Cél. « Un peu de temps et vous ne Me contemplez plus, et de nouveau un peu de temps et vous Me verrez ». Certains de ses disciples se dirent les uns aux autres : « Qu'est-ce qu'Il nous dit : “Un peu de temps et vous ne Me contemplez plus, et à nouveau un peu de temps et vous Me verrez’’ ; et : “Parce que Je m'en vais vers le Père’’ ?» Ils disaient donc : « Qu'est-ce que ce peu de temps dont Il parle ? Nous ne saisissons pas ce qu'Il exprime ». 

Jésus, connaissant qu'ils voulaient L'interroger, leur dit : « Vous cherchez entre vous ce que J'ai dit par là : “Un peu de temps et vous ne Me contemplez pas, et à nouveau un peu de temps et vous Me verrez’’. Amen, amen, Je vous dis que vous pleurerez et que vous vous lamenterez, mais le monde, lui, se réjouira ; vous, vous serez affligés, mais votre affliction se changera en joie. La femme, au moment où elle enfante, éprouve de l'affliction, parce que son heure est venue ; mais une fois qu’elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus des souffrances à cause de la joie qu'un homme est né dans le monde. Vous aussi donc, présentement vous éprouvez de l’affliction, mais de nouveau Je vous verrai, et votre cœur sera dans la joie, et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. Ce jour-là, vous ne M'interrogerez en rien. 

« Amen, amen, Je vous le dis, si vous demandez quelque chose au Père en mon Nom, Il vous le donnera. Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en mon Nom : demandez et vous recevrez, afin que votre joie soit en plénitude. Je vous ai exprimé ces choses en langage figuré ; l'heure vient où Je ne m'exprimerai plus pour vous en langage figuré, mais Je vous annoncerai clairement ce qui concerne le Père. En ce jour-là, vous demanderez en mon Nom, et Je ne vous dis pas que Je prierai le Père pour vous. Car le Père lui-même vous aime, parce que vous M'avez aimé, et que vous avez cru que Je suis venu d’auprès de Dieu. Je suis venu du Père, et Je suis arrivé dans le monde ; Je quitte le monde à son tour et Je me rends vers le Père ». 

Ses disciples Lui disent : « Voilà qu’à présent Tu t'exprimes clairement et que Tu ne parles pas du tout en langage figuré ! Maintenant, nous savons que Tu sais tout et que Tu n'as pas besoin qu'on T'interroge ; en cela, nous croyons que Tu es venu de Dieu ».

Jésus leur répondit : « Croyez-vous maintenant ? Voici, l'heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés, chacun de son côté, et où vous Me laisserez seul ; mais Je ne suis pas seul, car le Père est avec Moi. Je vous ai parlé de ces choses, afin qu’en Moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez des tribulations ; mais prenez courage : Moi, J'ai vaincu le monde ».

Ts. Louanges à ta longanimité, ô Christ.

 

SEPTIEME EVANGILE (Jean 17 en entier.)

Cél. Prière sacerdotale de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Cél. Ayant levé les yeux vers le ciel, Jésus dit :

« Père, l'heure est venue ! Glorifie ton Fils afin que le Fils Te glorifie. De même que Tu Lui as donné autorité sur toute chair, qu'Il donne aussi à tous ceux que Tu Lui as donnés la vie éternelle. Or, la vie éternelle, c'est qu'ils Te connaissent, Toi, le seul vrai Dieu, et Celui que Tu as envoyé, Jésus-Christ. Moi, Je T'ai glorifié sur terre, et J'ai achevé l'œuvre que Tu m'as donné à accomplir. Et maintenant, Toi, Père, glorifie-Moi auprès de Toi de la gloire que J'avais auprès de Toi avant que le monde fût. 

« J'ai manifesté ton Nom aux hommes que Tu m'as donnés en les tirant du monde ; ils étaient à Toi, et Tu me les as donnés ; et ils ont gardé Ta parole. Maintenant, ils savent que tout ce que Tu m'as donné vient de Toi, parce que les paroles que Tu m'as données, Je les leur ai données, et ils les ont reçues ; ils savent vraiment que Je suis issu de Toi, et ils ont cru que c'est Toi qui M'as envoyé. 

