Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2018 1 24 /12 /décembre /2018 00:40
Lecture selon le temps liturgique du Lundi 24 décembre 2018
Lecture selon le temps liturgique du Lundi 24 décembre 2018

Huitième Nom Divin : Ô JÉSUS

Vigiles de la Nativité du Seigneur

 

Vêpres : 

Prophète  Isaïe     Is 66/7-12 (8e Nom divin)

Lecture  du livre du prophète Isaïe. 

Avant d'éprouver les douleurs, elle a enfanté ; avant que les souffrances lui viennent, elle a donné naissance à un fils. Qui a jamais entendu pareilles choses ? Qui a jamais vu rien de semblable ? Un pays peut-il naître en un jour ? Une nation est-elle enfantée d'un seul coup ? A peine en travail, Sion a enfanté ses fils. Ouvrirais-je le sein maternel, pour ne pas laisser enfanter ? dit le Seigneur ; Moi qui fais naître, empêcherais-Je d'enfanter ? dit ton Dieu. 

Réjouissez-vous avec Jérusalem, faites d'elle le sujet de votre allégresse, vous tous qui l'aimez ; tressaillez avec elle de joie, vous tous qui avez pris le deuil pour elle ; afin que vous soyez nourris et rassasiés du lait de ses consolations, afin que vous savouriez avec bonheur la plénitude de sa gloire. 

Car ainsi parle le Seigneur : voici, Je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent débordé, et vous serez allaités ; vous serez portés sur les bras et caressés sur les genoux. 

Et Toi, Seigneur, aie pitié de moi.

 

Evangile selon Saint Matthieu.      Mt 1/1-25

Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham. 

Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ; Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram ; Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra Naasson ; Naasson engendra Salmon ; Salmon engendra Boaz de Rahab ; Boaz engendra Obed de Ruth ; Obed engendra Jessé ; Jessé engendra David. 

Le roi David engendra Salomon de la femme d'Urie ; Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abia ; Abia engendra Asa ; Asa engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ; Ozias engendra Joatham ; Joatham engendra Achaz ; Achaz engendra Ezéchias ; Ezéchias engendra Manassé ; Manassé engendra Amon ; Amon engendra Josias ; Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone. 

Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel ; Salathiel engendra Zorobabel ; Zorobabel engendra Abiud ; Abiud engendra Eliakim ; Eliakim engendra Azor ; Azor engendra Sadok ; Sadok engendra Achim ; Achim engendra Eliud ; Eliud engendra Eléazar ; Eléazar engendra Matthan ; Matthan engendra Jacob ; Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, Celui qui est appelé Christ. 

Il y a donc en tout quatorze générations depuis Abraham jusqu'à David, quatorze générations depuis David jusqu'à la déportation de Babylone, quatorze générations depuis la déportation de Babylone jusqu'au Christ. 

Voici donc comment se fit la naissance de Jésus-Christ. Marie sa mère était promise en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle se trouva enceinte de par le Saint-Esprit. Joseph, son époux, homme juste qui ne voulait pas l'exposer à la honte, résolut de la répudier en secret. Or, tandis qu'il ruminait ce projet, voici que l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas d'accueillir chez toi Marie, ton épouse, car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit-Saint ; elle enfantera un fils et tu L’appelleras du Nom de Jésus, car c'est Lui qui sauvera son peuple de ses péchés ».

Et tout cela arriva pour que s'accomplît ce que Dieu avait prononcé par la parole du prophète : « Voici que la vierge portera dans son sein et enfantera un fils ; et on L’appellera du Nom d'Emmanuel », ce qui s'interprète : « Dieu avec nous ». 

Joseph, sorti de son sommeil, agit comme le lui avait prescrit l'ange du Seigneur, et accueillit chez lui son épouse. Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils et il L’appela du Nom de Jésus. 

 

Vigiles : Isaïe composé

Lecture du livre du prophète Isaïe.

Le Seigneur parla de nouveau à Achaz et lui dit : demande en ta faveur un signe au Seigneur ton Dieu, demande-le, soit dans les lieux bas, soit dans les lieux élevés. 

