Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 00:12

Nous nous disons chrétiens ... mais quels chrétiens sommes nous ?

Les Eglises se déchirent, elles se renient, elles s'apostasient tout en priant le dimanche la tête haute sans aucune honte ?

Ne pas aider son frère, l'oublier dans ses malheurs dûs aux hommes et se croire "Bon chrétien" ... quelle abomination !!!

Nous sommes des lâches qui osons nous présenter devant notre Dieu. 

Il devrait y avoir sur toutes les portes des Eglises l'icône qui symbolise le commandement suivant :

avant d'entrer et déposer ton obole,

va d'abord te réconcilier avec ton frère.

 

Le message du Patriarche SaKo devrait être la réalité de notre attitude  journalière.

Toutes les Eglises chrétiennes du monde ne devraient pas avoir l'obligation de former une "composante chrétienne".

Si chaque Eglise était consciente qu'elle appartient à l'Eglise de Dieu, et qu'aucune n'a le droit de se croire au-dessus des autres,

Si chacun de nous comprends que lorsqu'on dit "Notre Père" ceci implique que nous sommes "frères en notre Seigneur", et non pas ennemis,

Si chaque composantes des Eglises se rappelaient que le Christ est venu enseigner la Paix et l'Amour de son prochain, et non pas la guerre,

Si tous les chrétiens se rappelaient que notre vie spirituelle n'a aucune valeur sans les oeuvres, ....  l'indifférence est une indignité spirituelle,

alors le Patriarche Sako ne serait pas obligé de lancer une bouteille à la mer de nos indifférences.

J'apporte, avec toute mon Eglise, mon soutien au Patriarche Sako et j'appelle tout à chacun à se mettre au service des chrétiens persécutés.

Que Dieu nous protège tous, Lui qui nous aime sans distinction et quelle que soit notre Eglise.

 

PARDONNE-moi SEIGNEUR,

PARDONNE-NOUS SEIGNEUR.

Métropolite Jacques

*

*       *

Nous sommes des chrétiens de pacotille !!!

*

*       *

Irak : le patriarche Sako appelle

à l’unité de la " composante chrétienne "

Qu'elles aient des différences de Tradition n'empêche pas d'être de Dieu. La façon de louer et d'adorer, de servir notre Seigneur n'est pas objet de séparation, de jugement des autres et au bout, par bètise humaine ou par orgueil provoquer des séparations et des condamnations d'Eglises et de tous ceux qui les fréque,tes et y accomplissent leur Chemin.

 

 

Les chrétiens d’Irak se répartissent dans de nombreuses Églises vénérables et antiques. Ces différences héritées de l’histoire, ne doivent toutefois pas être un facteur de division ou de rivalité. La survie du christianisme en Irak, toutes confessions confondues, passe par une plus grande unité de la « composante chrétienne » du pays. C’est ce que suggère le patriarche Sako.

La situation d’urgence dans laquelle se trouve l’ensemble de la nation irakienne appelle également les chrétiens à ne pas procéder dans la division, en insistant excessivement sur les facteurs identitaires de chaque communauté ecclésiale. Il convient en revanche d’exprimer une position unitaire sur les processus politiques et sociaux en cours en Irak, en se présentant comme « composante chrétienne ». Telle est la proposition faite par le patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël Ier Sako, à tous les chrétiens d’Irak, dans le cadre d’un appel invitant à « ne pas demeurer spectateurs sur la scène irakienne » mais à « trouver une vision commune et une feuille de route conjointe », y compris pour protéger ensemble « le droit à être traités comme les autres ». Le recours à l’expression « composante chrétienne » pour exprimer la position unitaire des chrétiens irakiens par rapport aux affaires politiques et sociales et aux institutions nationales « ne s’oppose pas – selon le patriarche – à la sauvegarde d’identités millénaires » et permet de « ne pas perdre de temps à se disputer » autour de ce patrimoine identitaire. « L’Église chaldéenne – indique le communiqué patriarcal parvenu à l’Agence Fides – veut se mettre au service de tous les chrétiens et de tous les Irakiens afin de contribuer au processus de réconciliation », indispensable en vue d’un retour à une situation de coexistence pacifique. Déjà, au début de son ministère patriarcal, l’actuel patriarche […] avait dénoncé le danger que les chrétiens ne soient, eux aussi, contaminés par le sectarisme dominant au sein de l’actuel contexte régional. « Maintenant, malheureusement – avait déclaré le patriarche à l’Agence Fides – il est possible d’entendre certaines personnes dire : je suis plus arménien que chrétien, plus assyrien que chrétien, plus chaldéen que chrétien. Et il persiste ici et là une mentalité tribale, ce qui fait que chaque village veut avoir “son” évêque ou “son” patriarche. De cette manière, le christianisme s’éteint. Nous, en tant qu’évêques, devons être vigilants contre ces formes maladives de vivre l’identité ».

Source : Agence Fides, 17 décembre

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Monastère Orthodoxe - dans Actualités

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

http://www.eglises-orthodoxes-canoniques.eu/ 

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com