« Moi, Je prie pour eux ; Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que Tu M'as donnés, parce qu'ils sont à Toi. Tout ce qui est à Moi est à Toi, tout ce qui est à Toi est à Moi, et Je suis glorifié en eux. Je ne suis plus dans le monde, mais eux sont dans le monde ; et Moi, Je M'en vais auprès de Toi. 

« Père saint, garde en ton Nom ceux que Tu M'as donnés, afin qu'ils soient un comme Nous. Lorsque J'étais avec eux, c'était à Moi de garder en ton Nom ceux que Tu M'as donnés et Je les ai gardés ; aucun d'eux ne fut perdu, si ce n'est le fils de la perdition, afin que l'Ecriture fût accomplie

« Mais maintenant, Je m'en vais auprès de Toi, et Je dis ces choses dans le monde afin qu'ils aient en eux ma joie en plénitude. 

« Moi, Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme Moi Je ne suis pas du monde. Je Te prie, non pour que Tu les retires du monde, mais pour que Tu les gardes du Malin. Ils ne sont pas du monde, comme Moi Je ne suis pas du monde. Consacre-les dans la vérité ; Ta parole est vérité. Comme Tu M'as envoyé dans le monde, Moi aussi Je les ai envoyés dans le monde. Et Je Me consacre Moi-même pour eux, afin qu'ils soient eux aussi consacrés en vérité. 

« Ce n'est pas pour eux seulement que Je Te prie, mais pour ceux qui grâce à leur parole auront foi en Moi ; afin que tous soient un, comme Toi, Père, Tu es en Moi, et Moi en Toi ; afin qu’eux aussi soient en Nous ; afin que le monde croie que c'est Toi qui M'as envoyé. La gloire que Tu m'as donnée, Moi, Je la leur ai donnée afin qu'ils soient un, comme Nous sommes un, Moi en eux, et Toi en Moi, afin qu'ils soient parfaits dans l'unité ; afin que le monde sache que c'est Toi qui M'as envoyé, et que Tu les as aimés comme Tu M'as aimé. 

« Père, ceux que Tu M'as donnés, Je veux que là où Moi Je suis, eux soient aussi avec Moi, afin qu'ils contemplent ma gloire, celle que Tu M'as donnée, parce que Tu M'as aimé avant la création du monde. 

« Père juste, le monde ne T'a pas connu, mais Moi je T'ai connu ; et ceux-ci savent que c'est Toi qui M'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton Nom, et Je le ferai connaître, afin que l'amour dont Tu M'as aimé soit en eux, et Moi en eux ».

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

Nocturnes 

 

Lec. Des lamentations de Jérémie le Prophète.

 

Préch. HETH

Lec. Le Seigneur a médité de renverser les murs de la fille de Sion ;

Il a étendu le cordeau ; Il n’a pas retiré sa main qu’Il ne les eût détruits ; 

Il a mis en deuil le mur et l’avant-mur : ils gisent tristement ensemble.

 

Préch.  TETH

Lec. Ses portes sont enfoncées en terre ; Il en a rompu, brisé les barres, 

ses rois et ses princes sont dispersés parmi les nations, il n’y a plus de loi ; 

même ses prophètes ne reçoivent plus de vision du Seigneur.

 

Préch. IOD

Lec. Les anciens de la fille de Sion sont assis par terre en silence ; 

ils ont jeté de la poussière sur leur tête ; ils sont vêtus de sacs ; 

les vierges de Jérusalem inclinent leur tête vers la terre.

 

Préch. CAPH

Lec. Mes yeux se consument dans les larmes ; mes entrailles sont émues ; 

mon foie se répand comme de l’eau sur la terre à cause de la blessure de la fille de mon peuple, 

à la vue des enfants et des nourrissons qui tombent en défaillance sur les places de la ville.

 

Préch. LAMED

Lec. Ils disent à leurs pères : Où y a-t-il du pain et du vin ? 

Et ils tombent comme frappés du glaive dans les rues de la ville, 

et rendent l’âme sur le sein de leurs mères.

