Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 23:03

APPORT DE LA VIE MONASTIQUE À LA VIE DU CHRÉTIEN ORTHODOXE DANS LE MONDE

Le peu que je puisse dire, c’est ce que peut apporter la vie monastique à tout chrétien pour comprendre ce que signifie «agir en orthodoxe aujourd’hui». Je dis la vie monastique et non les moines car il y a l’illusion chez beaucoup de chrétiens que les moines doivent être des saints. Or St Jean Climaque dit que le monastère est «un hôpital de l’âme» et dans un hôpital on y met des malades.

Si vous sentez que vous volez sur la voie de la perfection, que les qualités spirituelles et morales sont pour vous faciles à acquérir, si en vous regardant dans la glace le matin vous voyez des ailes vous pousser, alors dites-vous que la vie monastique n’est pas pour vous. Si, par contre vous retombez toujours dans les mêmes erreurs, si vous vous débattez dans des passions dont vous n’arrivez pas à sortir, vous pouvez vous dire «peut-être il serait temps de me retirer dans un monastère».

Que fait-on dans un monastère ? Un Père du désert répondait : «on tombe et on se relève, on tombe et on se relève». Comprendre la vie monastique comme cela évite beaucoup de quiproquo, d’illusions, de déceptions aussi. Les moines sont des hommes pécheurs, mais le monastère nous enseigne comment le chrétien doit être le témoin de l’immense miséricorde de Dieu pour tous les hommes
Les soldats destinés à arrêter le Christ étaient revenus en disant : «nous ne l’avons pas arrêté car aucun homme n’a parlé comme cet homme». Le Christ était le Verbe de Dieu. Pour nous, il ne s’agit pas forcément de parler, mais il faudrait que tous ceux qui côtoient un chrétien puissent dire : «aucun homme n’a aimé comme cet homme». Comment peut-on parvenir à cet amour qui n’est pas celui d’un sentimentalisme ? Trois paroles de l’Evangile sont ici essentielles pour la vie monastique.

La première parole : «vous dans le monde mais vous n’êtes pas du monde». Tout chrétien est dans le monde mais n’est pas du monde. Tout chrétien doit s’engager mais non pas adhérer. Ce sont le mollusques qui adhèrent et lorsque nous nous transformons en arapède, que nous nous cramponnons à telle idée, telle activité ou tel parti nous devenons esclaves d’une idéologie fut-elle splendide, nous sommes pour les uns et nous devenons contre les autres. Notre programme social disait Koniakoff, c’est la Sainte Trinité et je crois que pour tout chrétien ce devrait être l’unique programme social. Le moine témoigne qu’il est, comme dit Evagre le Pontique «séparé de tout et uni à tous». Le premier témoignage du moine et de la vie monastique sur ce qu’est agir en chrétien est «d’être pour tous et pour chacun». Pour l’anecdote, lors d’une catéchèse, j’ai pu voir côte-à-côte parmi les auditeurs, une responsable du parti communiste et une élue du front national. Cela à pu choquer certains, mais c’est une forme de témoignage que puissent venir vers nous toutes sortes de personnes, des bien-pensants, des honnêtes gens, mais aussi des personnes de tous bords, des marginaux, des délinquants, des toxicomanes, des prostituées, tous ceux que l’on peut trouver dans cette société qui souffre et qui se cherche. La communauté chrétienne est nécessaire. «Nous sommes là, comme dit Monseigneur Antoine (Bloom), pour nous éclairer, nous réchauffer, mais nous ne devons pas oublier que dehors il fait froid et qu’il fait nuit et que c’est là que nous devons apporter un peu de chaleur et de lumière».