Achaz répondit : Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas le Seigneur. 

Isaïe dit alors : Ecoutez donc, maison de David, est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, que vous lassiez encore celle de mon Dieu ? C'est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe. Voici : la Vierge deviendra enceinte, elle enfantera un Fils, et elle Lui donnera le nom d'Emmanuel.  

Poussez des cris de guerre, peuples, et vous serez brisés. Prêtez l'oreille, vous tous qui habitez au loin. Préparez-vous au combat, et vous serez brisés. Formez des projets, et ils seront anéantis. Donnez des ordres, et ils seront sans effet. 

Car Dieu est avec nous.

Ch. Car Dieu est avec nous.

Lec. Le peuple des gentils qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière.

Ch.  Car Dieu est avec nous.

Lec. Sur ceux qui habitent le pays de l'ombre de la mort, une lumière resplendit.

Ch.   Car Dieu est avec nous. 

Lec. Tu rends le peuple nombreux, Tu lui accordes de grandes joies. 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Il se réjouit devant Toi comme on se réjouit à la moisson. 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Comme on pousse des cris d'allégresse au partage du butin.

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Car un enfant nous est né, un Fils nous est donné. 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Et la domination reposera sur son épaule. 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. On l'appellera Admirable, 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Conseiller, 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec.  Puissant, 

Ch. Car Dieu est avec nous. 

Lec. Père du siècle à venir,

Ch. Car Dieu est avec nous.

Lec. Prince de la paix.

Ch. Car Dieu est avec nous.

 

Lec. Et Toi, Seigneur, aie pitié de moi

Ch. Rendons grâce à Dieu. 

 

 

Homélie de saint Léon le Grand.

Bien-aimés, notre Sauveur est né aujourd'hui, réjouissons-nous, car il serait impie de laisser place à la tristesse en ce jour de naissance de la vie ; de la vie qui, détruisant la crainte de la mort, nous comble de la joie que donne l'éternité promise. Il n'est personne à qui soit refusé de partager cette allégresse, un seul et même motif de joie est commun à tous, car notre Seigneur, qui, venu détruire le péché et la mort, n'a trouvé parmi les hommes personne qui fût libre de faute, est venu les libérer tous ! 

Que le saint exulte, car il est près de recevoir la palme ; que le pécheur se réjouisse, car on l'invite au pardon ; que le païen prenne courage, car on l'appelle à recevoir la vie. 

En effet, lorsque vint la plénitude des temps qu'avait fixée  l'impénétrable profondeur du conseil divin, le Fils de Dieu prit la nature propre au genre humain afin de la réconcilier avec son Auteur, en sorte que le diable, inventeur de la mort, fût vaincu par cette nature même qu'il avait vaincue. Dans cette lutte engagée pour nous, le combat fut mené en se conformant au droit admirable et suprême de l’équité, car le Seigneur tout-puissant Se mesura avec ce très cruel adversaire, non dans sa majesté, mais dans notre humilité, lui opposant la même condition, la même nature que les nôtres, partageant notre mortalité tout en demeurant  étranger à tout péché. 

Oui, cette naissance échappe à ce qui est écrit de tous les hommes : « Personne n'est sans souillure, pas même l'enfant qui n'a vécu qu'un seul jour sur la terre. » Rien donc dans cette naissance unique qui vienne de la concupiscence charnelle, rien qui découle de la loi du péché. De la race de David est choisie une Vierge de sang royal qui, appelée à porter un rejeton sacré, concevrait dans son esprit avant que dans son corps cette divine et humaine descendance. Et, de peur qu'ignorante du dessein divin elle ne s'effraie devant des faits inhabituels, elle apprend de la bouche d'un ange ce que va opérer en elle l'action de l'Esprit-Saint. Aussi ne croit-elle pas que sa pureté souffre un dommage, elle qui sera bientôt Mère de Dieu. 