 

Préch. MEM

Lec. Que puis-je te dire ? Qui trouver de semblable à toi, fille de Jérusalem ? 

A qui te comparer, pour te consoler, vierge fille de Sion. 

Car ta plaie est grande comme la mer : qui te guérirait ?

 

Préch. NUN

Lec. Tes prophètes ont eu pour toi de vaines et folles visions, ils ne t’ont pas dévoilé ton iniquité afin de détourner de toi la captivité, 

mais ils t’ont donné pour vision des oracles de mensonges et de bannissement.

 

Préch. SAMECH

Lec. Tous les passants battent des mains à ta vue : ils sifflent, 

ils branlent la tête sur la fille de Jérusalem ; 

est-ce là cette ville qu’on appelait la parfaite en beauté, la joie de toute la terre. 

Jérusalem,… 

Ts. …Jérusalem, convertis-toi au Seigneur  ton Dieu.

 

Homélie de saint Augustin, évêque d’Hippone.

 

La première femme fut formée du côté de l’homme endormi et fut appelée vie et mère des vivants. 

Le second Adam, ayant incliné la tête, S’endormit sur la croix afin que, de son sommeil, fût formée par Lui l’épouse qui s’épanche du côté de l’Endormi. 

O mort, d’où les morts reviennent à la vie ! Quoi de plus pur que ce Sang, quoi de plus salutaire que cette blessure !

Le Sang du Christ est salut pour qui en veut, tourment pour qui n’en veut pas. Pourquoi hésites-tu, toi qui ne veux pas mourir, à être libéré plus tôt de la seconde mort ? Tu seras libéré de celle-ci, si tu veux porter ta croix et suivre le Seigneur, Lui qui porta la sienne et chercha le serviteur.

 

HUITIEME EVANGILE  (Evangile composé)

Cél. Suite de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à  ta Passion, Seigneur.

Dia. Lorsqu’Il eut dit ces choses, Jésus alla avec ses disciples de l’autre côté du torrent de Cédron, où se trouvait un jardin appelé Gethsémani, dans lequel Il entra, Lui et ses disciples. Et Il dit aux disciples :

Cél. « Asseyez-vous ici, pendant que Je m’éloignerai pour prier ».

Dia. Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et Il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors :

Cél. « Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici et veillez avec Moi ».

Dia. Puis, ayant fait quelques pas en avant, à la distance d’un jet de pierre, et S’étant mis à genoux, Il Se jeta sur sa face, et pria ainsi :

Cél. « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de Moi. Toutefois, non pas ce que Je veux, mais ce que Tu veux ! » 

Dia. Et Il vint vers ses disciples, qu'Il trouva endormis, et Il dit à Pierre :

Cél. « Vous n'avez donc pas pu veiller une heure avec Moi ! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible ».

Dia. Il s'éloigna une seconde fois et pria ainsi :

Cél. « Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que Je la boive, que ta volonté soit faite ».

Dia. Il revint et les trouva encore endormis : car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta et S'éloignant, Il pria pour la troisième fois, répétant  les  mêmes paroles ; alors un ange Lui apparut du ciel pour Le fortifier. Etant en agonie, Il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang qui tombaient à terre. 

Après avoir prié, Il Se leva et alla vers ses disciples, et leur dit :

Cél. « Vous dormez maintenant et vous vous reposez ! Voici, l'heure est proche, et le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons, voici, celui qui Me livre s'approche ».

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

NEUVIEME EVANGILE (Evangile composé)

Cél. Suite de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Dia. Comme Il parlait encore, voici, Judas, l’un des douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse, armée d’épées et de bâtons, envoyée par les principaux des prêtres et par les anciens du peuple. Celui qui Le livrait leur avait donné ce signe :

Judas. « Celui à qui je donnerai un baiser, c’est Lui, saisissez-Le ».

Dia. Aussitôt, s’approchant de Jésus, il dit :

Judas. « Salut, Rabbi ! »

Dia. Et il Lui donna un baiser. 

Jésus lui dit :

Cél. « Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le ».