La deuxième parole de l’Evangile qui paraît plus qu’essentielle, c’est «ne jugez pas et vous ne serez pas jugé». Il y a dans les apophtegmes l’anecdote suivante. Un moine qui avait vécu rien moins que saintement et qui avait été sur beaucoup de plans un mauvais moine, se mourrait tout joyeux. Et pour donner une leçon à ses frères le père higoumène lui dit :»Mais enfin nous savons tous la vie que tu as menée ; pourquoi es-tu si joyeux, pourquoi n’es-tu pas troublé ?». Et le moine de répondre : «quand je vais paraître devant le Christ je lui dirai, Seigneur j’ai fait tout ce que tu as interdit de faire. Mais toutefois durant ma vie je n’ai jamais jugé personne. Et comme tu as dit ne jugez pas et vous ne serez pas jugé, j’ai confiance en ta parole». Qui de nous pourrait dire cela. Je vais mettre un peu les pieds dans le plat. Vous savez que nous orthodoxes, sommes divisés. Nous ne sommes pas divisés en juridiction et cela est une richesse et c’est très beau de pouvoir entendre chanter la liturgie en grec ou en slavon, mais nous sommes très divisés parce que nous sommes très cancaniers. Faites l’expérience : allez dans une paroisse, une communauté, un monastère même, et vous verrez comment vous y entendrez d’une manière plaisante, ironique, acerbe quelquefois, démolir d’autres communautés fraternelles. Nous nous aimons bien, nous sympathisons et c’est presque un jeu entre nous, de se critiquer, de faire des remarques. Pour le témoignage que nous donnons de l’Eglise à l’extérieur, c’est désastreux. Combien de fois des jeunes un peu en marge que j’envoyais à droite et à gauche pour s’ouvrir à l’Orthodoxie, revenaient quelque peu déçus de cela. Peut-être que la vie monastique nous apprends cela, non pas parce que les moines ne jugent pas, ils sont les premiers à le faire hélas, mais parce que c’est un élément aussi de la vie monastique : ne pas juger.

Enfin une troisième parole de l’Evangile ou plutôt une parabole se révèle importante. Le Christ dit : «tu aimeras ton prochain comme toi-même» et on lui demande : qui est mon prochain ? Au lieu de dire c’est tel ou tel le Christ répond indirectement : « un homme descendait de Jérusalem à Jéricho il tombe dans les mains de brigands …» Le prochain c’est celui que nous rencontrons sur notre route, dans la situation que Dieu a voulu ou permis pour nous. Nous voulons bien servir Dieu mais nous voulons le servir selon nos propres projets. Nous voulons bien en chrétien, en orthodoxe, mais selon notre propre vision des choses. Non, ce n’est pas nous qui proposons à Dieu le service qu’on doit lui rendre, c’est Dieu qui nous appelle. C’est à nous de dire «que Ta volonté soit faite». Je crois que la vie monastique nous enseigne aussi cela. Le moine n’a aucune fonction ; celle de la prière bien sûr, mais c’est aussi celle de tout chrétien. Le moine, beaucoup de Pères l’ont dit, est soldat du Christ. Nous n’aimons plus beaucoup ces images militaires avec raison car le soldat, n’est pas toujours quelqu’un de recommandable, mais recommandable ou non, c’est quelqu’un de toujours disponible à la vie, à la mort, toujours prêt à servir. Agir en chrétien, en orthodoxe aujourd’hui c’est aussi être toujours disponible pour le service du Christ et des frères. Non pas vouloir faire ceci ou cela, mais savoir répondre présent à qui en a besoin. Selon le mot du prophète Isaïe «si tu donnes ton pain à l’affamé, si tu rassasies de joie l’âme défaillante alors ta lumière s’élèvera au sein de l’obscurité et les ténèbres deviendront comme la clarté du midi». C’est cela agir en chrétien, en orthodoxe, et ce n’est pas facile.

Archimandrite Victor, higoumène du monastère de la Dormition de la Mère de Dieu à 05 La Faurie (France).
Intervention aux Journées régionales orthodoxes, organisée par la Fraternité orthodoxe locale en Avignon mai 1998.

 

source : Eglise Orthodoxe d'Estonie : http://www.eoc.ee/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe - dans Enseignement spirituel

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com