Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 23:38
Appel du Conseil des Evêques Orthodoxes Français

Le Conseil des Evêques Orthodoxes Français

 

La succession apostolique

 

Il existe entre tous les évêques beaucoup plus qu’une solidarité de fait. C’est au sein de l’épiscopat que s’affirme sa réalité même dans la succession du Corps épiscopal, lequel remonte au Corps apostolique. La succession apostolique caractérise l’ensemble de l’épiscopat dans l’espace et le temps. Cette succession n’est pas celle d’un évêque individuel prise à un apôtre individuel. L’apostolicité est synonyme d’identité. La succession apostolique émerge et s’affirme dans l’identification d’un Corps : du Collège des apôtres comme tel au Collège des évêques comme tel.

Tout ce que l’on peut dire sur la collégialité épiscopale se rattache intrinsèquement à ce fait. Il convient de nous mettre en présence de cette volonté manifeste de Jésus-Christ, lequel a placé son Eglise sous l’autorité des Douze. C’est dans les Douze comme tels, c’est-à-dire dans leur Collège, que le Christ constitue la charge apostolique avec les pouvoirs et les charismes afférents à cette charge.

Le pouvoir de remettre les péchés, donné au groupe alors réduit à dix en l’absence de l’un des Onze, le soir de Pâques, n’est pas renouvelé personnellement à Thomas lorsque celui-ci rejoint le groupe : il reçoit ce pouvoir avec les autres (cf. Jean, 20/19-29). Quarante jours plus tard, sur l’initiative de Pierre, le nombre de douze est complété par l’élection de Matthias en place de Judas. Le nouvel élu est, par ce simple fait, « mis au nombre des douze apôtres » et rendu ainsi participant de leur mission et de leur autorité (cf. Actes des Apôtres, 1/15-26). Tant il est vrai que c’est le Collège comme tel, lequel est investi du principe d’autorité.

 

 

Le Corps apostolique et le Corps épiscopal

 

Les évêques sont un Corps, au même titre que les apôtres étaient un Corps : précisément le Corps apostolique. Les apôtres ne sont pas des individus sans lien entre eux, autre que celui d’être groupés autour du Christ et d’être envoyés par lui pour le prêcher à toutes les nations. Les apôtres forment et sont un Corps : il n’y a pas seulement douze apôtres, il y a le Collège apostolique. C’est en Corps qu’ils reçoivent le pouvoir de lier et de délier, (Matthieu, 18/18) ; de consacrer, (Luc, 22/19) ; de remettre les péchés, (Jean, 20/21) ; en Corps qu’ils sont instruits et formés par le Christ, traités comme ses amis et envoyés, (Jean, 15/15-16) ; comme ses frères, (Jean, 20/17 ; en Corps qu’ils sont investis de leur mission définitive, (Matthieu, 28/18-20) ; qu’ils doivent attendre la venue de l’Esprit Saint lequel les armera témoins de Jésus-Christ, (Livre des Actes, 1/4). Après leur élection on les appelle « les Douze », (Matthieu, 10/1 ; 11/1 ; 20/17 ; Marc, 3/14 ; 4/10 ; 6/7 ; Luc, 8/1 ; 9/1 et 12 ; Jean, 6/67.

Après la défection et la mort de Judas, on dit « les Onze », Matthieu, 28/7 ; Marc, 16/14 ; Luc, 24/33 ; Livre des Actes, 2/14. Mais Jean parle encore « des Douze », 20/24. Dans son Evangile, Jean ne dit jamais apôtres mais disciples.

Le Corps épiscopal est une création divine issue du Corps mystique de l’Eglise où le peuple royal et la hiérarchie ecclésiastique sont l’un et l’autre garant du dépôt de la foi en la Sainte Trinité, garant de la confession des deux natures en Christ et garant de la Sainte Tradition Orthodoxe.

 

 

 L’Acte fondateur de l’Orthodoxie Occidentale

 

Au cours de la première moitié du XXe siècle, en France, se mettent en place des paroisses orthodoxes principalement liées aux vagues successives d’émigration provoquées par l’installation de régimes communistes en Europe orientale. La demande d’une paroisse française, faite au patriarcat de Moscou, d’entrer dans l’Eglise Orthodoxe appelle la réponse du patriarche Serge de Moscou, alors locum tenens, dans son Arrêté du 16 juin 1936, n° 75 :

« Les paroisses réunies à l’Eglise orthodoxe, se servant du rite occidental, seront désignées comme « Eglise orthodoxe occidentale » (article 9).

A partir de cet Arrêté patriarcal se met progressivement en place et se développe, notamment en France mais aujourd’hui également aux Etats-Unis, une Eglise Orthodoxe Occidentale représentée principalement par cinq entités ecclésiales sur le sol français : L’Eglise Catholique Orthodoxe de France, l’Eglise Orthodoxe Celtique, l’Eglise Orthodoxe Française, l’Eglise Orthodoxe des Gaules, l’Eglise Orthodoxe d’Europe (Eglise de France). Ces Eglises occidentales, lesquelles sont dirigées par des évêques, confessent ce que l’Eglise Orthodoxe confesse et rejettent ce que l’Eglise Orthodoxe rejette. Elles sont unies dans la foi et vivent dans la diversité respectable de leurs rites respectifs.

Mais le moment semble venu de l’Union de ces entités ecclésiales au sein d’un Conseil des Evêques Orthodoxes Français. Ces Eglises Orthodoxes Occidentales sont dignes de respect et aucune n’est supérieure ou inférieure aux autres. Il convient qu’elles entrent en contact et en collaboration les unes les autres, afin de toujours mieux témoigner du message évangélique dans le cadre de la Tradition orthodoxe.

 

 

 Le Conseil des Evêques Orthodoxes Français

 

Le Conseil promeut la mission donnée par le Christ aux Apôtres et à l’Eglise : « Allez, de toutes les nations faites des disciples… » (Matthieu, 28/19).

A ce titre, le Conseil est appelé à agir dans l’immédiat des informations portées à sa connaissance et proposer avec bienveillance les moyens et les solutions possibles à chaque cas particulier.

Il traite notamment :

- des conditions matérielles et spirituelles de l’Eglise Orthodoxe dans le monde, sans limite de territorialité.

- des affaires litigieuses des pays en crise (guerres, sinistres, famines, etc.) afin d’en tenir compte dans la vie des fidèles et des peuples.

- se fait entendre dans ses positions de sagesse et de paix liées à la pratique de la vie religieuse liée à la liberté du culte.

- traite des problèmes éthiques en rapport avec la politique des Etats, tels que nous les abordons au sein des commissions du Saint Synode.

- entretien des relations avec l’ensemble des cultes et toutes associations à finalité humaniste reconnues dans chaque Etat.

- entretien des relations avec les autorités administratives et politiques des pays pour le bien de l’Eglise et des peuples.

- affirme la liberté de conscience pour tous les hommes, avec le droit de choisir sa religion et la possibilité de changer de religion.

 

Les évêques orthodoxes français, ou leurs représentants, sont invités à se joindre au Conseil.

 

Contact: metropolite.israel@me.com

Partager cet article

Repost0
Published by Monastère Orthodoxe de l'Annonciation

Orthodoxie OccidentaleMOINE-GRAND-HABIT

depuis 1936

.http://religion-orthodoxe.eu/

Recherche

Priez puis silence ...

bougie10-copie-1

Saint Jean de San Francisco

11 St Jean de Changai

Fichier par Archive-Host.com

Nous écrire :

pretre.jacques@gmail.com