Dia. Jésus, sachant tout ce qui devait Lui arriver, s’avança et leur dit :

Cél. « Qui cherchez-vous ? »

Dia. Ils lui répondirent :

Ts. « Jésus de Nazareth ».

Dia. Jésus leur dit :

Cél. « C’est Moi ».

Dia. Et Judas qui le livrait était avec eux. 

Lorsque Jésus leur eut dit : « C’est Moi», ils reculèrent et tombèrent par terre. Il leur demanda de nouveau :

Cél. « Qui cherchez-vous ? »

Dia. Et ils dirent :

Ts. « Jésus de Nazareth ».

Dia. Jésus répondit :

Cél. « Je vous ai dit que c’est Moi. Si donc c’est Moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci ».

Dia. Il dit cela afin que s’accomplît la parole qu’Il avait dite : « Je n’ai perdu aucun de ceux que Tu M’as donnés ».

Alors les gens s’avancèrent, mirent les mains sur Jésus et Le saisirent. Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand-prêtre et lui coupa l’oreille droite ; ce serviteur s’appelait Malchus. 

Jésus dit à Pierre :

Cél. « Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-Je pas la coupe que le Père M’a donnée à boire ? Car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. Penses-tu que Je ne puisse pas invoquer mon Père, qui Me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ? Comment donc s’accompliraient les Ecritures, d’après lesquelles il doit en être ainsi ? »

Dia. En ce moment, Jésus dit à la foule :

Cél. « Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons pour vous emparer de Moi. J’étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne M’avez pas saisi. Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis ».

Dia. Alors tous les disciples L’abandonnèrent et prirent la fuite. 

Un jeune homme Le suivait, n’ayant sur le corps qu’un drap, on se saisit de lui, mais il lâcha son vêtement et se sauva tout nu. La cohorte, le tribun et les huissiers des Juifs se saisirent de Jésus et Le lièrent.

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

 

DIXIEME EVANGILE  (Evangile composé) 

Cél. Suite de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Dia. Ils l’emmenèrent d’abord chez Anne, car il était le beau-père de Caïphe qui était grand-prêtre cette année-là. Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : « Il est avantageux qu’un seul homme meure pour le peuple ». Anne L’envoya lié à Caïphe, le grand-prêtre, où les scribes et les anciens étaient assemblés. Simon Pierre, avec un autre disciple suivait Jésus. Ce disciple était connu du grand-prêtre, et il entra avec Jésus dans la cour du grand-prêtre, mais Pierre resta dehors près de la porte. 

L’autre disciple, qui était connu du grand-prêtre, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre. 

Alors la servante, la portière, dit à Pierre :

Serv. « Toi aussi, n’es-tu pas des disciples de cet homme ? »

Dia. Et il dit :

Pierre. « Je n’en suis point ; je ne sais ce que tu dis ».

Dia. Les serviteurs et les huissiers qui étaient là, avaient allumé un brasier au milieu de la cour, car il faisait froid et ils se chauffaient. Pierre s’assit avec eux pour voir comment cela finirait. 

Le grand-prêtre interrogea Jésus sur ses disciples et sa doctrine, Jésus lui répondit :

Cél. « J’ai parlé ouvertement au monde ; J’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s’assemblent, et Je n’ai rien dit en secret. Pourquoi m’interroges-Tu ? Interroge sur ce que Je leur ai dit, ceux qui M’ont entendu ; voici, ceux-là savent ce que J’ai dit ».

Dia. A ces mots, un des huissiers qui se trouvait là donna un soufflet à Jésus, en disant :

Huis. « Est-ce ainsi que Tu réponds au grand-prêtre ? »

Dia. Jésus lui dit :

Cél. « Si J’ai mal parlé, fais voir ce que J’ai dit de mal, et si J’ai bien parlé, pourquoi me frappes-Tu ? »

Ts. Louange à ta longanimité, ô Christ.