Rendons grâces, mes bien-aimés, à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit-Saint, Lui qui, à cause de la grande miséricorde dont Il nous a aimés, a eu pitié de nous, et, alors que nous étions morts par suite de nos péchés, nous a fait revivre par le Christ, voulant que nous soyons en Lui une nouvelle création, une nouvelle œuvre de ses mains. 

Dépouillons donc le vieil homme avec ses agissements et, admis à participer à la naissance du Christ, renonçons aux œuvres de la chair. Reconnais, ô chrétien, ta dignité et, après avoir été fait participant de la nature divine, ne va pas retourner, par un comportement indigne de ta race, à ta première bassesse. 

Souviens-toi de quelle tête et de quel corps tu es membre. Rappelle-toi qu'arraché à l'empire des ténèbres, tu as été transféré dans le royaume de Dieu et dans sa lumière. Par le sacrement du baptême, tu es devenu le temple de l'Esprit-Saint ; ne va pas, par tes mauvaises actions, faire fuir loin de toi un tel hôte et te soumettre à nouveau à l'esclavage du diable. Ta rançon, c'est le sang du Christ, et Il jugera selon la vérité, Celui qui t'a racheté selon sa miséricorde, Lui qui règne avec le Père et l'Esprit-Saint dans les siècles des siècles. Amen.

 

Evangile selon Saint  Jean         Jn 1/1-18

Prologue de l'Evangile selon saint Jean. 

 

Dans le principe était le Verbe et le Verbe était vers Dieu. Et le Verbe était Dieu. Dans le principe Il était vers Dieu. Tout a été fait par Lui et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans Lui. En Lui était la vie et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne L'ont pas étouffée. 

Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. Lui n'était pas la lumière mais il vint pour rendre témoignage à la lumière. 

Cette lumière était la vraie lumière qui éclaire tout homme venant dans le monde. Il était dans le monde et le monde a été fait par Lui et le monde ne L'a pas connu. Il est venu chez les siens et les siens ne L'ont point reçu. Mais à tous ceux qui L'ont reçu, à ceux qui croient en son Nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu : à ceux qui sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. 

Et le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, gloire qu’Il tient du Père, comme Fils monogène, plein de grâce et de vérité. Jean lui rend témoignage ; il proclame : « Voici Celui dont je disais : “Celui qui vient après moi a pris place devant moi, parce que, avant moi, Il était’’ ». 

Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce sur grâce ; car si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. 

Dieu, personne ne L’a jamais vu. Dieu, Fils monogène qui est dans le sein du Père, Lui nous L’a révélé. 

 

Messe de la nuit 

 

Epître aux Galates       Ga 4/4-7 

Lecture de l’épître du bienheureux apôtre Paul aux Galates.

Frères, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption. 

Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! 

Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. 

 

Evangile selon Saint Luc           Lc 2/1-14

En ce temps-là, parut un édit de César Auguste ordonnant que soit recensée toute la terre. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinus était gouverneur de Syrie. Et tout le monde se mit en route pour être recensé, chacun dans sa propre ville ; Joseph aussi monta de la ville de Nazareth, en Galilée, à la ville de David qui s’appelle Bethléem, en Judée, parce qu’il était de la maison et de la lignée de David, et qu’il devait se faire recenser avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Et tandis qu’ils étaient là, il se trouva que les temps où Marie devait accoucher furent accomplis ; elle accoucha de son fils premier-né, elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, puisqu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. Il y avait, dans cette même région, des bergers qui vivaient aux champs et veillaient, la nuit, à la garde de leur troupeau. Un ange du Seigneur se présenta devant eux, la gloire du Seigneur les enveloppa de lumière  et ils furent saisis d’une grande crainte. Mais l’ange leur dit : « Ne craignez point ; voici, je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie  pour le peuple tout entier : il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur. En voici pour vous le signe : vous trouverez  un  nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ». Et soudain il y eut en compagnie de l’ange une multitude de l’armée céleste qui louait Dieu et disait : «Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, paix soit sur terre, bienveillance parmi les hommes ».

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by Unis dans l'Amour de Dieu - dans Lectures du jour

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com