 

ONZIEME EVANGILE  (Evangile composé)

Cél. Suite de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Dia. Les principaux des prêtres et tout le sanctuaire cherchaient un témoignage contre Jésus suffisant pour Le faire mourir, et ils n’en trouvaient point, car plusieurs rendaient de faux témoignages contre Lui, mais les témoignages ne s’accordaient pas. Quelques-uns se levèrent et portèrent un faux témoignage contre Lui, disant :

Ts. « Nous L’avons entendu dire : Je détruirai ce temple fait de main d’homme, et en trois jours J’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme ».

Dia. Même sur ce point-là, leur témoignage ne s’accordait pas. 

Le grand-prêtre se leva et Lui dit :

G.P. « Ne réponds-Tu rien à ce que ces hommes disent contre Toi ? »

Dia. Jésus garda le silence et ne répondit rien. 

Et le grand-prêtre, prenant la parole, Lui dit :

G.P. « Je T’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si Tu es le Christ, le Fils de Dieu ».

Dia. Jésus lui répondit :

Cél. Tu l’as dit : « Je le suis. De plus, Je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel ».

Dia. Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements, en disant :

G.P. « Il blasphème ! 

Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème ; que vous en semble ? »

Dia. Ils répondirent tous :

Ts. « Il mérite la mort ! »

Dia. Là-dessus ils Lui crachèrent au visage et Lui donnèrent des coups de poing et des soufflets, en disant :

Ts. H. « Christ, devine : dis-nous qui T’a frappé ? »

Dia. Cependant Pierre était assis dehors dans la cour ; puis il sortit pour aller dans le vestibule, et le coq chanta. Comme il se dirigeait vers la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui se trouvaient là :

Serv. « Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth ».

Dia. Il le nia de nouveau avec serment :

Pierre. « Je ne connais pas cet homme ! »

Dia. Environ une heure après, un des serviteurs du grand-prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, lui dit :

Serv. « Ne t’ai-je pas vu avec Lui dans le jardin ? Certainement tu es aussi de ces gens-là, car tu es Galiléen, ton langage te fait reconnaître ».

Dia. Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer :

Pierre. « Je ne connais pas cet homme ! »

Dia. Aussitôt pour la seconde fois, le coq chanta ; le Seigneur S’étant retourné regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite : « Avant que le coq chante aujourd’hui deux fois, tu Me renieras trois fois » ; et étant sorti, il pleura amèrement.

Ts. Louange à  ta longanimité, ô Christ. 

 

DOUZIEME EVANGILE  (Evangile composé)

Cél. Suite de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ.

Ts. Gloire à ta Passion, Seigneur.

Dia. Dès que le matin fut venu, tous les principaux des prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour Le faire mourir. Après L’avoir lié, ils L’emmenèrent et ils Le livrèrent à Ponce Pilate, le gouverneur. Alors Judas, qui L’avait livré, voyant qu’Il était condamné, se repentit et rapporta les trente pièces d’argent aux principaux des prêtres et aux anciens, en disant :

Judas. « J’ai péché, en livrant le sang innocent ».

Dia. Ils répondirent :

Ts. « Que nous importe ? Cela te regarde ! »

Dia. Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira et alla se pendre. Les principaux des prêtres les ramassèrent et dirent :

Ts. « Il n’est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c’est le prix du sang. »

Dia. Et après en avoir délibéré, ils achetèrent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers. C’est pourquoi ce champ a été appelé « champ du sang » jusqu’à ce jour. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie le Prophète : « Ils ont pris les trente pièces d’argent, la valeur de celui qui a été estimé, qu’on a estimé de la part des enfants d’Israël ; et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné ».

Ts. Louange à  ta longanimité, ô Christ.

Cél. Le Christ…

 

Tous, y compris les célébrants, se prosternent. 

Ch. …S’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort, 

à la mort même de la croix.

Tous disent quarante fois ensemble :

Ts. Seigneur, aie pitié.

 

Cél. Jette un regard, nous T’en prions, Seigneur, sur cette famille pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n’a pas hésité à se livrer aux mains des méchants et à subir le tourment de la croix…

Cél.   …Lui qui étant Dieu, vit et règne avec Toi et l’Esprit-Saint aux siècles des siècles.

Ts.     Amen.

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by Unis dans l'Amour de Dieu - dans Lectures du jour

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com